Mise en page 1

Fort Boyard se fissure

Par Claude Dubillot, Sud Ouest, 2 mars 1990

Publié le jeudi 30 septembre 2010 par Kévin TOLBIAC dans la rubrique Dans la presse en 1990.

        

Le Conseil général de Charente-Maritime vient de décider de consacrer un million de francs à des réparations urgentes que réclame le fort Boyard, sa propriété située à égale distance entre Aix et l’île d’Oléron

La protection et la survie de fort Boyard passent par la reconstitution de cet épi brise-lame dont il ne subsiste que la pointe

Les tempêtes – et pas seulement celles de cette année – attaquent la muraille de ce fort bâti en pleine mer : trois fissures ont été repérées sur la façade nord-ouest du bâtiment, une sorte d’étrave arrondie qui fait face au vent et surtout à la mer de nord-ouest : la houle du large, par très gros temps, s’engouffre dans le goulet que forme le pertuis d’Antioche, et vient se briser de plein fouet sur la muraille de la forteresse : il n’est pas rare de voir dans les tempêtes des gerbes d’écume s’élever bien au-delà des 20 mètres de hauteur que compte le fort.

Le plus étonnant est sans doute que l’édifice ait si bien résisté aux assauts de la mer, alors que depuis 1913 l’entretien des bâtiments a été abandonné, et en particulier celui de la principale défense de l’appareil contre la mer : un épi en pointe de flèche destiné à fendre la mer avant qu’elle n’arrive à la hauteur de la muraille, et à entraîner les filets d’eau de part et d’autre du bâtiment.

Sans entretien, la pointe de cette défense extérieure du fort s’est dégradée. Il en subsiste aujourd’hui un amas de blocs plus ou moins éparpillés devant la muraille ; ils n’arrêtent pas assez la houle pour l’empêcher par très gros temps d’attaquer la muraille.

Or, le fort Boyard est une construction entièrement artificielle, qui s’ancre sur les bancs de sable grâce à des blocs de pierre, des moellons coulés là dans ce but précis.

Et sa solidité est davantage fondée sur la cohésion que sur la puissance. C’est pour cela qu’une simple fissure dans le bord d’attaque du bâtiment risque de devenir l’instrument d’une destruction à court terme de l’ensemble du fort : c’est toujours une simple lézarde qui entraîne la chute des monuments les plus puissants.

Or, fort Boyard présente actuellement sur sa face nord-ouest, trois fissures considérées comme des brèches par les monuments historiques. Trois brèches qui traversent de part en part l’ensemble des fortifications. L’une au centre même de l’arc, face à la mer, les deux autres de chaque côté de cette fissure centrale.

La solidité du fort s’en trouve diminuée sur le plan mécanique, mais aussi sa résistance à l’érosion chimique : les belles pierres calcaires venues des carrières de l’île d’Aix, de Fouras et de Port-des-Barques ; pi de Saint-Savinien subissent désormais l’attaque de l’eau et de l’air salés par l’intérieur également. Les 1,4 million de francs nécessaires pour réparer le fort sont donc à utiliser d’urgence, avant que les dégâts ne deviennent irréversibles. Là-dessus, l’état et la région prendront une participation aux frais.

Cela dit, les réparations ne sauraient être bien durables si elles n’étaient pas suivies d’un travail plus complet : pour éviter de continuer à engloutir régulièrement des sommes importantes dans la lutte contre une dégradation toujours recommencée du fort, il est nécessaire de le protéger à nouveau correctement. Cela passera par la reconstitution de l’épi brise-lames détruit par la mer, en amont du fort. Un épi sans lequel jamais le fort ne pourra tenir bien longtemps sans dégâts.

UN FORT POUR RIEN

Le fort Boyard est considéré comme l’exemple parfait de l’inutilité dans le domaine militaire : imaginé depuis le XVIIe siècle, pour protéger la rade et le tout jeune port de Rochefort des attaques anglaises en particulier, à cette époque, la portée des canons situés sur l’île d’Oléron et l’île d’Aix laissait un « trou » par où aurait pu s’engouffrer une flotte ou en tout cas un commando.

Sous le Consulat seulement, Bonaparte commença à exécuter le projet en 1801, l’enrochement est posé entre 1803 et 1809.

Les travaux sont mis entre parenthèses après l’Empire mais la Restauration n’abandonne pas le projet de fort. Ils reprennent en 1843, et les assises seront officiellement remises à l’autorité militaire à l’automne 1848.

La construction du fort lui-même commence l’année suivante et le fort terminé en 1857. Les canons y seront installés en 1859.

La même année, les canons rayés remplacent les anciennes pièces d’artillerie, augmentant leur portée et rendant le fort totalement inutile…

Cela n’empêche pas la réalisation du brise-lames et du port, le « barachois » situé au sud de l’édifice, qui sera mené à bien jusqu’en 1866.

Il sera doté de trente canons de 16 cm qui resteront d’ailleurs muets.

Pendant la guerre de 1870, et surtout après la Commune, le fort va accueillir des prisonniers, dont le journaliste Henri de Rochefort.

Jusqu’à la guerre de 1914, le fort accueillera une minuscule garnison : cinq ou six hommes, chargés de veiller sur le bon état du bâtiment et le fonctionnement de ses canons et des torpilles immergées dans le secteur.

Entre les deux guerres, les canons vont être livrés aux ferrailleurs, et le fort sera doucement abandonné.

Successivement pillé, puis inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, il est remis aux Domaines en 1961, vendu à un dentiste belge, qui ne l’occupera jamais.

En 1966, il deviendra décor de cinéma pour « les Aventuriers », de Robert Enrico, et sera mis en vente en 1979 par son propriétaire.

Philippe de Dieuleveult y fera une apparition en 1980 pour sa « Chasse au trésor », avant que les animateurs d’un jeu télévisé ne s’intéressent de très près à ce fort. Racheté par le Conseil général restauré, fort Boyard devrait devenir à la fois un décor de théâtre pour une série de jeux télévisés, et une magnifique affiche pour la Charente-Maritime à travers le monde.


Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics