Mise en page 1

L’été de tous les efforts

Par Sylvie Thomas, TV Hebdo, 18 juin 2005

Publié le dimanche 30 juillet 2006 par Aurélien LECACHEUR - Directeur de la publication dans la rubrique Dans la presse en 2005.

        

II faudra se serrer les coudes pour réussir des épreuves si difficiles ! A Fort Boyard, nous avons découvert ce qui attend les candidats

« Dans le Fort, on a gardé une âme d’enfant », dit le présentateur, Olivier Minne. « On croit que le Père Fouras a deux cent mille ans et qui les tigres peuvent débouler à tout moment dans la salle du Trésor : C’est ça, la magie de Fort Boyard. » Magie du lieu, magie d’une équipe qui donne l’impression d’une grande famille.

Cette ambiance, on la doit à l’esprit de cette émission qui, comme le dit Olivier Minne, « véhicule de belles valeurs, sans pathos ni démagogie. Pas de stars, pas de hiérarchie, tout cela est aboli. On est tous à égalité ». Au Fort, l’important, c’est d’être ensemble. On ne joue jamais les uns contre les autres. Et ce sont ces bases du jeu, ta solidarité et l’esprit d’équipe, que la seizième saison va encore renforcer. Les nouvelles épreuves, qui permettent d’attraper les clés pour sortir des cellules, et les nouvelles aventures, grâce auxquelles on trouve des indices à l’extérieur, ont été conçues en ce sens, elles se jouent à plusieurs et les candidats vont devoir communiquer pour réussir. Mais cela n’exclut pas le côté sportif. Plus que jamais, il va falloir être fort et agile. Parce qu’elles sont corsées, les nouveautés de cet été !

AVENTURES...

La voile

L’équipe hisse une voile à 12 m au-dessus de la mer. Puis l’un des candidats grimpe au sommet de la voite maintenue par ses coéquipiers pour récupérer l’indice.

L’ascension du tonneau

Un candidat est hissé en haut du Fort, dans un tonneau, par ses partenaires. Pour obtenir l’indice, ils doivent résoudre une soustraction à trois chiffres.

Le filet vertical

Deux candidats doivent progresser le long d’un filet vertical tendu au-dessus de la mer, emprunter deux échelles de corde pour descendre et atteindre une nasse qu’ils sortent de l’eau. Ils lisent alors le code et le crient à leurs partenaires.

ET EPREUVES

Les louches

A l’étroit derrière des barreaux, deux candidats doivent transférer du sel avec trois touches, jusqu’à ce que ce poids fasse contrepoids et la clé descende. Mais les louches ont un manche flexible et sont maintenues par des chaînes.

Les perches

Trois candidats grimpent le long de perches pour atteindre une sorte de jeu de morpion installé au plafond, dont les neuf points sont des lumières à allumer. Pour libérer la clé, il faut découvrir les trois points constituant la ligne droite et les allumer ensemble.

Le lustre

La clé est attachée en hauteur, à distance d’un lustre bordé de crans. Le candidat doit soulever un lourd sac relié à un cordage, dont il se servira comme d’un grappin pour accrocher un des crans du lustre, grimper et récupérer la clé.

La barrique

La clé, accrochée sur une grosse barrique, est prisonnière de trois chaînes bloquées par trois cadenas. Deux candidats font rouler la barrique sur le sol jusqu’aux trois clés réparties sur le parcours. De plus, la barrique est enduite de suie et roule dans des plumes.

La double corniche

De chaque côté d’une paroi, deux candidats se déplacent sur des corniches, en s’agrippant à des cordages coulissants. Quand l’un des candidats tire une corde, l’autre ne peut s’en servir. Us ne se voient pas et doivent donc se parler pour se repérer dans leur parcours, au terme duquel il leur faut arriver ensemble pour libérer la clé.

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics