Mise en page 1

Bilan des audiences de Fort Boyard 2016 : la saison de tous les succès

Cinq fois leader sur dix émissions, le Fort a réalisé des records cette saison

Publié le lundi 5 septembre 2016 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Audiences 2016.

        

Fort Boyard nous offrait cette année sa 27e saison depuis sa création en 1990. Après avoir amorcé un tournant nécessaire en 2015 en introduisant de nouvelles parties et de nouveaux personnages, la production et la chaîne avaient cette année misée sur une version 2015 améliorée et simplifiée, ce qui semble avoir été une formule gagnante puisque l’émission a réalisé cette année des performances exceptionnelles, notamment en milieu de saison. En réunissant en moyenne sur les dix émissions diffusées cet été 2 840 300 téléspectateurs et 16,77 % du public, la saison 2016 est la plus performante depuis 2014 (nombre de téléspectateurs) et 2013 (part d’audience) ! Une performance d’autant plus notable que le contexte concurrentiel a fortement évolué avec la multiplication des chaînes et des écrans. Ces chiffres montrent que le Fort a su conserver et même consolider son public de fidèles. Reste à examiner les raisons de ce succès.

LES CLÉS DU SUCCÈS

On ne le soulignera jamais assez, c’est avant tout le casting de candidats qui permet de fédérer un large public. En faisant le choix de composer des équipes très hétéroclites, en évitant donc les émissions spéciales (Miss, acteurs, sportifs…), le public est indiscutablement au rendez-vous. En mélangeant les styles et les âges, la production a là aussi trouver le cocktail gagnant. Guillaume Ramain, le producteur artistique de l’émission, l’a avoué lui-même au Parisien, il faut éviter les équipes trop clivantes, par exemple uniquement composées de youtubeurs ou de personnalités qui ne sont connues que des jeunes générations. Car la cible de la « ménagère responsable des achats » (RDA) est essentielle. C’est souvent elle qui choisit le programme, d’où l’intérêt d’adapter le casting en y ajoutant un certain nombre de candidats qui pourraient lui plaire (des animateurs et journalistes entre autres, qui sont moins populaires chez les jeunes, mais bien connus des téléspectateurs d’âge moyen).

Il s’agit également de ne pas oublier d’ajouter dans chaque équipe quelques charmantes ou charmants candidats. Cette saison, on pensera à Gyselle Soares, Caroline Ithurbide et bien sûr aux Miss France comme Camille Cerf ou Iris Mittenaere qu’on envoie sur les Cylindres pour plaire à la gent masculine, et, a fortiori aux papas qui suivent le jeu en famille. À cet effet, Delphine Wespiser notait qu’outre le fait de plaire aux petites filles admirant les princesses, Blanche n’était pas sans attirer l’attention des hommes. Mais les téléspectatrices ne seront pas en reste non plus avec un Olivier Dion en tenue seyante ou un Amir bien mis en valeur.

Enfin, l’important aussi est de convoquer un grand nombre de candidats issus de marques télévisuelles à succès comme Miss France (TF1), Danse avec les stars (TF1), Plus Belle la Vie (France 3) ou encore Touche pas à mon poste ! (D8). Ainsi, on a pu voir dans les coursives du Fort cette année plusieurs Miss (Camille Cerf, Flora Coquerel, Iris Mittenaere), des danseurs comme Fauve Hautot, Yann-Alrick ou Christophe Licata, les chanteurs des Trois mousquetaires David Bàn, Olivier Dion et Damien Sargue, les chroniqueurs présents ou passés de Touche pas à mon poste ! tels Gyselles Soaeres, Caroline Ithurbide ou Leila Ben Khalifa.

L’ensemble est complété par des chanteurs à succès fédérateurs comme Vianney, Priscilla Betti, Keen’V… mais aussi par des comédiens issus de séries ou films connus comme Laurent Ournac de Camping Paradis, les acteurs du film Pattaya Frack Gastambide, Sabrina Ouazani et Anouar Toubali ou ceux de la série Plus Belle la Vie Laëtitia Milot, Fabienne Carat et Léa François.

Il s’agit ensuite d’ajouter une petite touche tendance et branchée pour attirer les adolescents. Ainsi on va chercher les youtubeurs Mister V ou EnjoyPhoenix qui permettent d’assurer au jeu une large fenêtre sur les réseaux sociaux, le nerf de la guerre depuis 2011.

Reste enfin à trouver quelques perles rares, qui permettront de convaincre les plus réticents à venir jeter un œil. On pense notamment à l’ancienne ministre Roselyne Bachelot dont l’annonce de la participation a fait jaser, au retour de l’agriculteur Thierry Olive, qui l’an dernier avait oublié la clé dans une cellule du Fort, ou encore au pilote de rallye mondialement connu Sébastien Loeb et à l’ancien champion de football Éric Abidal.

Bref, on le voit, plus le casting est ficelé et diversifié, plus les téléspectateurs sont susceptibles de se brancher sur France 2 pour voir leurs héros dans des situations des plus délicates.

Mais ne penser qu’aux candidats serait une erreur. L’émission attire de plus en plus, notamment les enfants, grâce à ses personnages épiques qui ont su apporter une touche de folie au Fort. La présence des Frères Bogdanov détonne encore avec leurs expériences farfelues très visuelles, tout comme les apparitions de Francis Lalanne qui a su parfaitement endosser le rôle d’un touche-à-tout un brin égocentrique. En renfort, le cuistot déjanté Willy Rovelli continue de faire recette avec ses mets indélicats, Blanche d’envoûter les téléspectateurs par son charme insolant, Passe-Muraille d’amuser la galerie avec ses costumes tous plus extravagants les uns que les autres. Sans oublier le Père Fouras, facétieux Maître du jeu, dont la répartie n’a d’égale que son humour, jamais graveleux, toujours bon enfant. Et que dire d’un Moundir, qui joue à fond la carte de l’intraitable guerrier dans La Cage ?

Olivier Minne, à la barre depuis 13 saisons maintenant, réalise aussi des prestations remarquables. Sans en faire trop, il sait accueillir les candidats, les mettre à l’aise et les alerter au moment opportun. Sans jamais être omniprésent au détriment des candidats, il a su, depuis 2011, trouver pleinement sa place aux côtés du Père Fouras, responsable du parcours des candidats. Plaisant et doté d’un humour efficace, on a du mal aujourd’hui à imaginer le jeu sans lui.

Enfin, l’émission ne serait pas ce qu’elle est sans sa mécanique. En jouant à la fois sur la tradition et l’innovation, la production fait mouche. Les nouveautés, proposées avec des décors tous aussi beaux les uns que les autres, contribuent sans aucun doute possible au succès du jeu. Le Conseil, entièrement renouvelé cette saison, en est le plus bel exemple. Un aboutissement attendu depuis de nombreuses saisons par les plus fidèles. En prenant cette saison le parti de simplifier encore le schéma du jeu en épurant ou supprimant certaines sous-parties, les équipes de l’émission ne s’y sont pas trompées.

Dans le fond, on peut le dire, le succès du jeu repose sur trois piliers qui permettent au château des mers de tenir parfaitement en équilibre : un casting soigné, des personnages aussi merveilleux qu’originaux et des jeux et règles simples mises en valeur par des décors somptueux. La barre est désormais un peu plus haute chaque saison.

UNE CONCURRENCE ESTIVALE TRÈS INÉGALE CETTE SAISON

JPEG - 262.1 ko
JPEG - 224.8 ko

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette année le Fort a dû faire face à une programmation des plus surprenantes.

D’abord en début de saison avec une concurrence féroce, celle de l’Euro de football. On aurait pu croire que le Fort sombrerait en récupérant les miettes, et pourtant ! Il a su créer la surprise en restant au-dessus de la barre des 2 millions de téléspectateurs le samedi 2 juillet pour la première de la saison, ce qui n’était pas gagné d’avance. En étant toutefois devancé par la fiction de France 3.

La semaine suivante, le 9 juillet, un autre sérieux concurrent pointait le bout de son nez : le spectacle de Jeff Panacloc et de sa célèbre marionnette Jean-Marc. En attirant près de 5 millions de curieux, TF1 faisait encore la main basse sur la majorité des téléspectateurs. Toutefois, une fois encore, le Fort a su sauver sa peau et même mieux, il a réussi à progresser en retrouvant des couleurs en réalisant un score supérieur à la moyenne estivale de la saison 2015.

Si ce début de saison a été plutôt à la faveur de TF1, la Une semble s’être vite désintéressée des autres samedis de l’été. En choisissant de rediffuser sa série américaine Forever sur les six samedis suivants, la chaîne a fait une croix définitive sur son leadership commettant là une de ses plus grandes erreurs de programmation depuis ces dernières années. En ne prenant en compte que les six semaines avec Forever TF1 plafonne à 2 492 000 téléspectateurs tandis qu’en face, sur ces six semaines, le Fort a réuni 3 035 500 téléspectateurs.

Mais si, finalement, TF1 avait fait le choix de sacrifier le milieu de sa saison estivale (moins intéressante, il est vrai, car peu génératrice de téléspectateurs et donc d’annonceurs potentiels) pour se concentrer sur les semaines de rentrée... C’est ce que l’on pourrait croire, puisqu’en dégainant The Voice Kids pour les deux dernières semaines des vacances scolaires, la Une savait qu’elle pourrait fédérer un large public, même face à la spéciale Kids United conservée astucieusement par France 2 pour la rentrée, mais qui n’aura pas suffi. Le choix de diffuser The Voice Kids en fin d’été avait déjà été fait en 2014 où le Fort avait été confronté à deux épisodes. Il semble que TF1, consciente du fait que les 4-10 ans regardent en masse Fort Boyard, ait donc stratégiquement refait ce choix de programmation, malgré un lancement timide avec « seulement » 3 654 000 téléspectateurs (22,6 % de PdA) le 27 août, mais qui a suffi pour que la Une retrouve un leadership solide le samedi soir. Ainsi, le samedi 3 septembre, la Une a capté 37 % de la cible des 4-14 ans et 29 % des femmes de moins de cinquante ans RDA.

Il est donc indéniable que cette contre-programmation en fin de saison estivale a permis à TF1 de siphonner une partie du public fidèle au Fort, dont une partie des ménagères, qui apprécie également le talent show musical et ses coachs (cette année Jenifer, M. Pokora et Patrick Fiori).

Sur un an, pour les dix primes de l’été, avec une moyenne de 3 684 400 téléspectateurs (21,06 % de PdA), TF1 gagne 722 700 téléspectateurs et 2,56 points d’audience.

Sur les autres chaînes, la programmation n’a guère porté préjudice à Fort Boyard. Si la longue soirée spéciale Jeux olympiques de Rio diffusée sur France 3 le samedi 20 août a retiré son leadership au Fort (et encore, seulement en part d’audience et à cause de la durée énorme de cette soirée sportive incomparable à côté des deux heures du jeu de France 2), les rediffusions de fictions et la série Blue Bloods de M6 n’ont pas fait vraiment d’ombre au programme. A noter tout de même les belles performances de certaines fictions de France 3, qui s’est classée deuxième devant Fort Boyard à trois reprises, le 2 juillet, le 27 août et le 3 septembre (pour le 1er épisode). Des téléfilms qui ne captent par le même public que TF1 et France 2, et qui ont permis à la chaîne de tirer son épingle du jeu. Toutefois, sur un an, France 3 perd 474 000 téléspectateurs et 1,07 point d’audience. Même tableau pour M6, qui a perdu 239 100 téléspectateurs et 1,5 point d’audience cet été par rapport à 2015.

En somme, cette saison, pas de grosse concurrence en continu, mais tout de même quatre soirées assez fortes, habilement programmées par TF1, et qui ont permis à la chaîne privée de rester leader en moyenne sur l’ensemble de l’été (il est vrai que les 9 millions de L’Euro 2016 y ont contribué lourdement). Fort Boyard étant toutefois bon deuxième sur les dix soirées de l’été, avec même l’avantage d’avoir réussi à fidéliser son public et d’avoir conservé le leadership pendant cinq semaines consécutives, là où TF1 a dû fractionner sa programmation pour parvenir à gravir quatre fois la première marche. Mais soyons objectifs jusqu’au bout : les rediffusions de Forever ont aussi constitué un effet d’aubaine, et le Fort en a largement profité. Et c’est tant mieux et mérité, au vu de la qualité du programme.

UNE SAISON DE TOUS LES RECORDS POUR FORT BOYARD

JPEG - 279.4 ko
JPEG - 258.2 ko

Malgré des performances satisfaisantes depuis la saison 2011 qui avait su redresser la barre après une saison 2010 à oublier, on peut dire que cette saison 2016 aura su créer la surprise.

D’abord parce que sa moyenne estivale est la meilleure depuis 2014 en nombre de téléspectateurs et depuis 2013 en part d’audience (PdA). Pour rappel, cette dernière avait réuni 3 110 778 téléspectateurs et 17,90 % du public. C’est donc un bel exploit, puisqu’il n’est pas aisé de se rapprocher de la barre des 3 millions, surtout en plein été et le samedi qui plus est !

Ensuite, la conservation du leadership pendant cinq semaines consécutives (voire six en nombre de téléspectateurs) est une première sur une saison comptant dix épisodes.
Enfin, si l’on observe les résultats en détail, on constate que l’émission du 30 juillet 2016 avec l’équipe de Keen’V, Camille Cerf et les Trois Mousquetaires, en réunissant 3 366 000 téléspectateurs, a réalisé le meilleur score du jeu depuis 2013. Mieux encore, en terme de part d’audience, il faut remonter à la saison 2009, pour que l’émission réunisse une si grande partie du public présent devant la télévision. Ainsi les 16, 23 et 30 juillet, le jeu a respectivement captivé 19,90 %, 20,60 % et 20,70 % du public. Cette donnée n’est pas négligeable, puisque la part d’audience montre le pouvoir fédérateur de l’émission, et est particulièrement scrutée par les publicitaires.

À noter aussi que Fort Boyard a bien sûr cartonné sur la cible des 4-10 ans, mais aussi sur celle, stratégique, des femmes de moins de cinquante ans responsables des achats (RDA) avec des scores montant, pour ces dernières, à 26,4 % (le 30 juillet dernier), ce qui est rarissime en prime time sur le service public pour cette cible.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Fort n’a pas dit son dernier mot et que plus de 26 ans après sa première diffusion, il continue de cartonner en fédérant un public toujours plus large, et toujours plus fidèle aussi.

À l’année prochaine pour la 28e saison !


Audiences : © Médiamat / Médiamétrie - 4 ans et + - Tous droits réservés | France Télévisions

Graphiques : © Fort Bavard – www.fortboyard.net - Documents originaux - Réutilisation interdite sur un autre support.

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics