Mise en page 1

2007 : Nouvelle version pour « Fort Boyard - Le Jeu »

À peine un an après sa sortie, « Fort Boyard - Le Jeu » s’offre une nouvelle version !

Publié le lundi 28 mai 2007 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Produits dérivés.

        

L’heure est au bilan. Un an après la sortie de la première version de « Fort Boyard - Le Jeu », l’éditeur « Mindscape » s’apprête à sortir, le 22 juin prochain, une nouvelle version de son jeu. Fort Bavard a testé et noté « Fort Boyard - Le jeu » et vous révèle ce qui vous attend avec la version 2007. On vous aura prévenu...

Le 16 juin 2006, sortait le quatrième jeu vidéo issu de notre célèbre émission « Fort Boyard ». Cette sortie avait provoqué une véritable révolution enjouée chez les fans de l’émission. L’engouement autour d’un produit dérivé de l’émission n’avait jamais été tel ! Six ans après le dernier jeu vidéo, l’éditeur « Mindscape » prenait la suite de « Microïds » pour concevoir un nouvel opus. Mais pas n’importe lequel, il s’agissait cette fois de réaliser le jeu entièrement en 3D et de faire du joueur un véritable candidat, à la manière de l’émission. C’est ce qu’attendait le public fidèle de l’émission depuis des années, retrouver un jeu Fort Boyard proche de « Fort Boyard - Le Défi », qui permettait aussi au joueur de se métamorphoser en candidat. Seulement, cet engouement a vite été déçu...

Quel bilan tirer de la version 2006 de « Fort Boyard - Le jeu » ?

Vous n’avez pas encore acheté le jeu ? Tant mieux ! Les quelques lignes qui vont suivre pourront sans doute vous aider à faire votre choix, si vous ne savez pas quelle décision prendre. Faut-il acheter le jeu ou ne pas acheter le jeu ? Là est la question.

Le premier mot qui vient à l’esprit quand on finit une partie de « Fort Boyard - Le Jeu » est le mot déception. En bon fan que je suis, je m’étais bien sûr précipité pour acheter le jeu (pas si simple que cela à trouver en commerce d’ailleurs) et pour le tester comme il se doit. Quoi de plus pointilleux que le regard d’un fan qui se respecte sur une création boyardesque ?

Comme tout le monde, ma joie a été de courte durée. Du moins, elle a vite été atténuée.

En lui-même, le jeu tient la route, on passe quand même un assez bon moment en compagnie de cette nouvelle aventure. Seulement, il faut être honnête, ce n’est pas ce que l’on pouvait attendre de mieux. D’une part, on avait en tête les superbes images tirées du jeu et distribuées par l’équipe de Mindscape, et on s’attendait donc à un résultat à la hauteur. Malheureusement, il semble que la finesse de la réalisation graphique, au premier abord soignée, ne soit qu’un leurre.

C’est un triste constat : la modélisation 3D, l’animation et l’intelligence artificielle sont complètement à revoir et gâchent vraiment le plaisir que l’on peut avoir de jouer. Il est impossible de tout citer, mais, si le Fort est assez bien modélisé, quand les « cinématiques » entrent en jeu, tout devient chaotique. Par exemple, une cinématique coupe l’écran en quatre et, dans chacune des parties, on peut voir les candidats passer d’une épreuve à l’autre. L’idée est bonne, mais la réalisation fait tout tomber à l’eau ! Les lignes se chevauchent, les apparitions des différentes parties saccadent et entravent à la continuité de la cinématique, les candidats se figent dans un cadre quand le suivant apparaît... Et encore, il faut noter qu’une mise à jour a tenté de limiter ces désagréments, ce qui n’empêche pas de laisser un résultat assez catastrophique et surtout gênant à regarder.

Quant à l’intelligence artificielle (IA), on ne peut que la critiquer. Les candidats donnent des conseils contradictoires sur le temps qu’il reste à la réalisation d’une épreuve, si bien que parfois on ne sait plus quoi faire. Et de temps en temps, cela est encore bien pire, vos coéquipiers oublient de vous conseiller de sortir. Il faut aussi noter que chaque candidat est doté d’une qualité : force, agilité, souplesse, endurance, réflexion... À la base, cette idée est bonne, mais ces qualités sont inutiles puisque les candidats sont choisis aléatoirement et souvent le candidat désigné ne dispose pas des qualités requises pour mener à bien l’épreuve. Avouons que cela est gênant.

Pour ce qui est des animations, là aussi il y a des choses à redire. La course des candidats d’une épreuve à l’autre n’est absolument pas naturelle, les candidats ont des bras gigantesques, ce qui leur donne une allure assez spéciale. De plus, leurs chevelures sont atypiques, on se demande encore s’il s’agit vraiment de cheveux tant le résultat n’est pas à la hauteur. L’ensemble de ces éléments ne valorise en rien l’aspect extérieur du jeu.

La modélisation des personnages du Fort est toutefois soignée. Le Père-Fouras, Passe-Temps, Passe-Partout, La Boule et les Maîtres des Ténèbres sont plutôt réalistes. Toutefois, il ne faut pas y regarder de trop près. La couleur de la barbe et celle de la tunique du Père-Fouras bavent l’une sur l’autre en formant un mélange peu esthétique là encore et la taille des deux guides, même s’ils sont des personnes de petite taille à la base, est exagérée, ils paraissent vraiment plus que minuscules.

Coté catastrophes on trouve aussi la bande-son. Bien que vous retrouverez les musiques originales de l’émission de télévision, du générique, au coup de gong, aux musiques des épreuves en passant par les musiques des aventures, etc., les dialogues (sous forme de voix off), eux, risquent de rebuter plus d’un joueur. Pour ce jeu, les personnes en charge du montage sonore ont opté pour des voix très enfantines, à tel point que cela vient à donner un aspect grotesque au jeu. Si vous ajoutez en plus de ces voix venues de nulle part des répliques cinglantes comme : « Au secours, je ne veux pas rester toute seule, aidez-moi ! » mêlé à des sortes de sanglots, cela vous donne un bel aperçu de ce qui vous attend. Là encore, on ne peut pas dire que cette partie ait été très travaillée ou plutôt qu’elle s’adapte à un public large, qui est pourtant celui de l’émission de télévision à la base (enfants, parents et grands-parents).

Mais il y a encore un grand lot d’incohérences, qui, si elles passent peut-être inaperçues chez les enfants, seront repérées par les plus fidèles du jeu. Pour commencer, le jeu ne réclame que cinq clés, au lieu des sept demandées dans l’émission, et ce, depuis 1991. D’autre part, il n’existe pas de prisons, il n’a tout simplement pas été jugé bon de les inclure. Le pire étant que même si un prisonnier n’est pas libéré pour cause d’échec de ses camarades aux duels des Maîtres des Ténèbres, on le voit réapparaître soudainement lors de la composition du mot code. De plus, le Conseil n’existe pas sous sa forme traditionnelle. Si les duels sont assez fidèlement reproduits (billes, bâtonnets, empilement, clous, paires...), ils sont joués dans des sortes de cellules à part, complètement à mille lieues de l’esprit solennel de cette partie dans l’émission. On notera d’ailleurs que l’épreuve du bonneteau, prise en charge par le magicien dans le jeu télévisé, devient pour le jeu vidéo un duel, cette confusion a de quoi laisser perplexe. Au chapitre des bizarreries, on peut aussi évoquer la célèbre ramassée des boyards dans la salle du trésor. Après avoir composé le mot code, les boyards tomberont, mais pour les ramasser, vous devrez appuyer sur les flèches de votre clavier à un moment précis (voir capture). Ce système de ramassage est un élément étrange de plus dans la réalisation qui en dépitera plus d’un au moment venu.

Avec tout cela, quels points positifs peut-on remarquer ? On pourra souligner la facilité de la prise en main du jeu. Tout se joue à la souris (clic gauche) et au clavier à l’aide de quelques touches très simples (les quatre flèches et la barre d’espace notamment). Les jeux sont bien expliqués (avant tous les mini-jeux, vous aurez une notice explicative à l’écran) et assez bien trouvés, même si on peine parfois à saisir ce que des clics acharnés ont à voir avec le principe réel de l’épreuve. Par exemple, l’épreuve de la Menotte consiste à faire circuler la menotte d’un bout à l’autre du tuyau (comme dans le jeu télévisé jusqu’ici), mais la différence est qu’il ne faut pas que la menotte rentre en contact avec le tuyau. Si vous touchez le tuyau, vous devrez tout recommencer. Sachant que cette épreuve est une épreuve à prisonnier, vous êtes coincé si vous n’allez pas au bout du tuyau pour pouvoir libérer votre poignet. Il y a une dizaine d’épreuves (Tonneau, Asile, Cellule qui rétrécit, Cabestan, Menotte, Excalibur, Pierres extérieures, Manolier, Tourniquet et Débarras) quatre aventures (Varappe, Ascension du poteau, Funambule et Cloche) et huit duels (Bonneteau, Bâtonnets, Paires, Clous, Billes, Boulets, Empilage, Cartes).

Les énigmes du Père-Fouras font aussi partie des points positifs du jeu, vous aurez tout le loisir de répondre aux devinettes du vieux sage. C’est sans doute la partie la plus réussie du jeu, d’un point de vue graphique et ludique (en mettant malgré tout à part le bavardage superflu et un peu agaçant, qui a lieu entre le Père-Fouras et le candidat ou la candidate). Le point négatif réside dans le fait que le Père-Fouras ne donne pas la réponse à l’énigme si vous ne la trouvez pas. Cela peut paraître logique pour la partie « énigmes », mais il pourrait le faire pour la première partie du jeu (quête des clés).

Le principe du mot code a lui aussi été sauvegardé (ouf !) et permet, par conséquent, de bien délimiter un but, un objectif à atteindre. On peut toutefois regretter que le jeu ne propose pas un palmarès des meilleures sommes remportées dans le jeu. La somme des Boyards que vous aurez amassée est bien indiquée, mais si vous ne la notez pas, vous n’aurez pas d’historique pour vous la rappeler. Les Boyards amassés vous serviront à débloquer les différentes épreuves, aventures et défis du mode « Partie rapide ». Cela veut dire que vous pourrez jouer à un mini-jeu à part sans pour autant refaire une partie complète de près de quarante-cinq minutes tout de même. Au niveau des options de configuration, il n’est possible de régler que le volume, la résolution étant définitivement bloquée sur 800x600 !

Nous pouvons pour finir indiquer qu’au démarrage du jeu, vous pouvez créer un profil avec votre pseudo personnel, chacun des membres de la famille pourra donc avoir son propre profil et débloquer ses propres épreuves au grès de ses réussites. Une épreuve peut être débloquée en utilisant des Boyards, mais il faudra aussi que vous l’ayez réussie lors d’une partie complète pour pouvoir faire cette action. De quoi augmenter un peu la durée de vie très faible du jeu. Vous aurez vite fait le tour du jeu, en vingt heures, le jeu peut être fini.

Au chapitre des joyeusetés, notez que si les temps de chargement ne sont pas longs en soi, ils le deviendront à la longue par le simple fait qu’il y en aura un avant chaque épreuve, duel ou aventure. Et ne croyez pas y échapper, que votre ordinateur soit un vieux coucou ou encore un bolide dernier cri, le jeu ne vous épargnera pas de ses bugs et temps de chargement, aussi présents quels que soient l’appareil et la configuration (malgré tout, veillez à respecter les configurations minimales si vous voulez avoir une chance de jouer !).

Enfin, si vous vous inquiétez à cause de la couleur de la mer qui entoure le Fort, sachez qu’elle peut varier : mauve, verte, ou bleue, si vous avez de la chance, vous tomberez sur le bleu, sinon vous aurez le mauve. En ce qui me concerne, je suis moyennement gâté, ma mer est bleue avec des reflets verdâtres, constatez vous-même...

Conclusion

« Fort Boyard - Le Jeu » n’est vraiment pas à la hauteur des espérances. Ce titre saura malgré tout attirer les fans - pour les convaincre, il faudra repasser -, mais au-delà, il s’adresse avant tout à un public très jeune (moins de douze ans) et peu soucieux des détails. Grâce à son gameplay idéal, sa prise en main simple et la facilité de ses différents mini-jeux, il saura les convaincre. Toutefois, le rapport qualité-prix est à dénoncer. Ce jeu ne mérite pas vraiment le sacrifice de près de 35 €. En effet, avec des graphismes ayant un goût d’inachevé, des cinématiques et animations bâclées et des incohérences totales par rapport aux règles du vrai jeu télévisé, le prix semble bien excessif. Quant à ceux qui se demandent encore s’ils pourront au moins admirer les muscles saillants d’Olivier Minne ou la silhouette angélique d’Anne-Gaëlle Riccio, j’ai bien peur qu’ils restent sur leur faim, en cherchant désespérément les animateurs, visiblement portés disparus dans cette aventure où Mindscape nous a menés pour le meilleur... et pour le pire !

Vous pouvez retrouver notre premier article sur « Fort Boyard - Le Jeu » en cliquant ici !

« Fort Boyard - Le Jeu » version 2007 : à quoi s’attendre ?

Malgré la mauvaise critique à son sujet, « Fort Boyard - Le Jeu » n’a pas fini de faire parler de lui. En effet Mindscape a d’ores et déjà annoncé il y a quelques jours la sortie d’une nouvelle version du jeu. Elle sera disponible dès le 22 juin 2007. Au chapitre des nouveautés, il ne faut pas s’attendre à des miracles, mais le fait qu’une mise à jour soit faite est quand même positif, si ce n’est que Mindscape, par respect pour les gens ayant acheté la version 2006, pourrait proposer une mise à niveau - même payante - de la première version.

La version 2007 comportera des énigmes inédites et dix nouveaux défis dont :

  • 5 nouvelles épreuves (Bras de fer, Code musical, Échelle infernale, Planétarium et Cylindres (sous-réserve)).
  • 5 nouvelles aventures (Tête chercheuse, Rocket-man, Cablocypède, Araignées et Scorpions et Tyrolienne).

Aucune correction technique n’est annoncée par l’éditeur. En ce qui concerne le prix, si vous voulez acheter la nouvelle version, il vous faudra débourser - encore une fois pour ceux qui ont acheté la première version - la somme de 34,99 €.

Autre nouveauté, le jeu est désormais décliné sous NintendoDS outre la version PC. Le prix est semblable toutes versions confondues.

JPEG - 118.6 ko
« Fort Boyard - Le Jeu » sur NitendoDS.
© 2007 - Mindscape

Cette nouvelle version permettra de rallonger un tant soit peu la durée de vie du jeu, mais elle s’inscrit aussi dans la logique de continuité de l’émission à la télévision. Les joueurs pourront ainsi s’identifier aux candidats de l’émission et prolonger l’aventure bien au-delà de la nouvelle saison estivale qui débutera fin juin sur France 2.

Alors, affûtez vos souris, amadouez votre clavier et surtout économisez si le cœur vous en dit, mais Fort Bavard vous aura donné son avis... en toute objectivité !

  • « Fort Boyard - Le Jeu » (version 2007)
  • Support : PC et NitendoDS
  • Sortie le : 22/06/2007
  • Prix : 34,99 €
  • Un produit : Mindscape / France 2 / ALP

Pour plus d’informations, connectez-vous vite sur le site officiel de l’éditeur « Mindscape » en cliquant ici !


© 2007 - www.fortboyard.net - Tous droits réservés - Reproduction partielle ou complète interdite

Les images restent la propriété de leur auteur respectif.

Les montages sont la propriété de www.fortboyard.net

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics