Mise en page 1

Avis de la rédaction : émission du 21/07/2012

Un montage chaotique

Publié le mercredi 25 juillet 2012 par Aurélien LECACHEUR - Directeur de la publication dans la rubrique Avis de la rédaction 2012.

        

Après un épisode catastrophe de Fort Boyard avec notamment les contre-performances de Catherine Laborde, il revenait aux consultants sportifs de France Télévisions de relever un niveau qui avait été placé au raz des pâquerettes. L’équipe de Stéphane Diagana, Nelson Monfort et leurs comparses n’ont pas eu de mal, en effet, à faire mieux. Et même bien mieux, car l’épisode de Fort Boyard diffusé samedi dernier restera dans le « TOP » de la saison.

JPEG - 387.6 ko

Nous l’avons déjà écrit les semaines précédentes, mais cette saison 2012 s’inscrit dans la droite lignée des retours aux fondamentaux entamés 2011, avec en parallèle une modernisation des épreuves et des décors inédits. Le mariage du XVIIIe et du XXIe siècle semble pour l’instant fonctionner.

Un mot pour qualifier l’équipe ? Pas très original, mais reflétant bien l’esprit, celui de « dynamique ». En effet, dès la première épreuve, Stéphane Diagana remporte sa clé avec brio et largement dans les temps, dans la cellule du Bateau ivre, remake de feu le Pied marin. Mais ne rêvons pas, il a fallu quatre échecs pour remporter la deuxième clé. Jérôme Alonzo et Frédérique Jossinet ont ainsi vaincu une nouvelle fois le temps (très court) pour réussir la Tyrolienne inversée. Petit bémol, cette épreuve, si elle est assez spectaculaire, semble bien facile. Mais cette réussite a permis à l’équipe de reprendre du poil de la bête et Stéphane Diagana a remporté sa troisième clé dans la très difficile Horloge de la chapelle (renommée en 2012 De la terre à la lune dans un magnifique décor).

Trois clés sur sept épreuves effectuées, ce n’est vraiment pas si mal d’autant que parmi les échecs on peut souligner la, très belle performance de Richard Dacoury dans la Salle des tortures ainsi que la tentative de Louise Ekland de venir à bout des Cylindres. Arrivés chacun quasiment au bout de leur quête, ils ont chuté sur le dernier obstacle.

Les énigmes visuelles, renouvelées cette année et posées avec parcimonie (trop de Cellule interactive tue… Vous connaissez la suite !) sont un plaisir. Et Jérôme Alonzo (hasard ou pas ?) a su, dès le premier jeu, retrouver le parcours de la clé qu’il devait suivre des yeux et qui parcourait un dédale de tuyaux. Dans l’épreuve à prisonnier de la Menotte, Frédérique Jossinet a montré un entrain et une vitesse rarement vue dans cette épreuve. Ayant compris rapidement le principe du jeu, elle a remporté sa clé, sans difficulté apparente. À ce stade du jeu, l’équipe a remporté la moitié de ses épreuves, soit cinq clés. Époustouflant.

Quatre autres épreuves leur ont ensuite été proposées, dont deux réussites. Si Stéphane Diagana est sorti trop tôt du Ring et Richard Dacoury trop tard des Balles de coton, Louise Ekland réussit avec brio le Cablocypède. Quant au trio Jossinet-Alonzo-Diagana, l’esprit d’équipe et une remarquable organisation leur a permis de remporter la septième clé dans les 45 minutes imparties. Mais comme dirait le Canard enchaîné, Fort Bavard met un pan sur le bec aux monteurs de l’émission. En effet, quelle ne fut pas la surprise des téléspectateurs quand, avant les Balles de coton il reste 5 minutes au chronomètre général et qu’une fois sorti de la cellule il en reste six ?

Sept clés dans les temps, un seul prisonnier qui se libèrera sans problème auprès de la Juge Blanche, c’est le scénario rêvé pour l’équipe de Fort Boyard ,après cette première partie de jeu. C’est maintenant le temps des aventures, et là ça se corse… Avec trois indices seulement remportés sur six aventures, la quête est maigre. Si on peut souligner l’excellente performance de Stéphane Diagana dans Gagarine et de Jérôme Alonzo dans le Brancard, il est dommage de constater que Frédérique Jossinet et Louise Ekland n’ont pas pu apprivoiser leurs peurs des petites bêtes. Coup de chapeau tout de même à Nelson Monfort qui a tenté quand même la Chaise instable,malgré sa peur panique (et assez visible) du vide.

Les duels du conseil se sont mieux passés, car seul Nelson Monfort n’a pas su répondre à son énigme posée par le Père Fouras. Stéphane Diagana remporte le duel du Billot, Louise Ekland celui des Tourillons. L’équipe n’a ainsi pas perdu de temps pour la Salle du Trésor.

Calme et posée, l’équipe des six candidats a préféré assurer le mot-code en faisant un sacrifice pour remporter un quatrième mot et ainsi confirmer leur choix de « Montre ». Un bémol, le choix de sacrifier Louise Ekland, qui, portée par Diagana, Alonzo ou Dacoury, aurait pu permettre de remporter plus de Boyards.

L’aventure se termine avec plus de 18 000 € pour l’association Enfants de la Lune. Le bilan ? Une émission très plaisante à regarder, avec une équipe soudée et efficace. L’(omni ?)présence du Père Fouras donne un ton renouvelé au jeu, très plaisant et divertissant. Mieux réalisée que l’an passé où l’on voyait fréquemment des cadreurs (caméramans) à l’écran, on voit qu’un soin particulier est apporté de ce côté par les équipes de Francis Côté qui réalise l’émission. La façon de filmer se retrouve au niveau d’Anne Dör, réalisatrice au début des années 2000. C’est une très bonne chose, car même si chacun sait qu’il y a 120 personnes sur le Fort et une plate-forme pétrolière à ses pieds, il faut faire en sorte que cela ne se voit jamais à l’écran. Magie du Fort, quand tu nous tiens !


Photo : © France Télévisions / Gilles Scarella

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics