Mise en page 1

Interview d’ADRIEN (2010 - équipe n°4)

« Entre 6 et 14 ans, j’ai dû louper au plus cinq émissions »

Publié le mardi 3 août 2010 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Interviews 2010.

        

Passionné de motocross, à tout juste 19 ans, Adrien fait partie des heureux candidats de cette saison 2010. Enfant il regardait déjà ce programme et ne manquait pas un épisode ! Nous nous sommes entretenus avec lui. Il nous fait part de ses souvenirs et ses émotions liées au tournage qu’il a partagés avec ses camarades de jeu dans l’équipe n°4 des Cuivres.

Fort Bavard : Pour commencer, pouvez-vous nous expliquer comment vous avez été sélectionné pour participer à l’émission cette saison ?

Adrien : C’est en fait ma mère qui m’a inscrit sur Internet, puis la production m’a contacté et je suis allé à Paris au casting où j’ai rempli quelques questionnaires et me suis exprimé face à la caméra. Pour résumer, je dirais que j’ai été naturel du début jusqu’à la fin et je pense que c’est ce que recherchait Adventure Line Productions, la société de production de Fort Boyard !

Fort Bavard : Quelles sont vos principales qualités dans la vie quotidienne qui ont pu peser dans la balance lors de votre sélection ?

Adrien : Je pense que ce qui a bien plu à l’équipe de casting c’est mon côté dynamique et surtout compétitif... à travers mon sport et mon travail désormais (le motocross). Peut-être aussi le fait d’être vraiment à l’aise devant les caméras.

Fort Bavard : Regardiez-vous l’émission quand vous étiez enfant, et, d’une manière générale, êtes-vous resté un fidèle de Fort Boyard ?

Adrien : Oui. Entre 6 et 14 ans, j’ai dû louper au plus cinq émissions, ensuite j’ai regardé un peu moins souvent, mais on peut dire que c’est un programme que j’ai toujours adoré...

Fort Bavard : Quel type d’épreuve redoutiez-vous le plus ?

Adrien : Je déteste les rats, mais même si j’avais dû m’y confronter, j’y serais allé à fond... j’avais vraiment envie de tout gagner.

Fort Bavard : À l’inverse, quelle épreuve souhaitiez-vous faire absolument ?

Adrien : J’avais vraiment envie d’aller à l’eau... mais aussi d’aller voir le Père Fouras !

Fort Bavard : Avez-vous eu un « briefing » avant le tournage ? Quels conseils et recommandations vous a-t-on prodigués ?

Adrien : Oui, Didier Lucas (inventeur de nombreuses épreuves sur le Fort) nous recevait la veille de notre tournage (parfois tard d’ailleurs) pour nous donner quelques informations par rapport aux épreuves qu’on était susceptibles de rencontrer, mais en aucun cas il ne donnait de manière explicite la solution complète. Disons qu’il nous mettait sur la bonne voie, ensuite c’était à nous de faire bon usage de tous les conseils prodigués.

Fort Bavard : Vous faisiez équipe avec des candidats que vous ne connaissiez pas. Comment vous êtes-vous occupé avant le tournage de votre émission ? Aviez-vous déterminé une stratégie particulière ?

Adrien : Je trouve que le fait de ne pas pouvoir choisir avec qui on va faire équipe est une bonne chose, cela permet vraiment de répartir les équipes pour avoir un niveau très homogène. Même si sur l’ile d’Aix j’ai passé beaucoup de temps avec des candidats de mon âge, mais issus des équipes adverses, il y a aussi eu des moments où il était important de se retrouver à quatre avec mes coéquipiers pour définir une stratégie de jeu en prenant en compte les qualités, les défauts et les envies de chacun... même si on ne pouvait pas vraiment tout planifier. Chacun avait un rôle important dans l’équipe et nous étions très solidaires !

Fort Bavard : Vous avez brillé à deux reprises en trouvant les réponses aux célèbres énigmes du Père-Fouras, quelle est la clé de la réussite ?

Adrien : Cette semaine, j’ai plutôt bien négocié les énigmes c’est vrai, je me suis vraiment mis dedans à fond même si ce n’est pas toujours évident devant un personnage tel que le Père Fouras.

Fort Bavard : Vous ne connaissiez pas l’épreuve du « Filet-Boulet » présente depuis 2004 sur le Fort. Quelle est pour vous la principale difficulté de cette épreuve ?

Adrien : J’ai mis un peu de temps à comprendre l’épreuve, ensuite il ne fallait surtout pas faire tomber le boulet (assez lourd), car sinon il n’était plus possible de le récupérer à cause du filet, je ne me suis pas trop posé de question ne sachant pas vraiment le temps que j’avais pour réussir.

Fort Bavard : Vous avez manqué réussir l’une des plus difficiles épreuves du Fort (avec la « Bobine »), à savoir la Manolier. Vous connaissiez d’ailleurs la « tactique » consistant à pédaler tout en restant sur l’échelle le plus longtemps possible. Pourtant, vous avez échoué à quelques centimètres du but. Qu’est-ce qui vous a manqué pour aller au bout du parcours ?

Adrien : Cette épreuve est pour moi l’une des plus difficiles du Fort. La tactique consistant à faire avancer un maximum le Manolier avant de s’y pendre m’est venue toute seule... ensuite c’était vraiment difficile, mais j’allais y arriver, j’y croyais énormément, en fait j’ai la main droite qui a glissé du Manolier ce qui a entrainé ma chute... je suis déçu d’avoir échoué si près du but, car c’est une épreuve où la force mentale est primordiale !

Fort Bavard : L’épreuve du « Barillet » ne vous a pas réussi en revanche. Votre tactique ne semblait pas être la bonne puisqu’en principe il s’agit pour l’un des candidats de se placer derrière la cloison afin de guider son partenaire. Malgré tout, vous étiez proche du but. On a eu l’impression que la porte du « coffre » contenant l’indice s’ouvrait à la fin. Pourquoi ne pas avoir saisi la cartouche ?

Adrien : En effet, le tort que j’ai eu est d’avoir mis trop de temps à comprendre le système, en revanche le fait d’avoir été à deux dans la cage ne m’a pas pénalisé, Odette ne m’a jamais gêné et je pense qu’avec un peu plus de temps cette épreuve doit même être réalisable seul.
C’est vrai qu’il nous a manqué moins de dix secondes, car la porte s’est ouverte au moment où la clepsydre s’est terminée...

Fort Bavard : Vous affrontiez Alain, Didier, Lydia et Anne-Marie les redoutables vétérans de Fort Boyard. Aviez-vous eu des retours sur leurs précédentes performances avant de tourner votre émission ?

Adrien : Sur l’ile d’Aix, ils étaient plus ou moins aimés, mais en fait nous savions qu’ils étaient surtout très bien organisés tactiquement. Pour ma part, je les ai trouvés très professionnels et fair-play !

Fort Bavard : Aviez-vous déterminé une tactique particulière pour la ramassée des Boyards dans la Salle du Trésor ?

Adrien : Avec mon équipe nous nous sommes entrainés à plusieurs reprises pour la Salle du Trésor, mais la meilleure solution est restée de faire un maximum d’allers-retours sans trop se charger. Après nous avions décidé de charger Philippe, mais je ne pense pas que ce fut très bénéfique !

Fort Bavard : Vous avez vaincu les Champions sur le fil du rasoir, grâce à quelques Boyards de plus. Pensiez-vous avoir récolté plus de boyards qu’eux ?

Adrien : À première vue je n’étais pas content de la quantité de Boyards récoltés, de plus je me suis trompé de sens pour l’ouverture de la trappe ce qui nous a fait perdre du temps... Mais Sylvie était vraiment sûre du mot code et malgré notre petite quantité de pièces nous avons gagné !

Fort Bavard : La semaine prochaine sera diffusée la cinquième émission de la saison dans laquelle vous occuperez la place de champion avec votre équipe. Dans quel état d’esprit étiez-vous pour affronter cette seconde émission ? Avez-vous déterminé une stratégie particulière avec votre équipe ?

Adrien : Nous étions très confiants à l’approche du retour sur le Fort, le fait de battre les champions invaincus depuis trois émissions nous a vraiment donné une nouvelle envie de gagner et de conserver notre titre de champion nouvellement acquis ! Nous avions revu un peu notre stratégie pour la Salle du Trésor et étions prêts à en découdre !

Fort Bavard : Plus légèrement, votre équipe a remporté 10 000 € ce qui vous fait 2 500 € chacun. Vous êtes étudiant. Est-ce que vous avez des projets particuliers pour le futur ? Comment voyez-vous votre avenir professionnel ?

Adrien : Pour ma part, la somme d’argent est secondaire, ce que je recherche vraiment c’est le goût de la victoire ! Les 2 500 euros sont vraiment la cerise sur le gâteau après tous les bons moments passés sur le Fort ! Je suis maintenant pilote professionnel de motocross, j’espère pouvoir m’y consacrer quelques années et atteindre mes objectifs dans ce milieu, j’apprends également un peu le métier de cuisiniste (personne qui vend et installe le mobilier de cuisine NDLR) auprès de mon père. J’ai besoin dans la vie de garder cet esprit de compétition en permanence...

Fort Bavard : Resterez-vous en contact avec vos camarades de jeu ?

Adrien : Je suis encore en contact avec une bonne moitié des candidats, cette aventure m’a permis de rencontrer de nouveaux amis et de faire de belles rencontres... De plus, seuls les candidats peuvent ressentir ce que j’ai vécu durant mon séjour sur l’ile d’Aix !


Interview réalisée par Guillaume COMONT.

Photos : © France 2 / Gilles SCARELLA

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics