Mise en page 1

Interview de François VIETTE

« Quand j’étais petit, je me disais que jamais je ne ferais Fort Boyard, c’est un truc pour les fous ! »

Publié le lundi 6 août 2012 par Aurélien LECACHEUR - Directeur de la publication dans la rubrique Interviews 2012.

        

Popularisé pour avoir repris le rôle de l’élève Ducobu dans le dernier film de la série cinématographique Les vacances de Ducobu, François Viette, 13 ans, a accepté cet été de faire un détour par Fort Boyard avec sa comparse Juliette Chappey, 10 ans. Prochainement, il sera à l’affiche du Renard jaune, un film de Jean-Pierre Mocky. En attendant de le revoir sur grand écran, il revient pour nous sur sa journée à Fort Boyard !

Fort Bavard : Ta participation a quelque chose d’atypique, puisque depuis 2004, c’est la première fois que l’on revoit des enfants sur le Fort dans la version française du jeu. Quelle a été ta réaction quand on t’a proposé de participer ?

François Viette : J’ai sauté de joie, et je me suis dit : « pas d’hésitation, j’y vais ! ». Je n’ai pas cherché à comprendre ce qui m’arrivait. Et pourtant, quand j’étais petit, je me disais que jamais je ne ferais Fort Boyard, c’est un truc pour les fous ! Les candidats doivent toucher des mygales, les ramasser… Et plein d’amis à moi m’ont dit : « mais si on me le proposait, moi, je le ferais ! »

Fort Bavard : Est-ce que tu regardes souvent Fort Boyard ?

François Viette : Dès que ça passe, je suis le premier à regarder.

Fort Bavard : Cela t’a-t-il aidé pour réaliser les épreuves ?

François Viette : Oui, car quand je regarde la télévision, je me mets à la place du candidat. Je me dis que dans telle épreuve je devrai faire plutôt comme ci, ou plutôt comme ça. Mais dans la réalité, c’est plus dur. D’autant qu’il n’y avait pas les mêmes épreuves.

Fort Bavard : Tu connaissais Juliette Chappey, qui a fait équipe avec toi dans le film dérivé de la bande dessinée Les vacances de Ducobu, et tu as fait connaissance avec Vincent Mc Doom, Hélène Rolles… Comment s’est passée cette rencontre avec ces personnalités ?

François Viette : On s’est toujours soutenu, même quand il y en avait un qui perdait l’épreuve. Et il fallait assurer pour l’association !

Fort Bavard : Ca fait quoi de rentrer dans le Fort pour de vrai ?

François Viette : Alors en fait, c’est hyper impressionnant, parce qu’à la télévision, ça a l’air immense. Et quand on arrive dedans, c’est plus petit que ce qu’on croit et pourtant c’est quand même grand…

Fort Bavard : Olivier Minne vous a-t-il bien accueilli ?

François Viette : En fait c’est bizarre, car on a commencé tout de suite après être arrivé, juste après le coaching. Tout s’est enchaîné après. Olivier est très sympathique, j’avais l’habitude de le voir à la télévision, mais là en vrai je me suis dit : « ce n’est pas possible ! »

Fort Bavard : Tu m’as dit que tu connaissais bien les épreuves. Alors justement à ce propos est-ce qu’il y en a une que tu redoutais particulièrement ?

François Viette : Il y en a une que j’éliminais d’office, c’est le saut de l’ange ou le saut à l’élastique. J’aurais eu trop peur.

Fort Bavard : Quel personnage du Fort souhaitais-tu rencontrer le plus ?

Passe-Partout, en plus il est hyper sympathique. Le Père Fouras, au départ, il semble bizarre.

JPEG - 425.8 ko

Fort Bavard : Tu as participé à l’épreuve des Araignées et des scorpions. Raconte-nous cette rencontre avec les Demoiselles du Fort, comme on aime les appeler à Boyard…

François Viette : Euh… Je ne me souviens pas trop bien, en plus je n’ai pas touché les mygales. (rires) Donc automatiquement pas les scorpions non plus. Quand je suis entré dans la salle, je me suis dit qu’il allait y en avoir partout de mes ennemies jurées : les mygales. J’ai vu la caméra qui me filmait, et quand je suis passé par une trappe j’ai demandé « là, au-dessus de moi, il y a des mygales ? ». On me disait que non, mais moi j’ai continué de poser la question. Après je suis entré, mais il y avait plein de mygales accrochées au filet. Mais je ne pouvais pas les toucher, c’était impossible.

JPEG - 422 ko

Fort Bavard : Tu as fait aussi l’épreuve du Percolateur, avec du café. Est-ce si de faire un bon café à Fort Boyard ?

François Viette : Oui, faire un café c’est vachement dur sur le Fort ! Et je déconseille d’en boire !

Fort Bavard : Tu as fait également une épreuve dans la Cellule interactive. As-tu vécu une meilleure expérience cette fois ?

François Viette : Il y a des gens qui vont me prendre pour un imbécile, mais quand on m’a briefé on m’a dit qu’il fallait bien appuyer sur les cases, et qu’il fallait mettre les deux pieds pour que ça marche. Ça m’a beaucoup fatigué. Donc pas de clé pour moi !

JPEG - 440.1 ko

Fort Bavard : Tu as reformé ton duo avec Juliette Chappey à l’occasion de l’épreuve de l’Équilibre à deux. Que ressent-on à plusieurs mètres au-dessus du vide et des tigres ?

François Viette : J’ai eu peur ! J’ai commencé à paniquer et là Juliette m’a dit de ne pas m’inquiéter, comme d’habitude elle était elle-même ! Ensuite on est monté sur les câbles et j’ai eu peur, mais vraiment une petite peur. On a eu l’indice, il fallait tendre le bras. Heureusement, Juliette était là.

Fort Bavard : Ensuite vous avez participé à deux au duel de l’Aquarium avec le Maître des ténèbres. Comment réussir ce genre de duel ?

François Viette : Il faut mettre les pièces de façon à ce que le verre ne coule pas. On a fait attention et on a réussi l’épreuve. C’est impressionnant, car on ne sait pas qui est derrière les masques, si les Maîtres sont vieux ou jeunes… Mais c’est surtout le Père Fouras qui m’a impressionné.

Fort Bavard : Comment s’est passé la recherche du mot-code devant la Salle du Trésor ?

François Viette : On ne savait pas trop, donc on a sacrifié Vincent, qui nous a permis de récupérer une cartouche en plus. J’ai eu peur que les Boyards ne tombent pas, même si j’étais sûr du mot-code.

Fort Bavard : Quel est ton meilleur souvenir à Fort Boyard ?

François Viette : Franchement, j’ai été très content de ma performance sur l’Équilibre à deux. Puis je retiens le bon esprit d’équipe, Passe-Partout, Passe-Muraille, Olivier Minne, tout le monde est très agréable. C’est un très bon souvenir. Si c’était à refaire, j’y retournerais sans me poser de questions ! Ca m’a fait plaisir de le faire et c’était aussi pour une association : Mira Europe. On a aidé des enfants atteints de cécité et ça fait plaisir.

Fort Bavard : Quelle est ton actualité ?

François Viette : J’ai tourné un film avec Jean-Pierre Mocky qui s’appelle Le renard jaune, et j’ai d’autres projets en préparation.

Fort Bavard : Enfin, une petite question bonus : si tu devais jouer dans un film ayant pour décor Fort Boyard, ce serait quel genre de film ?

François Viette : Ce serait un film d’action-aventure, avec un peu de science-fiction.


Propos recueillis par Aurélien LECACHEUR. Merci à François Viette d’avoir pris de son temps pour répondre à nos questions et bonne continuation à lui. Remerciements également à sa Maman, ainsi qu’à Yoann de Birague.

Photos : © France Télévisions / Gilles Scarella

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics