Mise en page 1

Jean-Pierre Castaldi

Maître du Fort de 2000 à 2002

Publié le lundi 16 juillet 2007 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Grandes figures du jeu.

        

Jean-Pierre Castaldi est le deuxième Maître du Fort. En 1999, il participe en tant que candidat à l’émission, c’est là que Marie-France Brière le repère et le contact l’année suivante pour prendre la relève de Patrice Laffont qui a préféré quitter le jeu après dix ans d’animation.

Jean-Pierre Castaldi est le second Maître du Fort, il succède en 2000 à Patrice Laffont. Son objectif était double : séduire de nouveaux fidèles et conserver ceux qui appréciaient Patrice Laffont. Mission difficile, mais Jean-Pierre aime relever les défis et cela ne semble pas l’effrayer. Testé en permanence par le Père-Fouras pour sa première saison, il réussit à le convaincre et jusqu’en 2002 il reste à bord. S’il n’a jamais fait l’unanimité chez les fans du jeu, il avait une cote de popularité immense auprès des enfants. Cet animateur au grand cœur n’est pourtant resté que trois ans. Retour sur un homme polyvalent et une figure qui aura marqué « à sa manière » le jeu phare de « France 2 ».

Une carrière d’abord théâtrale

Jean-Pierre Castaldi est né le 1er octobre de l’année 1944 à Grenoble.

Il va vivre au rythme des déplacements familiaux que le travail de son père impose, avant de s’arrêter définitivement pour suivre une scolarité en lycée comme bon nombre d’entre nous.

Mais Jean-Pierre Castaldi va être très vite rattrapé par son destin. Un de ses enseignants n’est autre que le frère de Simone Signoret ! C’est là que tout bascule : sans abandonner ses études en cours, il décide en parallèle et sur ses heures libres de suivre des cours d’art dramatique, il est alors âgé d’une vingtaine d’années.

Seulement, il n’avait pas prévu ce coup de cœur pour la scène, et pris dans sa passion, il décide d’abandonner définitivement ses études pour se consacrer à la scène. Ceci marque le début de sa carrière au théâtre.

La tête de l’emploi

Au commencement, il est sous la direction de Sacha Guitry et obtient quelques premiers rôles mineurs.

Mais la vraie révélation il la trouve grâce à la télé où en 1967, on peut le voir jouer dans les célèbres enquêtes du « Commissaire Maigret ». Deux ans plus tard, il obtient son premier grand rôle au cinéma dans « L’Arbre de Noël » film de Térence Young.

Mais c’est bel et bien son physique qui en fait un acteur hors-norme et si particulier, sa carrure et son bagout lui permettent d’interpréter de nombreux rôles dans les films policiers ou les comédies dramatiques.

Un homme très polyvalent

En, 1972, on peut le retrouver dans l’« Affaire Dominici » ou même dans « French Connection 2 » en 1975. Mais cela ne l’empêche pas de sortir de temps en temps des terrains battus en jouant des rôles plus légers, comme c’est le cas dans « Ma femme s’appelle Maurice » (2002).

Jean-Pierre Castaldi est tellement polyvalent qu’il est même contacté en 2000 par Marie-France Brière - qui est productrice à l’époque - pour présenter Fort Boyard. Elle l’avait repéré lors de sa participation en tant que candidat en 1999, où il brilla dans la cellule à prisonnier de la « Colonne du libraire » et aussi dans les « Serpents », sous les yeux ébahis de Cendrine Dominguez.

C’est donc lui qui reprend le titre de Maître du Fort quand Patrice décide de quitter le navire de pierres.

Si en 2000 et 2001 l’émission garde sa grande forme, battant à quelques reprises « TF1 », la saison 2002 est elle un échec, l’audience s’érode, les célébrités boudent le Fort, obligeant la production à trouver des personnalités « secondaires » ou moins connues.

Jean-Pierre en fait trop, il semble confondre animation et jeu de scène. À la base, jouer un rôle sur le Fort était une bonne idée, Patrice Laffont n’était-il pas lui-même intraitable ? Mais voilà, de jouer à surjouer et tomber dans la caricature, il n’y a qu’un pas. Après l’annonce du départ de Cendrine Dominguez, qui souhaite arrêter la présentation après dix ans d’animation, il jette aussi l’éponge faute d’un compromis possible avec la production qui souhaite renouveler en profondeur le jeu. Officiellement, Jean-Pierre affirme qu’il n’aurait pas pu reprendre son rôle en 2003, du fait d’un tournage qui coïnciderait avec les enregistrements de la prochaine saison. Pourtant, son contrat de base stipulait quatre ans d’animation entre 2000 et 2003.

Il cède donc sa place à Olivier Minne, bon joueur, il lui souhaite même « bonne chance » même si, selon lui, « il est difficile d’aimer son remplaçant ». Preuve en est que son départ ne s’est pas fait sans mal.

En 2004, il n’est pas présent avec les autres animateurs dans l’émission spéciale 15 ans, même si on peut l’apercevoir sur les images d’archives au cours des reportages. Jean-Pierre aurait-il eu la dent dure, ou la production aurait-elle négligé de l’inviter ?

Quoi qu’il en soit, cela n’empêche pas Jean-Pierre, en 2005, de participer à l’émission de télé-réalité Première Compagnie, au cœur de la Guyane. Bien qu’il perde cette aventure, il rapporte quand même un beau gain pour l’association Joueur gagnant qu’il avait choisie et qu’il défendait

Même s’il se fait plus discret ces derniers temps, on a pu le voir en 2006 dans un épisode Navarro.

S’il reste l’animateur le moins apprécié à Fort Boyard par les fans du jeu, on ne peut nier que Jean-Pierre a poursuivi une carrière sans fautes et réalisé ses rêves.


© 2007 - www.fortboyard.net - Tous droits réservés - Reproduction partielle ou complète interdite

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics