Mise en page 1

Le professeur désagrégé (Professeur fou) (1992-1996)

Interprété par Jean-Claude Lachèvre, Manuel Blanquet, Ange Belange, Christophe Sardain et Jean-Michel Capuano.

Publié le vendredi 1er août 2008 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Grandes figures du jeu.

        

Vous avez pu lire il y a quelques jours le portrait en images de Lumineuse, aujourd’hui je vous propose de découvrir le personnage du Professeur désagrégé, qui en son temps apporta au Fort une touche très personnelle...

Vous n’avez pas connu ce personnage pour le moins farfelu du Professeur désagrégé, présent sur le Fort pendant cinq saisons consécutives ? Je vous propose aujourd’hui de vous rattraper et de découvrir en images qui est ce personnage déjanté qui a donné très souvent du fil à retorde aux candidats en leur posant une opération de mathématique.

Ce personnage haut en couleur arbore paradoxalement un accoutrement aussi classieux que dépareillé. Le fait qu’il soit habillé d’un nœud papillon, d’un costume sombre, d’une chemise à carreaux ou encore d’une veste grise masquant mal une chemise blanche froissée, nous renseigne sur son caractère pour le moins fantaisiste. La coiffure renforce l’excentricité du personnage avec des cheveux noirs ou blancs hirsutes et en broussailles, que le professeur se garde visiblement bien de dompter d’un coup de peigne.

Attention toutefois de ne pas sous-estimer ce personnage à l’allure de clown, qui semble sorti tout droit de l’asile. Cet homme est comme son nom l’indique professeur, et à ce titre il sait faire fonctionner sa matière grise. Le Professeur désagrégé tient plus du savant fou que du clown qui amuse la galerie.

En effet, il est doué pour résoudre des opérations de calcul mental. A l’occasion d’une saynète avec Patrice en 1992, le professeur avait bien répondu à la colle de Patrice en trouvant le résultat 100 par l’utilisation de quatre 9 dans son opération.

Par ailleurs, il n’était pas rare sur le Fort de le voir mesurer des surfaces tout en marmonnant des chiffres ou sortir tout ébouriffé d’une armoire... Peu bavard, on a malgré tout pu entendre le son de sa voix à quelques reprises quand il donnait la réplique à Patrice. Bien souvent il prononce des mots incompréhensibles et déplore le fait que la calculatrice ait remplacé le calcul mental.

Le professeur désagrégé tient bien sûr la « Salle de calculs » du Fort. Il s’agit d’une épreuve de calcul mental. Il propose au candidat une opération dont la réponse se trouve parmi six propositions en face de lui. Le candidat, pour trouver le bon résultat, doit bien évidemment faire l’opération de tête et choisir la bonne clé parmi les six. Chacune des six clés correspond à un résultat. Une des six clés permet d’ouvrir la case où est emprisonnée la vraie clé. Si le candidat ne donne pas la bonne clé au professeur, ce dernier découvre une nouvelle opération et le candidat doit à nouveau faire le calcul pour tenter de trouver la réponse. Le candidat a trois tentatives, si à la troisième il échoue, il doit quitter la cellule immédiatement. Bien sûr, cette épreuve se fait en temps limité, ce qui réduit considérablement la marge de réflexion du candidat.

Le décor de la cellule prend la forme d’une ancienne salle de classe boisée, avec pupitre en bois et tableau noir sur lequel les opérations mathématiques sont écrites à la craie. La clé est quant à elle emprisonnée dans une case. Il y a dans ce système trois cases, la clé descend d’une case à chaque mauvaise proposition du candidat et devient inaccessible au bout de la troisième tentative infructueuse. La clé que le candidat donne au Professeur sert à ouvrir la case, par conséquent si la clé n’ouvre pas la case, cela indique que le candidat a fait une erreur de calcul et a mal choisi parmi les cinq autres propositions/clés (voir les captures d’écran). Signalons que quand le candidat entre dans la cellule, une mélodie un brin futuriste (caractéristique de la nature scientifique de l’épreuve) retentit.

Cette épreuve, pourtant présente pendant cinq saisons, n’a été jouée que onze fois entre 1992 et 1996.

La dernière apparition de l’épreuve remonte au 27 juillet 1996 dans l’équipe de Virginie Clerc et Fiona Gelin. Elle ne sera jouée qu’une seule fois cette saison et elle sera même la dernière épreuve réalisée par l’équipe de Virginie Clerc qui a obtenu sa septième clé grâce à elle.

La « Salle de calculs » se trouvait en cellule 223 de 1992 à 1995, avant de déménager en cellule 215b pour sa dernière apparition, laissant sa cellule à la célèbre aventure des « Araignées et Scorpions ». Son retour en 1996 reste donc plus anecdotique qu’autre chose puisque la cellule servait également à l’épreuve du « Bonneteau » diffusée un grand nombre de fois cette saison-là. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles cette épreuve a totalement disparu la saison suivante. On peut aussi y voir une modernisation nécessaire des jeux, cette épreuve pouvant vite paraître un peu trop classique et peu attrayante dans un jeu estival.

Pour être tout à fait complet, il nous faut préciser que le Professeur désagrégé était aussi appelé « Professeur fou » ou encore baptisé « Audi-Maths » par Patrice Laffont en 1992.

De plus, plusieurs acteurs ont joué ce rôle, ils sont au nombre de cinq (voir captures ci-dessus). Nous ne sommes en mesure de vous donner les ciinq noms, même si le Professeur fou n’apparaît pas dans les génériques de 1992 et 1993 malgré sa présence dans le jeu. Ainsi, en 1992 il est joué par Jean-Claude Lachèvre, par Manuel Blanquet en 1993, en 1994 c’est Ange Belange qui tient ce rôle, mais également celui du Vendeur d’indices et du Cuisinier. À la scène comme à la ville, Ange Belange est un fantaisiste, un homme-orchestre comme il se caractérise lui-même, dans le sens où il est à la fois comédien, compositeur, chanteur... Il a été repéré à l’époque dans le « Petit Conservatoire de la chanson » de Mireille. À quarante ans, c’est avec l’espoir d’un déclic qu’il a accepté de jouer ce professeur déjanté. Vous pouvez retrouver un article complet sur Ange Belange dans notre rubrique presse : Lire l’article. En 1995, c’est Christophe Sardain qui prend la suite et, enfin, Jean-Michel Capuano est le dernier à revêtir le costume du professeur en 1996.

Malheureusement, après cinq ans de diffusion, l’épreuve de la « Salle de calculs » est supprimée, ce qui nous privera par voie de conséquence d’un excellent personnage que beaucoup regretteront sur le tard et qui, à ce jour, n’est jamais réapparu dans les coursives de la forteresse...


© 2008 - www.fortboyard.net - Tous droits réservés - Reproduction partielle ou complète interdite

Merci à Bowox pour son aide dans la réalisation de captures du personnage.

Les captures appartiennent au site.

Captures : © France 2 / Adventure Line Productions - Réutilisation sans autorisation sur un autre support formellement interdite.

Photos d’archives : Droits réservés - Réutilisation sans autorisation sur un autre support formellement interdite.

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics