Mise en page 1

Avis de la rédaction : émission du 17/07/2010

L’identité retrouvée ?

Publié le mercredi 21 juillet 2010 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Avis de la rédaction 2010.

        

L’émission de la semaine dernière a fait parler d’elle, c’est sûr ! Pourtant très critiquée, l’émission n’avait été suivie que par 1,9 million de téléspectateurs soit un peu plus de 12 % du public. Cette semaine, la donne change : leader samedi soir, et après l’assimilation des nouveautés 2010, les critiques se sont atténuées et ont laissé place à plus de modération. Fort Bavard donne à son tour son bilan de ce deuxième épisode.

Samedi soir était diffusé le deuxième numéro de cette cuvée 2010 de Fort Boyard. La semaine passée a été riche en surprises et il était difficile d’avoir le recul nécessaire pour bien évaluer tous les points positifs de cette nouvelle version.

Il est naturel pour les téléspectateurs, comme pour nous, de tenter de trouver des repères et de se raccrocher à des éléments assimilés les années durant.

Mais à vivre dans le passé, à trop repenser avec nostalgie aux anciennes saisons, on ne peut qu’attendre ou espérer des chemins révolus.

Ce qui ne veut pas dire que Fort Bavard révise sa copie concernant la première émission, la balance des qualités et défauts ayant été, à notre sens, assez bien équilibrée.

Mais pour ce deuxième rendez-vous de l’été, je dois dire que j’ai été enchanté. Pourquoi ? Parce que le saut dans l’inconnu a été convenablement digéré depuis dix jours. Aussi, désormais il n’est plus nécessaire de se concentrer sur la mécanique du jeu, mais on peut suivre calmement les équipes et vibrer au rythme du jeu.

Avec cette nouvelle version, nous évitons les répétitions d’épreuves, celles-ci sont diversifiées et l’alternance des jeux en extérieur et en cellule est bienvenue, cela évite toute lassitude ou toute répétition. Certes, l’enchaînement des épreuves vers les aventures était agréable, car on pouvait avoir l’impression d’une augmentation de la difficulté des jeux et de leur côté spectaculaire, mais ce mélange est tout aussi respectable à bien y penser.

Je maintiens toutefois qu’une épreuve individuelle en plus pour chaque équipe dans la première manche ne serait pas de trop, même si le Relais arbalète, il est vrai, rallonge considérablement cette première partie du jeu.

Et parlons-en de ce Relais arbalète, j’en suis pleinement satisfait, tout s’enchaîne parfaitement et on évite le travers habituel de ce genre de sous partie : les longueurs. On ne s’ennuie pas une seule seconde, le rythme est soutenu, mais raisonnable. On apprécierait toutefois l’absence totale de réactions durant ce relais où l’enjeu est crucial. Et cette critique, déjà valable la semaine dernière, persiste dans cet épisode, les réactions sont trop nombreuses, et l’action reste souvent coupée. J’espère que ce point sera revu et corrigé si cette version doit perdurer.

Ce qui est appréciable avec ce relais, c’est que tout peut basculer à tout moment, l’équipe qui était en tête au début peut finalement perdre malgré son avance, la preuve en est avec l’émission de ce samedi.

Quand j’ai appris que la libération des prisonniers, vivement critiquée ces dernières années, était de retour, j’ai eu quelques réticences, mais en voyant la rapidité avec laquelle cette « formalité » est expédiée, je dois dire que cela ne me gêne absolument pas. En tout et pour tout deux minutes sur 115 minutes d’émission, ce n’est pas insurmontable pour le téléspectateur, on est très loin des parties intermédiaires ennuyeuses que nous avons subies ces dernières années.

L’idée du duel simultané dans les geôles du Fort est intéressante, bien que j’aurais préféré un ou des duels inédits pour cette partie, mais peut-être que cela viendra. Je trouve que ce qui appartient au Conseil doit rester dans un cadre strict. Quoi qu’on puisse penser du Conseil, sa force réside (ou résidait) avant tout dans sa solennité, dans son silence, dans son rituel en quelque sorte. C’est toujours l’un des points noirs de cette saison. Le Conseil doit absolument retrouver ses lettres de noblesse, ses Maîtres, son protocole. Le fait même que toute l’équipe entre ne permet plus le sérieux inhérent à cette partie. Faire jouer tous les membres d’une équipe lors d’un duel ne m’a pas non plus convaincu, certes, cette année [Fort Boyard est un jeu d’équipe, mais les saisons précédentes aussi, et chacun jouait individuellement, cela créait une ambiance particulière, tout reposait à chaque fois sur une personne en particulier.

Les nouveaux jeux proposés ou plutôt le retour d’anciens concepts comblent ma nostalgie des anciennes saisons. Je trouve que les épreuves qui reviennent ont été bien choisies. J’adorais la « Bascule magyare » et même si le principe a un peu évolué pour mieux se prêter au duel entre les deux équipes, il me plait toujours autant. Quant à l’épreuve des « Boulets sur la planche », elle fait partie de mon palmarès des meilleures épreuves du jeu. Son principe est simple, mais très efficace, j’adore ce genre de jeu ou tout repose sur la concentration et l’adresse, j’avoue que je les préfère aux jeux purement physiques, car chacun à une chance de les réussir. Enfin, bien que cela n’ait jamais été l’une de mes épreuves favorites, revoir la « Clé à la mer » a été appréciable, puisque c’est un classique de Fort Boyard. Sinon, voir un homme dans le Tuyau transparent fut assez surprenant, mais cela fait du bien de bousculer un peu les codes, cela a redonné de l’intérêt à cette épreuve et lui a donné une pointe d’originalité. Toutefois, j’ai quand même trouvé la clepsydre fort longue alors qu’elle est généralement très courte, laissant à peine le temps à la candidate de sortir. Gilles n’a pas été très rapide.

Concernant les candidats du jour, certains étaient vraiment heureux d’être là, notamment la jeune Hélène des Titanes, qui ne manquait pas d’encourager très régulièrement son équipe, même après quelques échecs. Il en a été de même chez les Cuivres, où Séverine et Ludovic ont su encourager leurs troupes quand il le fallait. Dommage toutefois que certains candidats ne connaissaient pas bien le jeu. Sandrine semblait perdue dans le Tourniquet et Ludovic et Séverine semblaient découvrir l’épreuve des Baguettes, pourtant présente depuis une décennie sur le Fort ! Les deux équipes n’ont pas été brillantes du point de vue des performances physiques et les deux étaient au même niveau, le relais s’étant joué à un cheveu.

Quant à l’équipe des Champions, ils n’ont pas été gâtés par leurs épreuves cette semaine : Serpents, Bascules magyares, Balles de coton, duels au conseil… À leur décharge certaines d’entre elles n’étaient pas évidentes.

La recherche du mot code a été laborieuse, mais il faut dire que le mot CORPS ne sautait pas aux yeux, même avec quatre ou cinq indices, ce n’est pas vraiment le premier mot auquel on pense.

J’ai trouvé dommage que l’équipe des Cuivres ne propose rien, mais, en revanche, contrairement à d’autres, cela ne m’a pas gêné que les Champions conservent automatiquement leur titre. Le but du jeu est bien pour l’équipe adverse de gagner le titre de Champions. Or s’ils ne trouvent pas le mot code, il est logique qu’ils n’obtiennent pas le titre de Champions.

Olivier était plus à l’aise cette semaine que dans le premier épisode, où il avait commis quelques hésitations, confondant même Passe-Muraille avec Passe-Temps. Cette fois, je l’ai senti complètement dans le jeu. En revanche, le Père Fouras manque de vie cette année, j’aimerais retrouver le Père Fouras facétieux de ces dernières années ainsi que des habitants du Fort qui existent vraiment, c’est l’un des autres grands points à revoir, mais je l’ai déjà longuement évoqué dans mon précédent avis.

Au final, j’ai donc suivi ce deuxième numéro avec beaucoup de plaisir, plus que pour le premier où j’étais trop concentré sur les règles du jeu et la mécanique générale. Le fait qu’il n’y ait plus de notion de temps me perturbe encore et me manque, je vais avoir du mal à m’habituer à ne plus regarder sur l’un des coins de l’écran pour évaluer le temps restant. J’aimerais bien aussi que le système de l’incrustation de clepsydre ait lieu dans la version française, comme ce fut le cas dans quelques versions étrangères, cela permettrait de suivre davantage l’action en cellule. Les interviews pendant les épreuves sont définitivement à revoir et le Conseil doit retrouver sa touche solennelle d’autrefois. Enfin, le jeu se doit vraiment de retrouver ses personnages, de les mettre en valeur avec de beaux costumes dignes de ce nom et de rendre au Père Fouras son humour qui s’est clairement estompé.

Tout le reste n’est que du positif (jeux, relais, suspense, candidats…) jusqu’aux musiques, dont certaines étaient des anciennes pistes (cf. quand Olivier arrive dans les prisons du Fort) que j’adorais. Il y en a eu d’autres tout au long de l’émission. J’ai trouvé l’émission un peu plus « boyardesque » que la première, du moins, j’ai reconnu davantage la « patte » Fort Boyard que j’avais un peu perdue la semaine dernière.

Cet épisode est de bon augure et j’ai hâte de voir la suite de la compétition ! Alors, pourvu que cela dure…


Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics