Mise en page 1

Interview de Stéphane TRAINEAU (2003)

« Refaire Fort Boyard : Oui, avec des gens sympa ! »

Publié le lundi 30 juin 2003 par Aurélien LECACHEUR - Directeur de la publication, Mickäel COUÉ dans la rubrique Interviews 2003.

        

Stéphane Traineau souvenez-vous, c’est le judoka qui a réussi l’épreuve mithyque d’Excalibur en un temps record le soir du 28 juin sur France 2. Fort-Boyard, il devait le faire, et bien c’est fait, et en exclusivité il vous livre ses impressions.

Fort Bavard : Quand on vous a contacté pour faire Fort-Boyard, pourquoi avez vous accepté une telle aventure ?

Stéphane Traineau : Cela fait déjà plusieurs années que je devais faire Fort Boyard, mais à il y avait toujours un problème de date ! La période d’enregistrement tombait toujours soit au moment d’un stage avec l’équipe de France, soit sur des Championnats importants. Quand Alexandre, mon ami, m’a proposé de faire Fort Boyard avec lui j’étais d’accord, bien sûr. Etant donné que pour nous le but principal était de se faire plaisir, nous étions ok pour partir ensemble ou pas du tout.

Fort Bavard : Quel était votre état d’esprit en arrivant sur le Fort : confiant, impressionné...

Mon état d’esprit ? J’avais envie de découvrir ce jeu ainsi que le fort. Nous avons tous été exités à l’idée de jouer, je pense.

Fort Bavard : Connaissiez-vous d’autres membres de l’équipe avant l’émission ?

Avant le jeu seulement Alexandre (ndw : Alexandre Devoise, animateur radio et télé)

Fort Bavard : Avez-vous gardé des contacts avec vos coéquipiers ?

Nous avons échangé nos numéros de téléphone avec Ingrid et je pense que je lui téléphonerai de temps en temps. Peut-être on arrivera à s’organiser une soirée avec tous les participants. On verra plus tard, car maintenant je suis en train de me concentrer sur mon travail et la prochaine échéance sportive : les Championnats du Monde de judo à Osaka, Japon.

Fort Bavard : Vous avez raté une épreuve : le cabestan. Que vous manquait-il pour la gagner ?

Alors, pourquoi je n’ai pas gagné contre l’homme fort ? Je pense qu’on ne peut pas toujours gagner, c’est certain. Par contre, en dehors de l’aspect physique de cet exercice il y avait un aspect tactique et peut-être même technique que je n’ai pas saisi, seulement après et donc trop tard ! Il ne fallait pas se placer à l’endroit où se trouvait le marquage mais beaucoup plus à l’extérieur. Tant pis ! C’est certain que les rugbymen se débrouillent beaucoup mieux face à ce genre d’exercice !

Fort Bavard : Côté coulisses maintenant : combien de temps a réellement duré l’épreuve dite de « la veille » ?

40 minutes !

Fort Bavard : Vous deviez tenir une lanterne pour pouvoir accéder au conseil : quel était son poids ? C’est difficile de se rendre compte de la difficulté de l’épreuve à la télé.

Je ne connais pas son poids ! En revanche, l’épreuve est difficile car la laterne pèse, c’est certain, et pour pouvoir la tenir nous étions penchés en avant. Ceci demande une vigilence permanente car on ne sais pas quand est-ce que la tige se retracte enfin.

Fort Bavard : Quelle épreuve n’avez-vous pas faite, mais que vous auriez aimé faire ?

Je ne connais pas très bien les autres épreuves.

Quelle épreuve redoutiez-vous ?

L’épreuve avec les mygales !

Fort Bavard : De votre participation à Fort-Boyard, votre meilleur souvenir restera ?...

L’ambiance au sein du groupe !

Fort Bavard : Si vous êtes recontacté l’an prochain pour faire partie d’une équipe, vous acceptez ?

Dans n’importe quelle équipe : non ! Avec des gens sympas, oui !

Fort Bavard : Dernière question, maintenant que vous avez réussi l’épreuve de l’épée d’Excalibur en 25 secondes et que vous avez battu largement le Maître des Ténèbres dans l’épreuve de force au conseil, vous êtes prêt à devenir l’Homme-Fort ? ;-)

NON !


© 2003 - www.fortboyard.net - Tous droits réservés - Reproduction partielle ou complète interdite

Interview réalisée par Aurélien LECACHEUR.

Merci à Stéphane Traineau - www.stephanetraineau.net

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics