Mise en page 1

Le grimoire du Père Fouras – Deux Coqs d’Or (2 octobre 2013)

Quand le Père Fouras se raconte… avec panache.

Publié le mardi 29 octobre 2013 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Produits dérivés.

        

Depuis 2011 et le succès de la nouvelle formule de l’émission, les produits dérivés sur Fort Boyard sont de plus en plus nombreux. Et la maison d’édition Deux Coqs d’Or, branche de Hachette Livre depuis 1991, contribue grandement à enrichir la collection des fidèles de l’émission en publiant chaque année, depuis 2010, des ouvrages de qualité proposant énigmes, charades, problèmes mathématiques, rébus… sur le thème de l’émission télévisée. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que son travail est à la hauteur de ce que sont en droit d’attendre les fans les plus exigeants. Le visuel est toujours d’une extrême qualité grâce à des illustrations en couleur dans l’esprit du jeu : objets, animaux, personnages, lieux… l’ambiance boyard est toujours bien présente au fil des pages. Les jeux sont eux aussi bien choisis, diversifiés et nombreux, ce qui permet de ne pas ranger le livre au bout de quelques heures seulement.

Après La Boîte à énigmes Fort Boyard (2010), 100 énigmes Fort Boyard (2011), 100 énigmes Fort Boyard (Poche) (2012), Les énigmes Fort Boyard (2013), Les énigmes de Fort Boyard : 150 énigmes et casse-tête à résoudre (Hachette Loisirs, 2013) Hachette et Deux Coqs d’Or sortent cette fois-ci un ouvrage composé de deux parties intitulé Le grimoire du Père Fouras, dans la lignée du dernier en date (mai 2013).

La première partie (« Le journal du Père Fouras ») de ce grimoire raconte l’arrivée du célèbre Père Fouras sur le Fort et les trois années qui suivent cette arrivée. L’occasion pour nous de découvrir des secrets jamais dévoilés : le rôle de l’alphabet géant (dalle) présent dans la Salle du Trésor, la symbolique de la fontaine aux boyards, le mystère qui entoure les maîtres du Temps, la légende du Chevalier de Boyarville, le spectre d’un prisonnier dans la chapelle de la bâtisse ou encore l’existence d’une forge murée.

JPEG - 298.8 ko

Le récit est coloré, bien écrit et structuré, si bien que l’on ne peine pas du tout à imaginer le Vieux Sage en train de lire lui-même le texte. La narration se rapproche grandement de celle que l’on peut entendre à travers la voix off de l’émission télévisée, la preuve avec la première phrase du grimoire qui donne le ton : « J’ai découvert un lieu à nul autre semblable : isolé, merveilleux, fascinant, dangereux… Un Fort, loin à l’ouest, au-delà des côtes sauvages de Charente. »

JPEG - 308.9 ko

Ce récit est tiré de l’imagination de Dan Mitrecey, le fils du co-créateur de l’émission télévisée Jean-Pierre Mitrecey, un habitué du genre, à qui l’on doit de nombreux romans sur le Fort (Collection Bibliothèque verte chez Hachette Jeunesse).

Si le récit s’achève trois ans après l’arrivée du Père Fouras dans le Fort, on ne peut s’empêcher de penser que si le succès est au rendez-vous on pourrait poursuivre le récit encore longtemps avec de nouveaux volumes.

JPEG - 353.2 ko

La deuxième partie (« Les énigmes du Fort ») renoue avec la tradition de l’éditeur depuis La boîte à énigmes Fort Boyard : le lecteur part à la conquête du Fort à travers des énigmes, charades, labyrinthes, calculs, rébus… Cette fois, ce sont pas moins de 107 mini-jeux que l’ouvrage réserve aux intrépides aventuriers avec en prime une fin d’ouvrage proposant les solutions d’une manière claire et précise, parfois même avec des explications.

JPEG - 247.6 ko

Mais ce qui fait la force de cet ouvrage, outre les qualités que nous venons déjà de soulever, c’est encore et toujours son design, sa finition et ses illustrations. La couverture de l’ouvrage, rigide, reprend parfaitement les codes d’un vrai grimoire. Les polices d’écriture choisies et l’aspect des pages intérieur, en papier glacé et coloré, proposent un fond en parchemin, souvent taché et déchiré, ce qui contribue à renforcer le réalisme et l’unité de l’ensemble. En somme, bien que l’on sache parfaitement qu’il s’agit d’un objet « standardisé » imprimé en plusieurs milliers d’exemplaires, on a malgré tout le sentiment d’avoir entre les mains un objet unique. On note même un souci du détail : les petits parchemins qui paraissent comme collés sur les pages du livre, le code-barres sous forme de parchemin collé sur la quatrième de couverture… Ce livre reprend les codes du précédent (Les énigmes de Fort Boyard : 150 énigmes et casse-tête à résoudre) publié en mai 2013 chez Hachette Pratique. Celui-ci avait convaincu les fidèles en proposant déjà un ouvrage richement illustré. Mais cette fois, l’éditeur semble avoir été encore plus loin, en intégrant cet aspect « roman historique » qui n’existait pas dans les précédents numéros. Et l’on s’en félicite, car le livre, en opérant une synthèse entre l’aspect « historique » de la légende de l’émission et du monument et l’aspect plus ludique avec les jeux, arrivera à convaincre un large public et à satisfaire toutes les aspirations.

JPEG - 272.6 ko

Bien sûr, il faudra prendre le livre tel qu’il est : un roman historique sans prétention et un album de jeu très élaboré. Ceux qui s’attendent à voir retracer une véritable histoire du jeu ou du monument ne peuvent être que déçus, car ce livre n’a absolument pas cette prétention et cet objectif. Ici, le but est de renforcer l’univers de l’émission de télévision en proposant une « histoire inventée » du jeu. Et c’est bien ce qui fait sa force, car il est le premier à assumer ce parti pris en nous donnant des clés permettant de comprendre pourquoi le jeu se déroule ainsi, pourquoi certains objets sont si importants… En somme, il précise l’univers du jeu, ce qui ne peut pas être fait à l’antenne faute de temps, et ce qui manque tant aux fans, avides de saynètes, d’anecdotes, d’inventions… Ici les fans trouveront des réponses à leurs questions, le tout dans le respect le plus absolu de l’univers du jeu, sans jamais le dévoyer.
En somme, difficile de trouver des défauts à ce livre. Il apparaît aussi bon sur la forme que sur le fond et atteint tous ses objectifs. Si l’on souhaitait un peu ergoter, on pourrait dire que la couverture aurait pu proposer une image en relief du Père Fouras et, pour les pages jeux (deuxième partie), des illustrations des personnages et objets du Fort qui sont souvent évoqués (même si cela avait déjà été fait dans le précédent opus). Mais soyons honnêtes, chacun trouvera son bonheur au gré des 157 pages du livre. Le prix de 16,50 € n’est absolument pas excessif compte tenu de la qualité générale du livre qui ne souffre d’aucun défaut. Nous ne saurions que vous recommander de vous le procurer rapidement et de lui réserver une place de choix dans votre bibliothèque boyardesque. Avec le précédent livre, il entre d’office au sommet des ouvrages officiels les plus réussis.

Note de la rédaction : 19/20

JPEG - 235.6 ko
JPEG - 261.7 ko
JPEG - 466.6 ko

Le Grimoire du Père Fouras
Hachette Livre / Deux Coqs d’Or
157 pages
16,50 € TTC
Sorti le 2 octobre 2013


Visuels : © Hachette Livre / Deux Coqs d’Or

Site de l’éditeur : Hachette Livre / Deux Coqs d’Or

Numérisation : © www.fortboyard.net

Les visuels numérisés par Fort Bavard sont présents dans l’article à titre d’illustration et uniquement dans le but de promouvoir le produit sans aucune contrepartie. Ils appartiennent à leur auteur respectif et peuvent être retirés sur simple demande adressée à la rédaction du site (formulaire de contact) en précisant l’adresse de l’article et les visuels concernés.

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics