Mise en page 1

Avis de la rédaction : émission du 31/07/2010

Alain ou l’homme qui marchait dans les airs…

Publié le mercredi 4 août 2010 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Avis de la rédaction 2010.

        

Les murs du Fort ont de nouveau tremblé lors de ce quatrième numéro. Entre le champion Alain qui a passé son temps à faire des pirouettes dantesques dans les airs et Philippe des Cuivres qui a accumulé les performances physiques grâce à sa force de titan, un spectacle, samedi, on en a eu un magnifique. Revenons ensemble sur cet épisode…

Ah ! Les audiences ! Chaque semaine elles font jaser. Il y a d’un côté ceux qui sont heureux des contre-performances réalisées par l’émission, car ils pensent que seule une baisse vigoureuse pourrait faire revenir leur jeu fétiche « à la normale » (ils entendent par là le jeu tel qu’il existait avant 2010). Puis, d’un autre côté, on trouve les sages, qui ont compris qu’il ne fallait pas cette année s’attendre à retrouver le jeu tel qu’on l’a connu l’année dernière ou même il y a dix ans. Ils ont accepté, avec plus ou moins de facilité, la compétition qui leur est proposée. De fait, ils passent, chaque samedi, un bon moment sans tomber dans la nostalgie.

Entre les deux, il y a ceux qui défendent contre vents et marées le jeu, trouvent des excuses aux faiblesses de la nouvelle version, mais réclament malgré tout un retour aux sources, un vrai disent-ils, pas un retour mi-figue mi-raison comme cette année, où l’on se contente d’aller chercher quelques anonymes et de faire revenir quelques anciennes épreuves. Non, ce qu’ils veulent c’est le retour aux « temps héroïques », comme l’a si bien écrit France 2 dans sa présentation de la saison 2010.

Les temps héroïques on en est loin dans le schéma du jeu, mais si l’on s’en tient aux performances des candidats, on a renoué avec le succès.

Alors où se situe Fort Bavard dans le débat actuel ? La réponse est difficile. D’un point de vue personnel, j’aime le suspense que véhicule chacun des épisodes, je mesure que l’enjeu est bien plus fort cette année et que les candidats sont vaillants. Tout cela me plaît. Mais, je reste sur ma faim, il me manque l’étincelle que j’avais conservée ces dernières années, même si elle n’était pas aussi étincelante que durant mon enfance (et, c’est somme toute logique, on a tous grandi). Je crois que même si la compétition est plaisante à suivre, j’aimais beaucoup l’ambiance bon enfant, le climat détendu de l’émission, que l’on a un peu perdu aujourd’hui.

Le jeu est devenu sérieux (trop sérieux sans doute), Olivier aussi (mais à ce niveau, je trouve qu’Olivier est cette année vraiment dans son élément, ce rôle d’arbitre lui va beaucoup mieux que celui de Maître du Fort, rôle qu’il n’avait jamais complètement endossé et qu’il a refusé pendant longtemps).

Puis, je l’avoue, l’animatrice me manque. Je regrette vraiment le départ d’Anne-Gaëlle, plus que jamais, je suis convaincu qu’une animatrice aurait pu conseiller les candidats. Ces derniers sont souvent livrés à eux-mêmes et cherchent dans le vide. Par exemple dans les Serpents, où Françoise a mis du temps avant de se tourner vers les trappes. Il en est de même pour le « Barillet », Anne-Gaëlle aurait été à même de les remettre sur le droit chemin.

L’animatrice a toujours apporté beaucoup de fraîcheur à ce programme. J’étais très attaché au duo, car cela a toujours fonctionné dans l’émission. Je ne rejouerai pas cette année mon refrain sur Cendrine, Patrice et l’âge d’or du jeu, car ce serait hors de propos. En cela je ne suis pas d’accord avec les « ultras », autrement dit ceux qui se laissent trop envahir par leur nostalgie et voudraient un complet retour en arrière. Cela n’est pas possible, on pourra toujours revenir au format classique, mais il faut accepter le fait que les codes des jeux d’aventure à la télévision ont changé. On aurait du mal aujourd’hui à voir l’épreuve de la Clé à la mer d’un bout à l’autre sans aucune musique par exemple. Non, il faut jouer surtout sur l’ambiance, le mystère et la magie. Puis revenir effectivement aux fondamentaux : la chasse aux 7 clés, le Conseil - À ce sujet, par pitié, ne rebaptisez pas le Conseil en « Salle des Maîtres », c’est terrible de vouloir absolument effacer toute trace de l’ancien jeu. C’est sûr la dénomination « Conseil » n’est pas aussi tape-à-l’œil que « Salle des Maîtres », mais justement, auparavant, le fait même de dire Conseil nous faisait tout de suite penser à un espace solennel, calme, majestueux, sombre et formel. Puis cette « Salle des Maîtres » n’en a vraiment que le nom… - la chasse aux indices (que l’on ouvrirait pendant l’émission), et, enfin, la collecte des boyards. Ce schéma de jeu, simple et efficace, a toujours fonctionné. On sait très bien avec le recul que la saison 2002 a été sapée par l’animation, les multiples répétitions du jeu, le manque de notoriété des candidats et par la concurrence féroce. Je ne crois pas véritablement que la faute incombait au jeu en lui-même.

On a voulu aussi faire une saison composée uniquement d’anonymes. J’ai toujours été pour le retour des anonymes, mais j’avais émis des doutes quant à la pertinence de ne faire venir aucune célébrité.

À mon avis, ce qui rend cette version impopulaire, c’est la brutalité avec laquelle on a imposé ce nouveau concept aux téléspectateurs. On est passé d’une version de six candidats connus affrontant le Fort à une version à 12 candidats anonymes par émission s’affrontant dans des duels. Avouons tout de même que le changement est drastique. Un passage en « douceur » aurait pu être négociable, mais là tout a été assez brutal je trouve. Les Français, ce n’est pas un mythe, n’aiment pas particulièrement le changement, et cela semble se confirmer.

Concernant l’émission du 31 juillet en elle-même. J’ai été presque pleinement satisfait par cette émission, toujours à quelques détails près.

Je me range du côté de nos nombreux internautes qui ont indiqué un flottement dans les règles estivales.

Premier flottement chez le Père Fouras où celui-ci a autorisé deux réponses par candidat cette semaine alors qu’une seule réponse ne pouvait être donnée dans les émissions précédentes.

Les règles du Relais nous ont aussi interloquées. La libération des prisonniers a eu lieu cette semaine alors que l’équipe Titane n’avait aucune clé et l’équipe Cuivre trois. Or, pour que le Relais ait lieu, il aurait fallu que, d’une part, Sylvie perde le duel dans les prisons, mais que d’autre part elle ne sorte pas à temps des prisons quand elle aurait effectué son parcours de libération, ce qui aurait obligé son équipe à redonner une clé. Mais une question se pose, même si cela était arrivé, l’équipe Cuivre aurait toujours disposé de deux clés et, le Relais ne donnant droit qu’à deux clés supplémentaires, aurait-il été juste de faire gagner l’équipe Titane en se basant juste sur sa victoire au Relais, niant ainsi les performances de l’équipe Cuivre ? Bref, tout cela pour dire que les règles entourant cette partie sont quelque peu déroutantes.

Un autre débat, celui des clepsydres. Plusieurs téléspectateurs ont remarqué une variabilité forte des clepsydres. On entend par exemple Anne-Marie dire à Didier dans la Salle des tortures, qu’il lui reste « un peu plus de la moitié du temps » alors même qu’il a effectué cette épreuve en à peine une minute. Pareil pour le Funambule, bien qu’Alain ait été plus qu’efficace, la clepsydre ne semblait pas offrir un laps de temps très important. Idem dans les Serpents d’ailleurs.

Enfin, au titre des réclamations, certains ont jugé inacceptable que Sylvie de l’équipe Cuivre donne le mot code à son équipe alors que celle-ci s’était sacrifiée. En effet, il serait bon soit de donner une bonne fois pour toutes le droit aux sacrifiés de réfléchir avec leur équipe, soit de confier les sacrifiés à la Boule ou de les éloigner un peu du proscénium. En tout cas, l’absence de règle précise créée un certain flottement une fois de plus.

Pour ce qui est de la fameuse « noisette » en vigie, là, on ne va pas crier au loup non plus. Cela fait partie du jeu, Fabien a mis son adversaire sur la voie sans le vouloir. Adrien a eu raison de continuer la partie après tout. Par ailleurs, le petit problème qui a eu lieu lors des « Pierres extérieures » confirme que l’absence de l’animatrice est préjudiciable. Philippe n’avait pas bien compris, ou ne se rappelait plus qu’il fallait décrocher le ruban. C’est un peu rageant après tant d’efforts.

Mais revenons sur les performances de nos valeureux aventuriers. Alain, a, une fois de plus, était magistral. Pourtant un peu fébrile avant de rentrer dans la Salle des tortures qu’il avait brillamment réussie par le passé, tout comme son camarade Didier, il a littéralement explosé le record de cette épreuve en arrachant la cartouche du plafond de la cellule en quelques dizaines de secondes ! Et que dire de sa performance dans l’aventure du Funambule ? Comme l’ont dit Anne-Marie et Lydia, Alain pourrait être rebaptisé pour l’occasion « l’homme volant » tant on le sentait à l’aise sur ce fil perché à plusieurs mètres de hauteur ! Didier n’est pas resté non plus sur la touche en parvenant lui aussi à réitérer son exploit passé dans les « Pierres extérieures ». Mention spéciale à Philippe qui a lui aussi été très performant dans cette épreuve, mais qui a joué de malchance. Ce candidat a d’ailleurs été très bon tout au long de l’émission, il a réussi l’Ascension sans grande difficulté et a été redoutable dans l’épreuve ardue de la Double échelle.

De leur côté, Adrien et Sylvie nous ont offert aussi de beaux moments. On n’aurait pas forcément misé sur Adrien dans l’épreuve du « Manolier » et pourtant ! Il a su adopter d’emblée la bonne stratégie en avançant au maximum le manolier et il est tombé à quelques centimètres de la fin du parcours. Cela prouve une fois de plus que pour cette épreuve il faut un mental d’acier. Ses autres participations étaient elles aussi de bonne facture, les énigmes ne lui ont posé aucun souci et il s’est remarquablement bien débrouillé dans le Filet-Boulet.

Sylvie, très courageuse, n’a pas hésité à prendre le risque d’affronter sa peur panique du vide. Elle nous a gratifiés d’un très beau saut, malgré son pas hésitant. Elle a su aussi se remotiver après son séjour dans les geôles. Elle n’a en effet pas perdu de temps sur le labyrinthe de la Cellule qui rétrécit tandis que Lydia semblait un peu désemparée. Odette quant à elle a été très discrète dans l’émission, ne participant qu’à l’épreuve du Barillet avec Adrien, espérons qu’elle sera mise davantage à contribution samedi prochain.

Notons toutefois que les Champions ont été très bons au Conseil ce soir, ils ont réussi tous les duels, prouvant qu’ils pouvaient aussi se surpasser dans des petits jeux. Je trouve que cette équipe est vraiment très soudée, qu’elle sait se remettre en question et surtout travailler ses faiblesses. Sincèrement, cette émission était la leur, ils ont été excellents d’un bout à l’autre, ils ont presque tout réussi. Le résultat final est en ce sens décevant, car ils méritaient vraiment de gagner ce soir au vu de leurs performances. Les semaines passées, ils n’avaient pas encore trouvé leur rythme de croisière.

Les adaptations des nouvelles épreuves sont globalement réussies notamment pour l’Ascension du poteau, les Pierres extérieures et la Double échelle. D’ailleurs, on comprend maintenant mieux pourquoi cette épreuve n’a jamais été proposée aux célébrités face à la Gymnaste en 2006, elle est particulièrement coriace, et seul un homme vraiment très fort pourrait en venir à bout.

La seule adaptation que j’ai trouvé moyenne est celle de la « Cellule qui rétrécit », là encore, je ne trouve pas que cette épreuve se prête particulièrement au format duel. Je la préfère en cellule individuelle. Le labyrinthe n’est visuellement pas du meilleur effet, on en voit même pas le parcours des candidates. Et l’effet du plafond qui descend passe presque inaperçu.

Au final, j’ai beaucoup aimé cet épisode, car les petits défauts m’ont moins dérangé que l’émission dernière. Je dois dire que les performances des candidats y sont sans doute pour beaucoup. J’avais hâte de retrouver les Champions comme chaque semaine. D’ailleurs, la première manche a été moins intéressante je trouve, car l’équipe Titane était en grande difficulté, mais ne manquait toutefois pas de détermination. Olivia était par exemple très dynamique, tout comme Fabien. Je me suis vraiment pris au jeu, j’ai pu faire abstraction de certains détails. Je regrette évidemment que les Champions aient été battus après avoir tout donné, mais je me doutais qu’ils finiraient par être vaincus un jour, c’était presque inéluctable. Puis ils ont été battus loyalement, par une équipe Cuivre particulièrement redoutable et très motivée. J’ai hâte de revoir nos vétérans pour la Grande Finale du 21 août.

En définitive, une émission à la hauteur, qui aurait mérité d’être regardée par davantage de téléspectateurs.


Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics