Mise en page 1

Avis de la rédaction : émission du 07/07/2007

Equipe de Rachel Legrain-Trapani (Miss France 2007) (enregistrée le 12 juin 2007)

Publié le samedi 7 juillet 2007 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Avis de la rédaction (2006-2012).

        

JPEG - 191.1 ko

De gauche à droite et de bas en haut : Aubin Hueber, Fred Courtadon, Rachel Legrain-Trapani, Sorel, Dimitri Szarzewski et Yannick Jauzion.


Nous avons eu, pour ce troisième rendez-vous de la saison, une émission assez surprenante, dans le sens où l’équipe était très mal partie et a réussi à finir en beauté... Olivier a raison, sur le Fort, rien n’est gagné d’avance, mais rien n’est perdu d’avance non plus !

Post-générique

Une petite saynète bien sympathique ouvre l’émission. Ca fait plaisir de voir Olivier entouré des trois Passes... Mais encore une fois, ce genre de petite scène reste trop isolé pour être parfaitement satisfaisant, il serait bon de multiplier par trois ce genre de petites apparitions boyardesques.

Je remets le couvert, mais on va vraiment finir pas se lasser de l’arrivée au niveau du proscenium, à changer impérativement la saison prochaine (je sais, j’avance vite, mais mieux vaut prévenir que guérir).

Épreuves

Une fois de plus, les 45 minutes légales se sont avérées bien insuffisantes pour l’équipe de ce soir. Il a fallu attendre 6 épreuves avant qu’une clé ne soit récupérée, soit à mi-parcours si je puis dire.

  • Le « Cabestan » ouvre la farandole des épreuves, et c’est Yannick qui se mesure à l’Homme-Fort du Fort, et il n’y a pas à dire, il assure, mais son concurrent, s’il ne pousse pas, résiste énormément et l’empêche d’atteindre la clé. C’est vraiment dommage, il doit sortir sans la clé, faute de temps.
  • On découvre l’épreuve des « Boulets à la mer », qui a l’air bien difficile quand même, dans le sens où il faut bien mesurer la force nécessaire pour que le boulet tombe dans le panier au milieu de la mer. Dimitri, qui est accompagné pour l’occasion de Fred, n’arrive pas à doser suffisamment et les boulets retombent soit à quinze mètres derrière le panier, soit le frôle. Là encore, il ne manque pas grand-chose...
  • Miss France 2007 est envoyée chez le Père-Fouras, mais est très vite dépassée, elle ne trouve pas le mot « Cuir » et une clé de plus échappe à l’équipe. L’énigme n’était pourtant pas si difficile.
  • Sorel est choisi pour l’épreuve de la « Pince », mais avant de se faire « pincer » lui-même, il est contraint de sortir sans la clé, après avoir tout de même réussi à mettre deux disques métalliques sur les trois requis. Il me semble que le temps limite dans cette épreuve devrait être rallongé un peu, parce que sur deux émissions, j’ai trouvé les candidats rapides, et pourtant le temps arrive à son terme très vite aussi.
  • Aubin a la mission de courir sur le « Tapis roulant » hyper glissant et de mettre les sceaux remplis d’eau dans le cylindre, afin que la clé monte. Il n’est pas assez minutieux et là encore, même s’il ne manque pas grand-chose, c’est un échec.
  • C’est la sixième épreuve, les « Baguettes » et contre toute attente, deux hommes, Dimitri et Yannick sont choisis. Et ils s’en sortent bien puisque les deux pots arrivent dans les deux paniers prévus à cet effet, de justesse certes, mais ils ont la clé quand même. Ouf !
  • C’est l’heure de se rendre chez le Chinois, qui attend les candidats de pieds fermes. On se demande si cette épreuve sera réussie un jour. Soit le personnage et le puzzle sont de très bonnes idées, mais les candidats ne suivent pas. Sorel tombe (c’est le cas de le dire) dans les geôles, Fred n’étant pas parvenue à bout du casse-tête... chinois !
  • C’est au tour de Rachel d’entrer en jeu dans une cellule, celle du « Dauphin ». On se demande quelle idée est passée par la tête de la production. Pourquoi donner une épreuve si difficile à Miss France ? Il s’agit quand même d’une épreuve très physique. Mais le pire, c’est de ne pas la faire revenir et donc de l’enfermer directement... Il faudra m’expliquer cette nouvelle règle que je trouve toujours profondément absurde. Quitte à perdre l’épreuve, autant ne pas perdre tout, et donc faire revenir la candidate. Bref, échec, échec, et encore échec ! Et déjà deux prisonniers.
  • Yannick monte en vigie, mais c’est inutile puisqu’il ne trouve pas le mot « Vernis ». L’énigme était pourtant là encore simple comme bonjour... sauf pour Yannick !
  • Dimitri, l’homme-fort du groupe, va justement se mesurer à l’Homme-Fort de la Forteresse. Le résultat était très imaginable, il remporte cette partie improvisée de « Bras de Fer » en quelques secondes. C’est bien joué.
  • Je vais encore renouveler ma question, pourquoi envoyer Fred dans une épreuve aussi physique que le « Ring » ? Et pourtant, elle n’a pas lâché le morceau la jolie Fred, toujours motivée et toujours partante. Ça n’aura pas suffi, elle s’épuise et doit sortir.
  • L’épreuve historique de « Excalibur » pointe son nez et Yannick parvient cette fois à ses fins en retirant l’épée de son billot et en tranchant le cordage retenant la clé en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, même s’il ne dépasse pas l’exploit réalisé en 2003 par Stéphane Traineau, qui avait fait cette épreuve en un temps record.
  • Treizième et dernière épreuve : le « Tonneau ». Aubin peine vraiment à aller jusqu’à la clé, mais il y parvient quand même, et donne donc une quatrième clé à son équipe.

Bilan désastreux cette semaine encore. La partie clés est de plus en plus prise à la légère et on se retrouve avec seulement 4 clés. Dire qu’il en fallait 7 il y a quelques années ! C’est bien poussif tout ça.

Quatre épreuves sur treize sont réussies ! Ils battent le record d’échecs réalisé par l’équipe de Danièle Evenou.

Mention spéciale tout de même à Fred, son sourire et sa fraîcheur sont bien agréables à voir.

Le « Cryptogramme »

Une fois encore, l’équipe est assez peu efficace dans cette partie. Le tout traîne vraiment en longueur.

Aubin n’est pas comme un poisson dans l’eau (c’est le moins que l’on puisse dire) et la perte de temps est conséquente dans la lecture de la matrice codée.

Heureusement qu’Anne-Gaëlle est là et prodige de bons conseils voire aide carrément l’équipe, parce qu’ils sont un peu dépassés.

Ils parviennent toutefois à décoder la phrase et le coffret est libéré, non sans mal ! J’ai bien cru qu’ils n’y arriveraient jamais.

Le système de temps me paraît profondément inutile toutefois, je pense qu’il n’y a plus de doute à avoir, toutes les équipes parviendront à libérer le coffret.

Sinon, Sorel a fait preuve d’un grand sang-froid lors de son parcours de libération et Miss France a été courageuse, elle avait très peur.

Aventures

À l’inverse de la partie clés, l’équipe a su mener d’une main de maître cette partie. Et c’est plutôt bien puisqu’il leur fallait absolument un maximum de cartouches-indices pour procéder à des échanges en fin d’émission.

  • Fred n’a pas démérité dans l’aventure de l’ « Équilibre », elle a même réussi à se relever et a presque atteint son but. Mais il faut avouer que cette aventure est super difficile, et qu’elle s’est bien battue, jusqu’au bout. Bravo tout de même à elle pour sa performance.
  • Yannick a trouvé de justesse les deux parties du code, mais son calme et son self-control lui auront porté chance, l’équipe récupère la cartouche quelques secondes avant son explosion.
  • Dimitri, quant à lui, est magistral dans le « Pont de Singe », il fait le parcours en un temps record et la cartouche est récupérée. Chapeau !
  • Sorel assure aussi chez le Père-Fouras, en peu de temps il trouve le résultat de l’opération nécessaire et il ramène donc aussi une cartouche de plus.
  • Enfin, Miss France saute à l’élastique et arrive à rattraper l’indice en vol, bravo à elle, parce que ces dernières années, peu de candidats ont réussi à arracher la cartouche après avoir sauté !

Très bon bilan donc pour les aventures, quatre aventures sur cinq sont réussies, belle récolte. Une équipe bien motivée dans cette partie du jeu. Peut-être que les jeux extérieurs étaient plus adaptés aux rugbymen et à l’équipe en général.

Conseil

Le conseil est mitigé, deux duels seulement de réussis, mais une bonne surprise, l’arrivée d’un nouveau duel, celui des « Baguettes ».

  • Sorel manque cruellement de chance et perd le duel des « Cartes ».
  • Rachel inaugure un nouveau duel, les « Baguettes », et elle s’en sort bien, malgré quelques imprécisions, elle bat le Maître et remporte donc 15 secondes supplémentaires.
  • Fred n’a pas de chance non plus (décidément !) et perd le duel des « Paires », le Maître étant tombé sur de nombreux animaux déjà découverts par Fred au début du jeu.
  • Pour finir, Dimitri tient son « poids » à bout de bras tout au long du duel. Si le Maître résiste bien, il lâche son fardeau bien avant et Dimitri remporte lui aussi de précieuses secondes supplémentaires. Il a même le droit à une poignée de main de la part du Maître, chose assez rare pour être signalée. Même Olivier était étonné.

Ce sera donc 3 minutes 30 dans la Salle du Trésor, une bonne moyenne.

Salle du Trésor

L’équipe a une bonne stratégie, elle n’échange que deux indices sur quatre récupérés contre deux clés supplémentaires. La grille va donc s’ouvrir de moitié (six clés sur sept). Il leur reste donc deux indices qu’ils peuvent dégoupiller : « Cadran » et « Pin ».

Sorel sauve l’équipe du sacrifice en trouvant presque instantanément le mot code - bravo à lui -, qui n’est autre qu’« Aiguille ».

Étant tous entrés dans la Salle du Trésor, ils récupèrent les six clés permettant d’ouvrir le coffret à Boyards et sont donc sûrs de l’ouvrir.

Grâce à une bonne organisation, la moisson est excellente, 19 240 € pour « Le Sourire de Lucie ».

Animation

L’animation reste irréprochable, Anne-Gaëlle était excellente dans cette émission, elle a soutenu l’équipe à bout de bras et à donner de très bons conseils.

Conclusion

Une bonne émission. L’équipe était soudée, même si trop souvent elle restait un peu « brouillonne », échouant de peu très souvent dans les épreuves.

Toutefois, la mauvaise première partie du jeu fut vite oubliée par une partie aventures presque irréprochable et une stratégie finale très bien réfléchie, permettant une somme vraiment à la hauteur.

L’équipe était quant à elle sympa, Rachel s’est bien rattrapée, et les autres membres de l’équipe aussi.

Pour toutes ces raisons, je mets 14/20 à cette équipe, parce qu’elle a su se démener et réagir.

La semaine prochaine, retour au Fort pour Brian Joubert !


Retrouvez la composition détaillée de cette équipe en cliquant ici !

Vous pouvez également vivre ou revivre l’émission en lisant notre résumé détaillé et illustré en cliquant ici !

© 2007 - www.fortboyard.net - Tous droits réservés - Reproduction partielle ou complète interdite

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics