Mise en page 1

Interview de Mathieu MADÉNIAN

« Ce qui est impressionnant c’est que tu as l’impression d’être à Eurodisney »

Publié le samedi 16 juillet 2011 par Aurélien LECACHEUR - Directeur de la publication dans la rubrique Interviews 2011.

        

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Mathieu Madénian est un boute-en-train qui n’a peur de rien… sauf peut-être du vide qui le tétanise. Il n’a pourtant pas refusé de se rendre à Fort Boyard. Au terme de cette aventure unique, l’humoriste qui sera dès le 15 septembre au Théâtre Trévise dans un One Man Show n’a pas hésité une seconde à répondre à nos questions… non sans une pointe d’humour dont il a le secret. Rencontre.

Fort Bavard : À quoi pensez-vous quand on vous annonce que vous allez participer à Fort Boyard ?

Mathieu Madénian : Que je vais être ridicule pendant une heure et demie ! C’est ça que je me suis dit. Puis il va y avoir des mygales, je vais sauter à l’élastique, faut que je pense à faire des pompes, à muscler mes abdos, parce que sinon je vais être ridicule.

Fort Bavard : Est-ce que vous connaissiez d’autres membres de votre équipe avant l’émission ?

Mathieu Madénian : Oui, je connaissais Virginie Hocq, Julie Raynaud, de réputation Sheryfa Luna et Quentin Mosimann, mais pas personnellement.

Fort Bavard : Est-ce que vous regardez régulièrement Fort Boyard ou alors vous avez découvert l’émission en même temps que votre participation ?

Mathieu Madénian : Non, je connaissais. Ce qui est impressionnant c’est que tu as l’impression d’être à Eurodisney. Tu te dis « c’est pas vrai, il y a les tigres, Passe-Partout, le Père Fouras… ». Tu as l’impression d’être un gamin quand tu arrives. Tout le monde veut y aller à ce jeu là, tout le monde veut y participer, voir ce que ça fait de se retrouver au milieu du Fort, de faire l’idiot et de courir partout pendant une heure et demie. Je savais à quoi m’attendre et c’est ça qui était marrant. J’y participais enfin. C’était extraordinaire.

Fort Bavard : C’était magique ?

Mathieu Madénian : Oui, tu es un gamin là dedans, en plus tout le monde est très sérieux. On ne te dit pas « vas-y tu es là pour déconner » pas du tout ! On te met dans l’ambiance, tu ne parles à personne, tu as l’impression que tu vas jouer ta vie. Tu te demandes si tu vas ressortir vivant, tu t’interroges sur ce qui va t’arriver, c’est assez marrant. Il y a une vraie ambiance, c’est très bien. C’est un parc d’attractions géant.

Fort Bavard : Quelles épreuves ou aventures redoutiez-vous le plus ?

Mathieu Madénian : Le saut à l’élastique, car j’ai le vertige, mais gravissime ! J’ai fait l’épreuve de la poutre, à sept-huit mètres de hauteur avec la mer dessous. Je n’ai pas été très très courageux sur ce coup là. Et puis les mygales ce n’est pas ma tasse de thé. Je suis sorti avec une mygale pendant deux ans et ça m’a suffit, je ne voulais pas en retrouver une sur Fort Boyard. Sinon pour le reste, le tout c’est de ne pas avoir l’air idiot. Je me disais « faut que tu souries tout le temps, même si tu tombes, même si tu te fracasses la gueule, même si tu saignes du nez, il y a tes parents qui regardent ! ».

Fort Bavard : À l’inverse quelles épreuves ou aventures rêviez-vous de faire ?

Mathieu Madénian : Je voulais me battre avec la catcheuse dans la boue. Mais c’est un de mes fantasmes, ce n’est pas propre à Fort Boyard. Je n’ai jamais trouvé de fille avec qui faire ça ! Et en fait, c’est Julie Raynaud qui a été choisie !

Fort Bavard : Comment s’est déroulé le tournage de l’émission ?

Mathieu Madénian : C’était plutôt chouette. On a bien rigolé. Au début on était stressé puis c’est parti. On joue pendant une après-midi, on fait les pitres. Ce n’est pas donné à tout le monde : nous notre boulot, c’était d’amuser la galerie. C’est fabuleux. Jouer dans un parc d’attractions grandeur nature, ça, c’est bien !

Fort Bavard : Une fois arrivé sur le Fort, La Boule sonne le gong, l’émission démarre…

Mathieu Madénian : J’ai déjà flippé dès l’arrivée, car sur le Fort il faut monter avec une espèce de nacelle et j’ai le vertige. J’étais blanc et j’ai failli ne même pas monter sur le truc. Et pourtant ce n’est pas une épreuve.

Fort Bavard : Mathieu Madénian, on vous a laissé devant la nacelle qui permet d’entrer sur le Fort et qui monte à 25 mètres de haut.

Mathieu Madénian : Pour moi déjà, là, c’était fini. Je me suis dit, c’est mort. Et pourtant ça paraissait normal à tout le monde, mais moi je me suis dit non, ça, ce n’est pas possible. J’y suis arrivé, mais j’étais blanc, c’était horrible. D’ailleurs pour le retour normalement on est accroché à l’extérieur, moi ils m’ont mis en boule à l’intérieur, au milieu ! J’ai fermé les yeux jusqu’à ce qu’on atterrisse. C’était ridicule.

Fort Bavard : Heureusement que ce n’est pas filmé…

Mathieu Madénian : Ah oui ! Heureusement ! Pitié ne met pas de photos de ce moment sur le site !

Fort Bavard : C’est un coup de chance, d’habitude ils donnent des images des candidats dans la nacelle à la presse, mais pas cette année.

Mathieu Madénian : Ah ! C’est mieux alors ça change tout. En fait, j’ai été très courageux !

Fort Bavard : C’est collector, si un jour quelqu’un veut vous faire chanter il pourra chercher une photo !

Mathieu Madénian : C’en est fini de ma carrière (rires) !

Fort Bavard : Pendant l’émission vous avez eu à entrer dans la Cellule interactive. Est-ce aussi facile que ça en a l’air à la télévision ?

Mathieu Madénian : J’ai réussi l’épreuve, mais je ne vais pas me la péter. Ce n’est pas évident, même si tout le monde dit que c’est facile et que si tu n’y arrives pas, tu es vraiment le roi des innocents. Je me suis dit : concentre-toi ! Et pourtant sur ce truc-là tu as l’air idiot ! Mais c’est très dur.

Fort Bavard : Nouveauté 2011 dans Fort Boyard, vous êtes sur une poutre au-dessus du vide avec des jets d’eau en pleine tête. Que ressent-on ?

Mathieu Madénian : En fait, il fallait rester debout. Mais moi j’ai choisi une autre méthode : comme je suis un Arménien, je l’ai fait à l’arménienne. Je me suis allongé sur la poutre et j’ai avancé comme un lâche. J’ai mis une heure pour arriver au bout, je me suis pris des jets d’eau en pleine tête. J’étais complètement hors du temps. Le pire c’est quand on entend Olivier qui dit que c’est perdu et précise qu’il faut aller à l’aventure suivante. Tout le monde prend ses jambes à son coup et tu te retrouves tout seul au bout de la poutre avec des mecs qui te disent : saute ! Pour moi, elle commençait là l’épreuve, c’était le saut dans l’eau à dix mètres de hauteur. Ça non plus ça n’a pas été filmé.

Fort Bavard : Finalement, avez-vous sauté ?

Mathieu Madénian : (Rires) J’ai sauté, mais j’ai dû mettre une bonne demi-heure !

Fort Bavard : Donc votre hantise c’est le vide et les petites bêtes. Difficile dans ces conditions d’être concentré sur l’énigme du Père Fouras dans la Cabine abandonnée. Est-ce que vous saviez pour les blattes ou était-ce une vraie surprise ?

Mathieu Madénian : Non, je ne savais pas. Au départ, quand tu arrives, tu vois des mouches et tu te dis que ce n’est rien. Et puis tu sens des trucs te tomber dessus. Tu te demandes ce qui t’arrive et là tu vois des espèces de blattes, c’est horrible. Mais ce n’est pas normal, les blattes ce n’est pas fait pour vivre avec les hommes. Ce n’est pas fait pour te tomber dessus quand tu es au téléphone. Ça n’arrive pas très souvent, ou alors vraiment dans des pays très reculés, mais normalement en France non. Et on te dit de réfléchir. Au bout du fil, tu as le Père Fouras qui prend bien son temps pour te parler, pendant que tu as un type qui te jette des blattes sur la figure. L’équipe de l’émission doit bien se marrer !

Fort Bavard : Des épreuves que vous avez faites sur le Fort, laquelle ne referiez-vous sous aucun prétexte ?

Mathieu Madénian : La poutre ! C’est trop périlleux, avec le vide, la mer dessous, tout le monde qui te regarde, c’est une horreur !

Fort Bavard : De ce point de vue là, avez-vous vaincu votre peur ?

Mathieu Madénian : Non, je n’ai pas vaincu ma peur, car je n’ai pas comme passion de me trimballer sur une poutre en pleine mer, je ne marche pas comme ça. Moi je suis plutôt transat au bord de la Méditerranée. Je l’ai fait une fois, mais je ne le referai plus.

Fort Bavard : Vous étiez bien content en fait que ce soit Sheryfa Luna qui hérite du saut de l’ange…

Mathieu Madénian : Ah oui ! J’étais mort de rire. Moi je n’aurai pas sauté, c’est clair et net. En plus, elle a sauté et ça n’a servi à rien, car elle a manqué la cartouche et a mis trop de temps. Elle a toutefois réussi à sauter, moi je ne l’aurai jamais fait. Même si on me dit « si tu ne sautes pas tes parents vont mourir » ce n’est pas grave, ils savent que je les aime, ils comprendront !

Fort Bavard : À la fin de l’aventure, quand on voit les boyards tomber, que ressent-on ?

Mathieu Madénian : On était sûrs que c’était le bon mot code, et le plus marrant c’était Moundir qui avait mis au point une tactique pour rapporter le plus de boyards possible. Mais je crois qu’il a eu le BAC avec option Fort Boyard. On était content de voir les boyards tomber, tu te prends vraiment au jeu en fait. On était comme des gamins, on avait gagné le jeu !

Fort Bavard : Si l’an prochain on vous propose de participer de nouveau à l’émission, seriez-vous d’accord ? Sans la Poutre peut-être ?

Mathieu Madénian : À la rigueur, mais surtout sans le saut à l’élastique ! Mais non, en fait je vais remplir la feuille, tu sais il y a une fiche de renseignements où on te demande de quoi tu as peur. Et en fait si tu mets « vertige » ils vont t’embêter avec des épreuves aériennes. La prochaine fois, je mettrai que j’adore sauter dans le vide, que j’adore le chocolat et les fraises ! Sinon refaire Fort Boyard l’année prochaine ? Ah oui ! En plus, on a gardé contact avec d’autres membres de l’équipe, avec Moundir et Virginie entre autres, ce fut une belle aventure humaine.

Fort Bavard : Donc globalement c’est un bon souvenir…

Mathieu Madénian : Un excellent souvenir.

Fort Bavard : Mathieu Madénian vous êtes humoriste, on vous a vu cette année à la radio sur Europe 1, également dans votre One Man Show, est-ce que vous continuez la radio à la rentrée, et sinon avez-vous d’autres projets ?

Mathieu Madénian : Je jouerai au théâtre Trévise à partir du 15 septembre. Je serai également sur Europe 1 trois fois par semaine dans l’émission de Michel Drucker et toutes les semaines dans Vivement Dimanche Prochain sur France 2.


Propos recueillis par Aurélien LECACHEUR. Merci à Emilie Castillo et Mathieu Madénian pour leur gentillesse et leur disponibilité.

Photos : © France Télévisions / Gilles SCARELLA

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics