Mise en page 1

Géraldine Boyard : non, le fort n’est pas à elle !

Par Gérald Levrault, Télé Star, été 1994

Publié le samedi 29 juillet 2006 par Aurélien LECACHEUR - Directeur de la publication dans la rubrique Dans la presse en 1994.

        

Je ne sais si mon nom m’y prédestinait, mais je suis ravie d’avoir été engagée. » Jeune (21 ans) et jolie blonde aux yeux clairs, Géraldine Boyard est l’une des nouvelles recrues de... « Fort Boyard » où elle prête ses traits et sa (superbe) plastique à Ariane. « Début juin, j’ai entendu sur une radio locale que l’on recherchait une jeune fille pour l’émission. Je me suis présentée aux auditions. Quatre jours plus tard, je commençais le tournage. »

Charentaise (elle habite Saint-Just, un petit village près de Marennes), cette fille d’horticulteurs, dont le patronyme est le même que celui du regretté Patrick Roy - « Je sais que Boyard était le vrai nom de Patrick, mais il s’agit d’un homonyme, il n’y a aucun lien de parenté. Dans la région, dont l’animateur était lui aussi originaire, on dénombre beaucoup de Boyard » -, s’est ainsi jetée dans le grand bain de la télévision où, pour les besoins de son rôle, elle apparaît en tenue d’Eve, le corps intégralement peint. Des arabesques minutieusement dessinées par une maquilleuse et dont la réalisation nécessite quatre-vingt-dix minutes de travail. « Moi qui ne connaissais l’émission qu’à travers le petit écran familial, j’étais loin d’imaginer qu’elle nécessitait autant de travail. J’ai été éberluée lorsque j’ai découvert que cent vingt personnes y collaboraient. Le « ventre » du fort est converti en un véritable studio de télévision. Il y a des caméras partout. Ce sont d’ailleurs les prises de vues qui m’ont le plus impressionnée. Pour quatre-vingt-dix minutes d’émission, on doit parfois tourner plusieurs heures. En outre, j’étais persuadée qu’il s’agissait d’un milieu plutôt superficiel. Il n’en est rien. Tout le monde est aux petits soins pour moi, toujours prêt à m’aider. C’est très encourageant pour la néophyte que je suis encore. »

Sportive, pratiquant assidûment la planche à voile et la danse, Géraldine, titulaire d’un BTS de commerce, devrait se diriger vers l’import-export. « C’était mon vœu. Mais depuis « Fort Boyard », emploi que je considérais à l’origine comme un petit boulot d’été essentiellement pour me faire de l’argent de poche, j’ai pris goût à la télévision. Si une occasion se présente, je suis prête à la saisir... »

Son destin tient peut-être à un fil. Celui d’Ariane...

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics