Mise en page 1

[10/10] « Toujours plus haut : c’était mon qualificatif chez les Scouts ! »

Olivier Minne est l’invité de Fort Bavard pendant les vacances

Publié le lundi 31 octobre 2011 par Aurélien LECACHEUR - Directeur de la publication, Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Archives hors-saison.

        

C’est déjà l’heure du mot de la fin. En ce lundi 31 octobre, après avoir exploré les neuf ans qu’Olivier Minne a passés à Fort Boyard, il revient pour nous sur sa vie en dehors de l’émission.

Fort Bavard : Si demain on vous demande de re-signer pour neuf ans sur le Fort, que dîtes-vous ?

Olivier Minne : On ne m’a pas demandé de signer au départ pour 9 ans. Et chaque année, il est bien spécifié qu’en aucune manière le présent contrat implique qu’Adventure Line Productions ne me demande de présenter l’émission de l’année suivante. C’est vous dire comme contractuellement on tient à moi ! (Rires.) Cela dit, la production elle-même aujourd’hui ne signe plus des contrats de 3 ans. Alors pourquoi s’engagerait-elle vis-à-vis de moi ?

Fort Bavard : Le tournage de Fort Boyard dure en réalité une petite semaine par an. À quoi ressemble la vie d’Olivier Minne les 51 autres semaines ?

Olivier Minne : Cette année, j’ai tourné plus de 80 jours à Bruxelles pour une série franco-belge À tort ou à raison de 6 épisodes dont je partage l’affiche avec Marianne Basler, Alexandra Vandernoot et Bernard Yerlès. Ils seront diffusés sur France 3 l’année prochaine. Avec ma société française de production, je travaille à différents projets. Certains pour la France, d’autres pour l’étranger. Olivier productions travaille sur des programmes télévisés, mais aussi sur de la production de musique et de chansons ainsi que des spectacles vivants. Un album de musique et de chansons décalées, Mademoiselle Maya en Ut Intégral sorti chez Universal l’année dernière continue de vivre sa jolie vie à travers un spectacle qui a été donné sur Paris au mois d’août et qui reprendra normalement début 2012. Je finis la production d’un autre album de variétés françaises magnifique, qui sera proposé sous peu. Et je démarche une autre artiste, chanteuse de Jazz magnifique, que j’aimerais enfin voir sur scène et signer son album.

Les projets télés demandent pas mal de temps à être mis au point, d’autant que ma structure n’est adossée à aucun grand groupe. Elle doit donc se battre avec des armes très inégales. Mais je ne me laisse pas impressionner par tout cela. Sinon en tant qu’auteur/réalisateur je travaille toujours sur deux docs : l’un sur l’histoire des speakerines depuis 1936. Un doc décalé où les nouvelles générations se marreront autant que leurs aînés des images que j’ai retrouvées et qui sont SURRÉALISTES pour la plupart d’entre elles.

Et puis un autre documentaire qui me tient très à coeur, celui que j’écris depuis un an sur l’acteur Louis Jourdan, la dernière légende française d’Hollywood. Nous nous voyons plusieurs fois par semaine, à Los Angeles où il réside, et au-delà de la qualité de nos échanges, la relation qui s’est établie entre nous deux est tout simplement bouleversante pour moi. Dire qu’au départ il ne voulait entendre parler de rien, tant l’idée même qu’on s’intéresse à lui lui paraissait sans intérêt. J’écris en parallèle un livre sur sa vie qui sera basé essentiellement sur les photos que Louis met à ma disposition.

Enfin, Olivier Productions se lance dans la coproduction de plusieurs fictions. Dont une, Interdits d’enfants, qui se tourne en octobre de cette année, écrite et réalisée par Jacques Renard. De plus c’est ma société américaine qui s’est chargée de tous les repérages des images qui ont été tournées pour les besoins de ce film en Californie.

Fort Bavard : Quels sont vos projets ?

Olivier Minne : Continuer tout ce que je viens d’énumérer, tourner comme comédien dans un unitaire avec Line Renaud pendant un mois, d’octobre à novembre puis repartir un peu aux US pour continuer l’écriture de mon doc et préparer d’autres repérages et/ou tournages de films ou émissions pour des sociétés de production belges, suisses et bien sûr françaises !

En tant qu’animateur je vais animer une série de 6 prime times pour Gulli qui seront diffusés au premier semestre 2012, sans oublier d’autres projets comme animateur avec France 2, mais dont je vous parlerai plus en détail dans les semaines à venir (il s’agit de l’émission Dans les coulisses du show, produite par Sébastien Cauet et qui sera à l’antenne le 12 novembre prochain sur France 2 dès 20 h 35 NDLR.)

Fort Bavard : Olivier Minne merci infiniment d’avoir répondu à nos questions, je vous laisse le mot de la fin…

Olivier Minne : Toujours plus haut ! C’est le qualificatif qu’on m’a donné lors de mon baptême chez les scouts. Si je le crie à la fin de l’émission, ce n’est donc pas pour rien ! ces paroles sont chargées d’histoires pour moi ! Toujours essayer de viser un cran au-dessus, afin d’éviter de se contenter du médiocre et surtout, afin d’éviter de laisser tomber ! Ce que j’avais tendance à faire souvent petit garçon.

J’ai demandé à la production d’accepter que je crie cette phrase en fin d’émission à nouveau. L’année dernière dans la nouvelle formule, il m’avait demandé d’arrêter de la dire. Il est, pour moi, important aussi de formuler par le cri des idéaux à la fois physiques et moraux. Le fait que les jeunes s’en soient emparés n’est pas anecdotique. Et maintenant, vous savez aussi ce que cette phrase recèle de personnel.

Merci Olivier Minne d’avoir été l’invité de Fort Bavard. À très bientôt. La rédaction vous adresse tous ses voeux de réussite pour vos projets. Toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus fooort !

Retrouvez les autres parties de cette interview


Interview réalisée par Aurélien LECACHEUR et Guillaume COMONT. Merci à Olivier Minne d’avoir accepté de se prêter au jeu et de nous avoir accordé un peu de son temps.

Photos : © France Télévisions / Gilles Scarella

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics