Mise en page 1

Interview de Maud FONTENOY

« J’espère que cette participation à Fort Boyard aura contribué à élever les consciences sur les dangers contemporains liés à l’environnement. »

Publié le mardi 9 août 2011 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Interviews 2011.

        

Maud Fontenoy, la mer, elle la connait. Navigatrice hors pair, elle réalise l’exploit de traverser l’océan Atlantique à la rame sans assistance. Mais si fendre les flots est sa passion, Maud a aussi à cœur d’œuvrer à la préservation de la planète, ce à quoi elle se donne corps et âme à travers son association : Maud Fontenoy Fondation. Cette année, elle a accepté de faire escale au large de La Rochelle, plus précisément à Fort Boyard, un jeu qui fleure bon le sel et l’eau iodée et qui, en outre, ne pouvait que lui plaire. Elle revit cette parenthèse maritime pour vous en se livrant à Fort Bavard.

Fort Bavard : Maud, pourquoi avez-vous accepté de relever le défi d’être candidate à Fort Boyard ?

Maud Fontenoy : Le principal but de ma venue sur le Fort était avant tout pour gagner des fonds pour mon association. Il était important pour moi de gagner, mais aussi de faire connaître ma fondation au plus grand nombre.

D’autre part, c’est aussi parce que l’équipe était fort sympathique et que c’était les sportifs de Marseille et mes nageurs favoris. Ce n’était donc que du bonheur de faire équipe avec eux.

Enfin, au-delà de tout ça, c’est aussi une aventure que l’on a envie de vivre.

Fort Bavard : Vous êtes navigatrice, aviez-vous déjà été sur le Fort auparavant ?

Maud Fontenoy : Je connaissais le Fort comme tout un chacun, mais je n’y avais jamais pénétré auparavant. Cela avait quelque chose d’excitant de débarquer sur le Fort et de s’amuser avec cette équipe de sportifs.

Fort Bavard : Le fait de jouer pour votre propre Fondation, n’a-t-il pas été encore plus stressant pour vous que pour les autres candidats ?

Maud Fontenoy : Si bien sûr, l’enjeu était vraiment important. Mais participer à un jeu comme Fort Boyard est somme toute toujours stressant, car on a peur du ridicule (Rires.) et puis là je n’avais pas droit à l’erreur. Je devais porter haut les couleurs et le drapeau de la Fondation. Sans compter que je suis, comme vous la savez sans doute, assez perfectionniste. Je mets souvent la barre très haute et me fixe de nombreux objectifs. Je n’aime pas décevoir, mais je pense que nous étions tous dans le même état d’esprit sur le Fort. Quand on loupe une épreuve, on est frustré et on espère faire mieux à la suivante. Indéniablement, c’est plus difficile en vrai qu’à la télévision.

Fort Bavard : Avez-vous l’occasion de suivre Fort Boyard l’été ?

Maud Fontenoy : Je suis assez occupé l’été et je regarde en conséquence très peu la télévision, mais je suis bien sûr déjà tombée dessus. C’est vrai que pendant mon enfance j’habitais sur un bateau dans les îles et je n’avais pas la télévision, ce qui m’a fait découvrir l’émission assez tard finalement. C’est une émission agréable à regarder, surtout quand tu reconnais quelques visages de personnes qui te sont sympathiques. Par ailleurs, c’est aussi une émission familiale, ce qui l’a rend incontournable quand on est avec des enfants. Tout le monde trouve son compte avec Fort Boyard, elles rassemblent petits et grands.

Fort Bavard : Allez-vous regarder votre propre émission samedi ?

Maud Fontenoy : Je suis actuellement à La Rochelle pour la tournée des plages de ma Fondation et je serai samedi en mer sur mon bateau avec des enfants. Si je n’arrive pas trop tard, je verrais peut-être la fin, mais moi je connais déjà le résultat, c’est moins drôle ! (Rires.) Une chose est sûre : ma mère va regarder ! (Rires.)

Fort Bavard : Est-ce vous qui avez choisi les membres de votre équipe ?

Maud Fontenoy : Non ce n’est pas moi, la production a en fait eu la bonne idée de monter une équipe 100 % marseillaise avec le cercle des nageurs et moi. Je les ai découverts, je ne les avais jamais rencontrés avant.

Fort Bavard : Est-ce un avantage d’avoir fait équipe avec d’autres grands sportifs ?

Maud Fontenoy : J’étais très heureuse d’être avec eux, car ce sont des gens que j’admire, mais je ne suis pas sûr que le jeu ne soit vraiment qu’une épreuve de force. Certes, il y a quelques épreuves qui nécessitent une certaine force physique, mais finalement pas tant que ça. D’ailleurs, je crois que l’équipe des Miss France a bien œuvré alors que les Miss ne sont pas connues pour avoir d’énormes muscles. Ce n’est donc pas qu’une question de force, mais d’agilité, de rapidité, de chance… C’est un mélange de tous ces ingrédients. En définitive, ce ne sont pas toujours les gros bras qui gagnent sauf pour les duels de force de la Salle du Conseil, comme celui où il faut soulever un poids à bout de bras.

Fort Bavard : La production vous a-t-elle expliqué les nouvelles épreuves de la saison avant votre arrivée sur le Fort ?

Maud Fontenoy : Nous étions la première équipe des enregistrements de la saison. On a su que les épreuves avaient été testées auparavant, mais pour moi qui ne connaissais pas bien le jeu, et donc même pas les preuves des saisons précédentes, on ne peut pas dire que nous ayons reçu un briefing complet à ce niveau, sans doute pour préserver l’effet de surprise au moment du jeu. D’ailleurs, j’ai eu une épreuve avec des clés (la Cellule qui rétrécit NDLR), et j’aurais bien aimé y retourner après la fin du temps. (Rires.)

Fort Bavard : Quelle a été votre impression en pénétrant dans la Forteresse ?

Maud Fontenoy : J’ai été étonnée de la petitesse du Fort. On a l’impression à l’écran que le Fort est immense, en fait c’est petit, mais c’est un endroit charmant. L’équipe de production est d’ailleurs très organisée et on sent que c’est un programme bien rodé qui fonctionne très bien. L’ambiance y est très familiale. J’ai vraiment passé une très belle journée même si notre émission a été tournée un jour où il faisait vraiment très froid, mais cela faisait partie de l’aventure.

Fort Bavard : La production vous a fait un clin d’œil en vous choisissant pour l’épreuve du Pied marin…

Maud Fontenoy : Je crois que cette épreuve était du sur mesure pour moi. Ça s’est franchement bien passé.

Fort Bavard : Vous avez dû vous sacrifier à la fin de l’émission. N’est-ce pas frustrant de ne pas pouvoir participer à la collecte des boyards ?

Maud Fontenoy : Oui c’est évidemment un peu frustrant, mais dans ces cas-là il ne faut pas trop réfléchir et il faut bien que quelqu’un le fasse. Puis c’est aussi normal, le chef d’équipe est toujours celui qui doit se sacrifier. Je voulais que tout le monde prenne du plaisir et je ne voulais pas demander à quelqu’un de le faire à ma place.

Fort Bavard : Vous êtes une femme d’eau, mais auriez-vous aimé sauter à l’élastique à Fort Boyard ?

Maud Fontenoy : J’ai une peur terrible du vide donc je ne vous cache pas que j’ai préféré les jeux d’eau. Dans mon équipe, beaucoup aimaient les jeux dans les airs donc on se complétait bien. Je voulais bien tout faire : les souris, les araignées, les serpents… mais le vide j’ai beaucoup d’inquiétude à chaque fois. Déjà quand je monte en haut du mât de 32 mètres de mon bateau pour réparer je ne suis pas très à l’aise.

Fort Bavard : Autrefois, il existait une aventure où il fallait monter en haut du mât d’un bateau, vous y avez échappé…

Maud Fontenoy : Oui ! Déjà rien que de se jeter du haut du Fort avec une tyrolienne… Je n’aurais pas voulu faire ça.

Fort Bavard : Avec votre équipe, vous avez récolté 10 650 € pour votre Fondation. À quoi vont servir les fonds ?

Maud Fontenoy : Cela va servir au développement d’un programme sur la thématique de la diversité marine dans tous les collèges de France au mois de septembre et va aussi permettre à de jeunes sourds et muets de partir faire un voyage en antarctique dans les Terres du Sud. Ils seront les ambassadeurs de ce programme et seront entourés par des scientifiques pour réfléchir sur la préservation des pôles.

Fort Bavard : Quelles sont les missions de votre Fondation ?

Maud Fontenoy : Elles visent à promouvoir la préservation de l’environnement, mais aussi la préservation du grand bleu, des océans et du littoral. C’est un combat qui a lieu dans tout le milieu scolaire avec des programmes éducatifs dans toutes les tranches d’âge, des défis participatifs, avec des opérations de sensibilisation par la navigation sur mon bateau. C’est un travail de longue haleine pour éduquer toute la jeunesse au fonctionnement de l’environnement et surtout aux richesses que nous apportent la nature, le grand bleu et, en somme, les services que nous rend la nature gratuitement.

Fort Bavard : Parlez-nous un peu de votre participation en tant que chroniqueuse dans l’émission Vivement Dimanche de Michel Drucker…

Maud Fontenoy : J’ai adoré travailler avec Michel Drucker, c’est une personne incroyable de générosité et de gentillesse. Cela me permettait aussi de toucher un autre public pour les sensibiliser à la préservation de la planète, de l’environnement et des océans. Ce ne sont pas forcément des gens acquis à cette cause et cela était très enrichissant de pouvoir les sensibiliser à ces sujets à la fois présents et à venir.

Fort Bavard : Vous retrouvera-t-on sur France 2 à la rentrée ?

Maud Fontenoy : Oui, j’ai bon espoir de poursuivre ma collaboration avec France 2 avec de nouveaux primes-times sur l’environnement. Cela me tient vraiment à cœur, car cela permet de mettre en lumière les gens qui œuvrent chaque jour et partout dans le monde à la préservation des océans. Il y a différentes façons de faire passer le message et de sensibiliser le grand public et la télévision en fait partie. En cela, j’espère aussi que nous aurons touché un autre public grâce à cette participation à Fort Boyard et qu’elle aura contribué à élever les consciences sur les dangers contemporains liés à l’environnement.

Fort Bavard : Nous posons toujours la même question aux vaillants candidats de Fort Boyard et vous ne ferez donc pas exception à la règle : accepteriez-vous de revenir l’année prochaine ou dans 2-3 ans sur le Fort pour de nouvelles aventures ?

Maud Fontenoy : Oui, bien sûr !


Propos recueillis par Guillaume COMONT. Merci à Maud Fontenoy et son équipe de communication pour leur disponibilité et leur gentillesse.

Photos : © France Télévisions / Gilles Scarella

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics