Mise en page 1

Le seigneur du château

Par J.-J. Jelot-Blanc, Télé Câble Satellite hebdo, 27 juin 2005

Publié le mercredi 2 août 2006 par Aurélien LECACHEUR - Directeur de la publication dans la rubrique Dans la presse en 2005.

        

Depuis 16 ans, la vie d’Eric Buron est intimement liée à « Fort Boyard ». Explications

En 1990, Eric Buron a 20 ans. Elève officier membre de l’équipe de France de pentathlon, il répond à l’annonce d’un journal régional pour le premier jeu Fort Boyard. Engagé comme candidat remplaçant, il n’a pas le droit de « voir » le fort de l’intérieur... « On m’a bandé les yeux et pendant 15 jours, j’ai attendu enfermé dans la loge de Patrice Laffont, à l’époque maître du fort. » Appelé pour la dixième et dernière émission, Eric intègre une équipe de triathlètes de haut niveau. « Résultat : on a « explosé » le trésor et gagné 120 000 F (18 300 €). »

Parce qu’il est natif de la région, la production lui propose, l’année suivante, d’assurer sur place toutes les questions de logistique et de gérer les 120 membres de la famille du Fort dont les membres les plus connus sont aujourd’hui Olivier Minne, Sarah Lelouch, La Boule, Passe-partout, Passe-temps et le Père Fouras. Six mois durant, il vit à bord du vaisseau de pierres avec les candidats. L’un d’eux l’a particulièrement marqué : « Gilbert Montagne ! Il s’est montré extraordinaire dans l’épreuve du scaphandre et en a remontré aux voyants que nous sommes ! »

Au cours d’une sympathique virée dans les couloirs du Fort, Eric Buron nous invite à tester les nouvelles épreuves de l’émission, dont celle des perches. Chaud devant ! Au fil de la discution, il évoque également son rêve devoir venir comme candidats Jamel Debbouze, « notre Artésienne qui ne vient jamais », ou Tony Parker « pour qui les assureurs réclament des millions de dollars ». Il poursuit : « Cette année, nous avons néanmoins la chance d’avoir un grand monsieur du rugby, Olivier Magne, et Francis Lalanne qui nous a offert un véritable show ! » Chaque année, 350 dossiers de candidatures. Sont écartés ceux qui réclament combien leur participation sera rémunérée... Fort Boyard rêve-t-il d’avenir ? « Oui, en 2012, si Paris accueille les Jeux Olympiques, le fort est inscrit pour des épreuves nautiques !! On croise les doigts ! »

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics