Mise en page 1

Interview de SOREL

Sorel a réalisé un de ses rêves : participer à l’émission !

Publié le jeudi 19 juillet 2007 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Interviews 2007.

        

Le jeune artiste Sorel a répondu à nos questions sur son passage à « Fort Boyard ». Pour mieux le connaître, vous pouvez lire notre interview bien sûr, mais aussi vous procurer son premier disque baptisé « Fuyons maintenant », dans les bacs depuis peu.

Fort Bavard : Comment avez-vous été sélectionné pour participer à « Fort Boyard » ? Expliquez-nous les modalités de cette participation ainsi que les étapes intermédiaires.

Sorel : En fait, j’ai eu beaucoup de chance, car à la base ma participation à Fort Boyard n’était pas prévue. J’ai remplacé une personne qui a annulé sa venue. Du coup j’ai su la veille que je partais pour La Rochelle. J’espère vraiment avoir contribué à la réussite de cette émission.

Fort Bavard : Pourquoi avoir accepté de participer à cette aventure ?

Sorel : Parce qu’elle m’a toujours fais rêver...Je suis quasi trentenaire alors pour moi cela aurait été impensable de ne pas faire l’émission. Quelle chance j’ai eue !

Ensuite, Aubin m’a parlé de la petite Lucie et j’ai su que j’avais bien fait.

Fort Bavard : Êtes-vous un téléspectateur assidu de cette émission ?

Sorel : Oui sans aucun doute. Depuis Patrice Laffont.

Fort Bavard : Avant d’arriver sur le Fort, quels conseils et consignes vous a-t-on donnés ?

Sorel : Houlà ! Beaucoup. Quelques conseils pour les indices, pour les énigmes et beaucoup de conseils sécurité. Pour que tout se passe bien. Évidemment en arrivant sur le fort on a fait tout le contraire de ce que l’on nous avait dit...

Fort Bavard : Avez-vous eu connaissance des nouvelles épreuves avant d’arriver sur le Fort ?

Sorel : Non. Grosse surprise. Je retiendrai surtout celle du chinois qui m’a valu une belle peur.

Fort Bavard : Pensez-vous que participer à une telle émission est possible pour tout le monde ? Êtes-vous assez sportif au quotidien ?

Sorel : Oui je pense que tout le monde peut y participer, bien entendu si on adapte les épreuves aux personnes.

Sinon j’avoue que c’est très physique... et puis il faut avoir de bons mollets pour grimper toutes ces marches.

Fort Bavard : Le jeu dure près de deux heures à la télévision, mais dans la réalité, observiez-vous quelques pauses entre les différentes parties, et même entre les différentes épreuves ?

Sorel : Une pause déjeuner d’une heure. Sinon très peu de pauses en fait. Je vous garantis qu’à la fin du tournage vous êtes lessivés.

Fort Bavard : Des bruits courent comme quoi certains candidats recommencent parfois leur épreuve ? Info ou intox ?

Sorel : Intox sauf si a priori il y a litige sur l’épreuve. Si la production estime qu’il y a eu une infraction aux règlements lors d’une épreuve... Par exemple au bras de fer... il ne faut pas s’aider en s’accrochant au rebord de la table. La main doit être bien à plat. Alors si un candidat gagne en s’aidant il doit recommencer.

Sinon tout est vrai !!!

Fort Bavard : Venons-en à votre participation à proprement dite, quelle a été la principale difficulté de l’épreuve de la « Pince » (nouveauté 2007) ? Pensez-vous que le temps alloué à cette épreuve soit suffisant ?

Sorel : Oui. Extrêmement limite, mais jouable. Le truc c’est que l’on entend très mal ses coéquipiers. Si je les avais mieux entendus, j’aurais accéléré plus tôt. Je n’étais vraiment pas loin.

Fort Bavard : Vous avez eu la malchance d’être sélectionné par Le Chinois (nouveau personnage 2007), dans quel état d’esprit étiez-vous ? Pensiez-vous basculer dans le vide après l’échec de Fred Courtadon pour résoudre le casse-tête chinois ? Rassurez-nous, vous êtes tombé sur un matelas ?

Sorel : En fait, je ne m’attendais pas du tout à ça. Ils savent réellement créer le suspens et capter l’effet de surprise sur les visages...
Et non... on ne tombe pas sur un matelas, mais je vous rassure je ne me suis rien cassé. Vous avez pu le voir par la suite.

Fort Bavard : Une fois prisonnier, vous avez dû réaliser un parcours de libération plutôt inhospitalier, mais êtes-vous directement allé en prison après votre passage chez le « Chinois » ou avez-vous rejoint une salle en attendant un peu que la partie épreuves s’achève ?

Sorel : Je me suis retrouvé confiné dans une salle, très vite rejoints par la belle Miss France.

Fort Bavard : Vous avez su garder étonnement votre sang-froid face au serpent dans les geôles du Fort, vous ne craigniez pas les petites bêtes ?

Sorel : Si. Franchement ce n’est pas tout les jours que je me retrouve à casser les pieds à un python, si bien sûr il en avait.

Fort Bavard : Les parcours de libération sont très hachés à l’écran, dans la réalité, avez-vous mis beaucoup de temps à l’effectuer ?

Sorel : Énormément... surtout pour délier le python, bien ancré à sa clef. Le montage est plutôt sexy. Dans la réalité, c’est très long.

Fort Bavard : Chaque candidat effectue le même parcours, passiez-vous chacun votre tour ?

Sorel : Oui le parcours est rigoureusement le même. Je suis passé après Miss France. J’ai pu profiter de ses hurlements avant de me lancer moi-même.

Fort Bavard : Chez le Père-Fouras, vous avez trouvé l’énigme mathématique (nouveauté 2007), êtes-vous en général plus scientifique ou littéraire ?

Sorel : Je suis nul en maths. Je me demande encore par quel éclair de génie j’ai trouvé. On va appeler ça de la chance. ;))

Fort Bavard : Votre visite en vigie fut en quelque sorte votre aventure, mais auriez-vous aimé effectuer une aventure en extérieur, comme le saut à l’élastique par exemple (qui a été réalisé par Rachel Legrain-Trapani) ?

Sorel : J’en crevais d’envie. Mais j’imagine qu’il est plus sexy de voir une jolie fille pratiquer ce genre d’aventure.

Fort Bavard : Le Conseil est un lieu très solennel et assez inquiétant à l’écran, comment l’avez-vous appréhendez ? Lors de votre duel, la chance vous a cruellement manqué, êtes-vous un homme chanceux en temps normal ?

Sorel : Plutôt oui. Après coup je me dis que j’ai été mauvais, car par exemple le maitre des ténèbres savait que je sortirais en premier le puits. On sort toujours en premier le puits. Je n’ai pas réfléchi.

Fort Bavard : Aussitôt les deux cartouches dégoupillées en fin de jeu, vous avez trouvé le mot Aiguille, aimez-vous ce genre de jeux d’énigmes ? Comment expliquez-vous votre si soudaine trouvaille ?

Sorel : Comme pour l’énigme du Père Fouras. J’ai eu un éclair de lucidité soudain. En fait quand on a ouvert la première cartouche et lu CADRAN j’ai tout de suite pensé à une montre donc lorsque le mot PIN est sorti j’ai tout de suite pensé à l’aiguille. Ce fut très rapide dans ma tête. Tant mieux pour l’équipe. C’est ma mère à qui ça a fait plaisir. Elle a pu se vanter de l’intelligence de son fils. ;)

Fort Bavard : Finalement, ce sont plus de 19 240 € qui vont aller à l’association « Le Sourire de Lucie », satisfait ?

Sorel : Très. J’ai senti qu’on avait rapporté beaucoup de Boyard en soulevant le sac...La maman de Lucie m’a écris le soir même en me remerciant pour sa fille malade... j’ai compris l’importance de notre travail sur le fort.

Fort Bavard : Avec du recul, quel restera votre meilleur souvenir ?

Sorel : L’esprit d’équipe et l’amitié commune qui est née au sein de cette équipe. On s’entend vraiment bien alors que l’on ne se connaissait pas.
Et bien sûr la beauté d’Anne-Gaëlle... et du Fort.

Fort Bavard : Connaissiez-vous quelques membres de l’équipe, et comptez-vous suivre l’actualité de vos camarades, voire rester en contact avec certains d’entre eux ?

Sorel : Non on ne se connaissait pas, mais on s’aime beaucoup. Je suis resté proche de Fred Courtadon et de Rachel.J’ai Aubin au téléphone parfois.

Fort Bavard : Seriez-vous prêt à revenir ?

Sorel : Sans hésitation même si c’est réellement difficile.

Fort Bavard : Parlez-nous un peu de vous, de votre musique et de vos goûts. Quels sont vos centres d’intérêt et quelle est votre actualité du moment ?

Sorel : Je suis un enfant du rock et du folk.
Mais j’aime toutes sortes de musique, incluant la chanson, le rap... tout !

Je suis aussi très fan de cinéma et de voyages...
Mon premier album sort dans les jours à venir et j’ai hâte de voir comment les gens vont l’accueillir.

Pendant tout l’été j’ai pas mal de concerts, pas de vacances pour moi... alors, j’espère croiser le maximum de personnes sur ma route... que je souhaite la plus longue possible ! Ce métier est si difficile.


© 2007 - www.fortboyard.net - Tous droits réservés - Reproduction partielle ou complète interdite

Interview réalisée par Guillaume COMONT - Merci à Sorel pour son temps et sa gentillesse.

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics