Mise en page 1

Interview de Blanche, la Juge (Louise-Marie HUSTINGS)

« C’était vraiment un rôle de composition »

Publié le mardi 26 juillet 2011 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Interviews 2011.

        

Elle s’appelle Louise-Marie Marguet-Hustings, elle a 22 ans, elle est étudiante en Master 1 de Marketing à l’université de Paris Dauphine et comédienne professionnelle depuis trois ans. En juin, elle a accepté de jouer le rôle de Blanche, la malicieuse et inquiétante Juge demeurant dans la Salle du Jugement. Elle a accepté de revenir pour nous sur son aventure boyardesque et de nous livrer quelques secrets de tournage.

Fort Bavard : Comment avez-vous été recrutée pour jouer le personnage de Blanche ?

Louise-Marie Hustings : Un ami de mon université a vu le pseudo d’un de ses amis sur Facebook qui cherchait une comédienne. J’ai donc écrit un mail au producteur artistique, j’ai passé un casting à la production puis j’ai été retenue parmi une trentaine de filles.

Fort Bavard : Quels étaient les critères de la production pour sélectionner l’actrice qui jouerait ce personnage ?

Louise-Marie Hustings : Je ne sais pas quels étaient les critères. Je pense qu’il voulait quelqu’un d’expressif avec du caractère et qui ne se laisse pas impressionner par les candidats. Je pense aussi qu’il voulait une personne qui maitrise assez bien l’improvisation.

Fort Bavard : Avez-vous passé un casting avec d’autres prétendantes ?

Louise-Marie Hustings : Non j’ai passé le casting seule dans une salle.

Fort Bavard : Pourquoi avoir décidé de participer à un jeu télévisé ?

Louise-Marie Hustings : J’ai accepté de faire Fort Boyard parce que c’était une belle opportunité pour moi en tant que comédienne d’avoir une certaine visibilité. Et puis Fort Boyard, ce n’est pas seulement ce qu’on voit à la télé c’est aussi une aventure humaine extraordinaire. J’ai beaucoup hésité a le faire puisque comme je continue mes études j’ai dû rater trois partiels pour faire l’émission. J’en ai parlé avec mes professeurs et des professionnels du milieu artistique et tout le monde m’a dit fonce ! Alors j’ai accepté !

Fort Bavard : Qu’avez-vous ressenti en franchissant pour la première fois l’entrée du Fort ?

Louise-Marie Hustings : La première entrée est très impressionnante. Mais cela commence avant même d’entrer dans le Fort : le fait de prendre le bateau, de voir les personnes avec qui je vais travailler pendant 10 jours, monter dans le panier qui mène à la plateforme... Voilà autant de chose qui sont aussi impressionnantes que l’entrée dans le Fort.

Le Fort était comme je me l’imaginais sauf qu’il était plus petit que dans mes pensées. C’est un endroit qui a une âme, qui a un passé et on se sent vraiment petit a l’intérieur.

Fort Bavard : Qu’est-ce qui vous a séduit dans le personnage de Blanche ?

Louise-Marie Hustings : Ce qui m’a séduit dans ce personnage, c’est le pouvoir. J’ai 22 ans et je continue mes études... Autant dire qu’avoir le pouvoir de décider du destin des candidats est quelque chose de très séduisant et en même temps de stressant. Ce que j’aimais aussi dans mon personnage c’était un tout finalement. J’aimais le jouer, improviser, revêtir mon costume, prendre possession de ma salle.

Fort Bavard : Le rôle de Blanche est-il un rôle de composition pour vous ou, au contraire, le personnage ne vous ressemble pas du tout ?

Louise-Marie Hustings : C’était vraiment un rôle de composition. Dans la vie de tous les jours je suis plutôt timide, même si je donne l’impression d’être extravertie. C’est une carapace.

Par rapport à l’autorité, je ne suis pas du tout autoritaire même si je suis très exigeante avec moi-même et que j’aime bien que les choses soient bien faites.

De plus, mon jeune âge ne m’a pas encore permis dans la vie de tous les jours de me montrer autoritaire tout en étant légèrement séductrice.

Fort Bavard : Vous êtes avec le Père Fouras (et désormais Luciole), le seul personnage parlant de la saison. Quelles indications vous a-t-on données pour incarner Blanche ?

Louise-Marie Hustings : Le personnage a évolué quelque peu depuis le casting. Au départ Blanche était plutôt sadique voire méchante. Avec le temps, la production a estimé qu’il était plus intéressant d’explorer la piste d’un personnage autoritaire mais charmeur, malicieux, plus doux en somme.

J’avais une trame pour le texte que je devais suivre puis selon chaque candidat j’adaptais mon texte et mon comportement afin qu’il y ait plus d’interaction.

On va dire que la production m’a laissé assez libre dans le sens où une fois devant le candidat, tout pouvait se passer, même si je devais suivre une certaine ligne.

Le réalisateur m’a dit de m’amuser et d’investir la Salle du Jugement comme si j’y avais toujours résidé.

Fort Bavard : Votre personnage apparaît comme une femme très malicieuse, à la fois bienveillante et séductrice, mais aussi inquiétante. Est-ce difficile d’incarner un tel personnage ?

Louise-Marie Hustings : Interpréter un personnage est toujours difficile surtout lorsqu’il faut convaincre tout le monde sachant que chacun voit le personnage à sa manière.

Je ne dirai pas que j’ai eu des difficultés mais j’ai travaillé afin d’affiner mon rôle et d’être la plus juste possible car allier autorité, séduction, inquiétude et malice n’est pas chose aisée. Ce sont autant de traits de caractère qui s’opposent mais qui une fois bien mélangés sont très cohérents.

Fort Bavard : Comment se déroulait le tournage de vos séquences ?

Louise-Marie Hustings : On tournait en semi direct ce qui signifie que certaines choses étaient ajoutées au montage comme l’explication des jeux. Sinon tout était en direct ce qui signifie que je n’avais pas droit à l’erreur.

J’avais un texte à apprendre, enfin plutôt une trame que je devais suivre en essayant de transformer certaines phrases récurrentes afin que cela ne soit pas toujours la même chose.

Fort Bavard : Votre personnage demandait-il une longue préparation concernant le maquillage et le costume ?

Louise-Marie Hustings : La préparation prenait du temps mais c’est justement un bon exercice pour se mettre dans la peau du personnage. Des lors que j’enfilais la combinaison, je n’étais plus Louise-Marie mais Blanche !

Le maquillage est ce qui prenait le plus de temps car il fallait me blanchir la peau et me teindre les cheveux en blanc.

Pour le costume c’était plus rapide puis au fur et à mesure des jours le pli était pris... Tout allait plus vite ! Et puis, je travaillais avec des maquilleuses et une styliste bien rodées donc fatalement tout allait assez rapidement finalement. On va dire que 45 minutes suffisaient pour que je sois prête.

Fort Bavard : Quel est votre meilleur souvenir de cette aventure d’une semaine à Fort Boyard ?

Louise-Marie Hustings : Ils sont tous excellents. Je pense que si je devais en choisir deux ça serait la découverte de ma salle avec mon costume. C’est là que j’ai saisi l’importance de mon rôle.

L’autre excellent souvenir c’est ma rencontre avec l’humoriste et imitateur Didier Gustin. Il m’a fait beaucoup rire et est très sympathique.

Fort Bavard : Avez-vous noué des relations avec des membres de l’équipe ?

Louise-Marie Hustings : Les relations sur un plateau sont avant tout professionnelles, même si la plupart des individus se connaissent depuis longtemps. Certains avaient 20 ans de Fort Boyard derrière eux. Il y a donc inévitablement des liens qui se créent.

J’ai surtout été en contact avec les gens avec qui je travaillais directement ou qui étaient en loge avec moi : les personnages du Fort, les producteurs, le réalisateur, les maquilleuses, la costumière, les chefs operateurs, les assistants réalisateurs...

Fort Bavard : Quelle est votre profession ?

Louise-Marie Hustings : Je suis comédienne et j’exerce cet art professionnellement depuis trois ans. J’ai suivi les cours Simon pendant trois ans puis quand je suis arrivée a l’université, le premier jour, un chasseur de tête m’a repérée. J’ai fait des photos, je suis allée en agence et tout a commencé. Mais le métier de comédien est difficile dans le sens où tout peut arriver, rien n’est fixé.

Comme je n’étais pas mauvaise à l’école, j’ai continue mes études à l’université Paris Dauphine. J’ai obtenu une licence d’économie et gestion l’an dernier et cette année j’ai fait un Master 1 de marketing. Je fais donc deux activités différentes mais qui se complète très bien dans le sens ou ce que j’ai pu faire sur les plateaux m’aide à être plus efficiente lors des présentations orales à l’université. Et vice versa. Je suis plutôt du genre à penser que plus on a de cordes à son arc mieux c’est.

Fort Bavard : Aviez-vous déjà participé à une émission de télévision ?

Louise-Marie Hustings : Je n’avais jamais fait d’émission de télévision avant. Juste une en tant que candidate quand j’étais plus jeune pour me faire de l’argent et payer mes cours de théâtre.

Fort Bavard : Quels sont vos projets ?

Louise-Marie Hustings : Je suis en stage pour 6 mois chez Atlantic Records en marketing international à New York dans le cadre de mon année de césure. Mais je compte bien continuer les tournages ici. Je reviens fin janvier en France normalement, on verra où le vent me mènera. Tout est une question d’opportunité. Ce qui est sûr c’est que je ferai mon Master 2 à l’université Paris Dauphine en septembre 2012 et que je souhaite continuer mon activité de comédienne en parallèle le plus longtemps possible.
Un jour, il me faudra choisir mais pour l’instant j’ai assez d’énergie pour mener tout de front !

Fort Bavard : La production souhaite-t-elle que vous reveniez l’année prochaine ?

Louise-Marie Hustings : J’espère vraiment ! Les audiences parleront ... Et la production décidera si elle veut continuer l’aventure avec Blanche.

Retrouvez Louise-Marie Hustings sur son site internet en cliquant ICI !


Propos receuillis par Guillaume COMONT. Merci à Louise-Marie pour sa gentillesse, sa disponibilité et son implication.

Photos : © Louise-Marie Hustings

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics