Mise en page 1

Fort Boyard 2014 - Avis de la rédaction : émission du 19/07/2014

Quand la tornade Chabal s’abat sur le Fort

Publié le lundi 28 juillet 2014 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Avis de la rédaction 2014.

        

L’équipe de Sébastien Chabal, on peut le dire, a fait le plein de téléspectateurs. Le sportif préféré des Français a su fédérer un large public, en particulier la fameuse ménagère de moins de cinquante ans qui a massivement suivi l’émission. Et ceux qui avaient choisi de suivre ses aventures à Fort Boyard n’ont pas dû être déçus du voyage avec de nombreuses performances à couper le souple. Mais n’en disons pas trop pour l’instant : place au 4e avis de la rédaction !

Arrivée de Chabal oblige, les habitants du Fort s’étaient mis aux couleurs du rugby pour l’accueillir comme il se doit sur le Fort, en particulier Passe-Muraille qui pour l’occasion s’était muni des accessoires chers à cette discipline : casque, ballon, maillot des All Blacks. Après un petit haka maison, l’émission commence.

Et pour ouvrir le bal, c’est bien sûr Sébastien Chabal qui est choisi pour affronter Mister Boo. Avec son mètre quatre-vingt-douze et ses 118 kilos, pas de quoi impressionner le champion de rugby qui ne fait d’ailleurs qu’une bouchée de Mister Boo et ses 105 kilos. On notera toutefois que Sébastien Chabal a poussé l’Homme-Fort de la poutre avec ses mains, ce qui en principe n’est pas autorisé par le règlement. Le jeu se poursuit avec Marine Lorphelin, de retour sur le Fort cette année après avoir passé sa couronne à Flora Coquerel dont nous avons fait la connaissance lors de la première de la saison. Et on peut dire qu’elle s’est franchement bien débrouillée dans la Caserne, si bien même qu’on peut se demander comment elle a pu passer à côté de la 2e clé alors qu’il ne lui restait plus qu’à verser un seau pour l’obtenir. Arnaud Cosson lui aussi passe à côté de sa clé, non pas car il a été déstabilisé par les mouvements du gyroscope dans Gagarine, mais parce qu’il ne trouve pas la réponse à l’énigme du Père Fouras. Une énigme qui le laisse... sans voix ! Au tour de Joy Esther de montrer de quoi elle est capable sur les Cylindres, un classique du Fort, pourtant très rarement réussi. Et malheureusement, ceci se vérifie encore puisque Joy ne parvient pas à beaucoup avancer. Notons que le parchemin qui nous indique que l’épreuve n’est pas exclusivement féminine est un peu paradoxal : certes l’épreuve a été jouée par quelques hommes, mais ils sont rares et chacun sait qu’on réserve cette épreuve aux candidates. Le discret Thomas Isle est ensuite désigné pour braver la tempête boyardesque dans le Pied marin. Malgré ses recherches, il ne retrouve pas la clé cachée par Passe-Muraille dans un livre dont il se saisit pourtant avant de le jeter sans l’ouvrir. Il ressort in extremis, manquant être prisonnier malgré les hurlements de ses camarades parmi lesquels Sébastien Chabal et Joy Esther. La 2e clé est enfin récupérée par l’humoriste Vérino qui assure comme un chef sans dévier sa trajectoire. Sébastien Chabal fait aussi bien en réussissant l’épreuve du Casino sans trop de difficulté. Habitué à être secoué, il adopte en plus la bonne technique en plaçant ses mains autour du pot à jetons lorsque ceux-ci tombent de la machine à sous. Joy Esther et Vérino rompent la dynamique des réussites en échouant face à Lady Boo et Mister Boo dans la Double lutte. Malgré les ruses de Vérino pour contourner Mister Boo, ce dernier est plus rapide et réactif qu’une guépard. L’heure du Cours de magie a sonné avec Vincent C. qui cette semaine nous a préparé le tour du Ballon infernal qui n’explose pas quand on le met en contact d’une flamme. Il en faut toutefois plus pour déstabiliser Sébastien Chabal qui comprend vite la supercherie en désignant la bonne réponse : le ballon n’explose pas au contact de la flamme, car il est rempli d’eau. Il rapporte la 4e clé, déjà ! Marine Lorphelin rampe de son côté dans l’épreuve à prisonnier de l’Alerte rouge. Après un aller très compliqué où elle manque rendre inaccessible la clé suite à de nombreux contacts, elle ressort contre toute attente avec la 5e clé grâce à une meilleure maîtrise du parcours au retour ! Ouf ! À peine a-t-il eu le temps de soufflet qu’il est de nouveau rappeler pour Excalibur : Sébastien Chabal fait de son mieux, mais le cordage retenant la clé lui résiste obstinément, à croire que le Père Fouras l’a ensorcelé. Il doit se résoudre à sortir sans la clé. Arnaud Cosson doit lui nous la jouer Mission impossible dans le Muséum, et il s’en sort bien. Rapide comme un singe, il récupère la 6e clé sans se faire emprisonner. La partie épreuves se termine avec une belle performance de Joy Esther qui progresse très rapidement sur la Cerce du Fort. Malheureusement, le faible temps qui lui est accordé dans l’épreuve la pénalise. À trois secondes près, la clé est perdue à cause de l’ouverture de la boîte. Un peu rageant, d’autant plus que cette épreuve est en principe plus longue. La production devrait veiller à respecter une certaine équité de ce côté-là : on sent ici la volonté de faire en sorte qu’il y ait forcément un Jugement dans chaque émission. Même si l’on a plaisir à retrouver Delphine Wespiser alias Blanche, il est important de ne pas « forcer le destin ». C’est aussi parfois agréable d’avoir des équipes performantes qui obtiennent les sept clés.

Après concertation, c’est Arnaud Cosson qui se sacrifie pour obtenir l’ultime clé manquante. Il choisit l’agilité plutôt que la chance et réalise le défi de la Gouttière, qu’il réussit au bout du troisième essai, sur le fil. L’équipe est désormais au complet et peut se lancer sereinement dans les aventures.

Un mot aussi sur le jeu de l’été France 2 : les relances sont un peu trop nombreuses... Il serait bon d’en éliminer au moins une, car cela tend à être répétitif, même si la mise en scène est bien trouvée avec Olivier Minne sur le proscenium entouré de flammes.

Les aventures commencent avec Marine Lorphelin qui doit progresser à 25 m de hauteur sur une poutre tout en glissant une Chaise instable. Elle s’en sort bien, mais comme lors de l’épreuve de la Caserne, elle perd à un cheveu ! En effet, après avoir sauté, elle ne parvient pas à se saisir du code suspendu. Elle nous offre malgré tout un spectacle de toute beauté en luttant de toutes ses forces pour ne pas lâcher. Voilà une candidate courageuse et tenace comme on les aime. C’est ensuite au tour de Sébastien Chabal d’œuvrer dans la Cellule qui rétrécit aux côtés de serpents. Pas de quoi là encore effrayer notre gaillard qui réalise l’épreuve avec un sang-froid à toute épreuve et rapporte la 1re cartouche de la soirée. La rédaction continue à penser que ce remake de la Cellule qui rétrécit n’est pas bon : rien ne vaut la version originale avec les clés suspendues et le coffre à ouvrir au milieu. Cette épreuve ne ressemble plus guère à grand-chose avec ce labyrinthe au plafond. Le téléspectateur ne peut pas bien suivre la progression du candidat. Une épreuve à modifier d’urgence. Pourquoi changer le principe qui faisait son succès ? Joy Esther prend un petit coup de froid dans la Chambre froide du Fort. Complètement frigorifiée, elle est tétanisée et perd l’épreuve. Marine Lorphelin elle n’a pas froid, mais ses pieds se souviendront longtemps du Père Fouras Show. Mais cela valait le coup, car elle rapporte une cartouche-indice à son équipe en sachant garder son calme et le sourire ! Joy Esther tente de se rattraper avec la nouvelle épreuve aquatique de la Prison sous-marine, mais en vain, elle prend un peu trop de temps entre les plongées et l’indice lui échappe. Vérino de son côté évolue lentement mais sûrement dans la Tête chercheuse et cela fonctionne puisque son équipe obtient une 3e cartouche-indice. On ne pouvait pas terminer la partie dans l’épreuve de Willy Rovelli qui propose ce samedi une de ses pires spécialités : le surströmming ou hareng fermenté de la Baltique, une spécialité suédoise, mais sous une forme atypique cette fois : de la glace en cornet. Et il fallait bien ça pour arrêter l’indestructible Sébastien Chabal qui ne peut finir son plat, tout comme Thomas Isle qui finit par abdiquer. On ne se lasse pas de cette épreuve qui parvient toujours à nous surprendre ! Le coup de la glace était bien trouvé. Le gong retentit toutefois, et avec trois cartouches-indices, l’équipe doit se diriger vers le Conseil.

Le Père Fouras appelle Arnaud Cosson et Thomas Isle qui inaugurent un nouveau duel, celui du Jeu de mains. Nous n’avons pas été très convaincus par ce duel, un peu trop simpliste et sans grand intérêt. Les candidats perdent dix secondes, malgré un essai réussi par Thomas Isle. Sébastien Chabal perd lui aussi son duel, celui du Cadran, mais ne fait pas perdre de temps à son équipe grâce à ses deux premiers essais réussis. Choisi par son équipe, Thomas Isle retourne au Conseil pour résoudre une petite énigme du Père Fouras, mais le mot Barre lui donne du fil à retordre et il fait perdre 30 secondes à son équipe. Le bilan de l’équipe au Conseil est médiocre, puisqu’elle perd 40 secondes sur les trois minutes de base, ce qui porte à seulement 2 minutes 20 le temps qu’elle passera dans la Salle du Trésor.

Le dénouement approche. L’équipe ouvre ses trois cartouches-indices et découvre les mots Hall ; Buffet et Routière et trouve très rapidement le mot-code Gare. Malgré le faible temps qu’elle peut passer à récupérer des boyards, l’équipe s’en sort très bien grâce à de très nombreux allers-retours, une tactique payante. Elle remporte la magnifique somme de 20 280 € pour l’association « Pour le sourire d’Isaac ».

À noter la petite saynète très sympathique où Passe-Muraille, Olivier et le Père Fouras proposent une boîte de surströmming à Sébastien Chabal en guise de souvenir.

Au final, une très belle émission avec un Sébastien Chabal brillant en capitaine d’équipe qui nous a offert de magnifiques performances en réussissant quasiment toutes ses épreuves. Les candidates de l’équipe se sont elles aussi montrées à la hauteur, en particulier Marine Lorphelin, d’un courage et d’une ténacité à toute épreuve. Vérino a aussi été un candidat redoutable, très sportif et rusé. Bien que plus discret, Anraud Cosson a su être efficace au moment opportun, en particulier chez Blanche tandis que Thomas Isle a su régulièrement conseiller et encourager ses camarades même s’il a plus de mal dans les épreuves qu’on lui a proposé. Une équipe survitaminée, surmotivée, qui a presque réussi l’exploit de récupérer les sept clés.

Quant à l’équipe du Fort, Olivier, le Père Fouras, les Passes, Lady et Mister Boo, Vincent C., Blanche, Willy et Félindra, ils ont su nous offrir de beaux moments et de belles saynètes une fois de plus ce soir. Un Fort vraiment vivant et des habitants que l’on a chaque fois plaisir à retrouver.

La semaine prochaine, c’est l’équipe de la recordwoman de Fort Boyard, Élodie Gossuin, qui attaquera la citadelle de Boyard. Des émotions fortes sont à prévoir. À la semaine prochaine ! ;-)

PNG - 341.8 ko

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics