Mise en page 1

On refait Fort Boyard : doit-on différencier les épreuves et les aventures ?

Deuxième débat sur la Saison 2014 de Fort Boyard

Publié le mardi 8 juillet 2014 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique On refait Fort Boyard 2014.

        

Chaque semaine, la rédaction de Fort Bavard « refait Fort Boyard » en ouvrant un débat sur un élément général ou précis de l’émission qui divise souvent les fidèles. L’occasion de revenir sur l’histoire du jeu, mais surtout de proposer des pistes de réflexion pour l’avenir.

La semaine dernière, nous nous penchions sur le Conseil, une partie qui depuis 2003 suscite de nombreux débats quant à sa nature et sa place dans l’émission. Pour ce deuxième débat de la saison, nous souhaitons revenir sur la classification des jeux (épreuves/aventres) selon leur nature. Formellement, il n’y a plus, depuis 2010, de réelles différences entre la partie « épreuves » permettant de gagner des clés et la partie « aventures » dédiée à la chasse aux indices. Si bien que l’on pourrait presque intervertir les deux sans que cela change le déroulement de l’émission. Tout le problème vient justement du mot « presque », car majoritairement les épreuves se déroulent encore en cellule et les aventures en extérieur. Nombreux sont les fidèles qui, depuis 2010, critiquent fortement ce mélange : ils y voient une rupture inacceptable avec la « tradition boyardesque » qui brouille un peu le schéma organisationnel du jeu. D’autres au contraire semblent sans être parfaitement accommodés : la diversification des jeux proposés évite les répétitions et une partie « épreuves » trop monotone, ne se passant que dans des cellules, alors que le Fort est un monument ouvert sur l’océan. C’est une via media, un chemin de traverse, que la rédaction de Fort Bavard vous propose.

Comme la semaine dernière, notre réflexion se découpera en trois grandes parties :

  • « La distinction entre les épreuves et les aventures hier » : nous évoquerons ce qui se faisait en matière de répartition des jeux entre 1990 et 2009.
  • « La distinction entre les épreuves et les aventures aujourd’hui » : nous reviendrons sur la situation actuelle sur une période récente, de la rupture de 2010 à aujourd’hui (2014).
  • « On refait Fort Boyard : quelle distinction entre les épreuves et les aventures demain ? » : nous proposerons nos propres pistes de réflexion pour l’avenir, qui s’ancreront comme toujours dans le contexte actuel du jeu et de ce qui se fait à la télévision, sans nous laisser aller à la nostalgie.

Chers aventuriers, tenez-vous prêts, la quête des clés et la chasse aux indices vont enfin pouvoir commencer !

LA DISTINCTION ENTRE LES ÉPREUVES ET LES AVENTURES HIER

Quand Les clés de Fort Boyard débute en 1990, point d’aventures, mais seulement une longue, très longue série d’épreuves à effectuer dans les cellules de la Forteresse. À ce moment-là, l’émission n’est pas organisée selon le schéma qui est toujours en vigueur aujourd’hui. Les aventuriers doivent se saisir de 18 clés ouvrant 18 coffres dans une Salle du Trésor gardée par des tigres. Mais les prémices de ce que seront les aventures dès la saison suivante sont déjà là : en fin de saison, des candidats sont choisis pour sauter à l’élastique. Cette épreuve permettait alors de remporter une grosse clé en or qui équivaut à 35 000 francs (5 335 €).

Dès 1991, l’organisation du jeu change profondément, l’émission s’articule désormais autour de trois grandes parties : les épreuves (pour récupérer 7 clés), les aventures (pour récupérer le maximum d’indices) et enfin la Salle du Trésor pour composer le mot-code et récupérer les fameux boyards. Cette organisation est toujours la même : ces trois grandes parties se sont maintenues. On note toutefois l’arrivée d’une quatrième grande partie dès 1995, celle du Conseil, qui demeure encore aujourd’hui, bien qu’elle ait été profondément modifiée, comme nous l’avons vu la semaine dernière dans notre premier dossier (cliquez ici pour le lire !).

Jusqu’en 2008, la distinction entre les épreuves et les aventures est nette. Les jeux permettant de gagner des clés se passent à 99 % en cellule et les jeux permettant de collecter des indices se déroulent à 99 % en extérieur.

JPEG - 93.5 ko
Christian Karembeu dans la Tête chercheuse à Fort Boyard le samedi 15 juillet 2006

Cette règle souffre bien sûr de quelques exceptions : ainsi, l’épreuve culte de la Clé à la mer (Clé au filet en 1990), qui permettait à un candidat d’aller récupérer une clé dans l’eau après l’échec de l’intellectuel en vigie, se joue bel et bien en extérieur, tandis que la cultissime Tête chercheuse, inaugurée en 1996, est une aventure se jouant en cellule... Il en va de même pour le Pont de singe qui fut tantôt joué lors des aventures tantôt joué lors des épreuves, notamment en 2006, où un candidat devait affronter le personnage de la Gymnaste pour remporter une clé. Déjà à l’époque, ce petit changement n’avait pas vraiment été au goût des fans. On pourrait aussi citer l’épreuve du « Précipice extérieur », où le candidat devait longer une mince corniche, accroché à la paroi extérieure du Fort, et dont la configuration fait davantage penser à un jeu extérieur, donc à une aventure, qu’à une épreuve puisque l’action ne se déroule pas dans la cellule. Même chose pour l’aventure du Rampeur créée en 1994 : l’action se déroule dans une cellule, le candidat devant traverser un labyrinthe composé de rats. Pourtant, ce jeu est joué majoritairement pour gagner des indices (1994/1996-1997) et rarement pour des clés (seulement en 1995).

JPEG - 146 ko
Clémence Castel sur le Pont de singe de Fort Boyard face à la Gymnaste le samedi 22 juillet 2006

On le voit, même dans les premières années du jeu, il existait des exceptions à la règle, mais ces exceptions étaient rares et souvent « étiquetées » dès le départ. Très rares étaient les épreuves qui servaient aussi pour les aventures ou inversement. La séparation était claire, le téléspectateur s’y retrouvait facilement.

Mais la saison 2010, une saison au modèle particulier proposant un tournoi entre plusieurs équipes de Français sur le Fort, a inauguré, pour le meilleur et pour le pire, une utilisation bivalente des jeux.

JPEG - 131.5 ko
Dimitri Szarzewski sur le Pont de singe de Fort Boyard le 7 juillet 2007

LA DISTINCTION DES ÉPREUVES ET DES AVENTURES AUJOURD’HUI

En effet, à partir de 2010, la distinction entre les « épreuves » et les « aventures » devient de plus en plus ténue. Durant la première partie du jeu, les épreuves se succèdent, mais on constate qu’il existe de plus en plus de jeux en extérieur permettant de gagner des clés. Cela tenait sans doute aussi au fait que la production souhaitait faire participer toute l’équipe, ce qui n’était pas possible dans les cellules.

Malgré l’échec de la saison 2010, la production décide de maintenir et même d’assumer totalement ce mélange à partir de la saison 2011 et jusqu’à aujourd’hui (2014). Ainsi, la classification même des jeux selon leur nature (épreuves/aventures) perd de son sens. Si l’on peut toujours rattacher le mot épreuve à celui de clé et le mot aventure à celui d’indice, il n’est plus possible de les relier au mot cellule ou extérieur.

JPEG - 147.9 ko
Arnaud Tsamere sur la Poutre jets-d’eau de Fort Boyard le samedi 31 août 2013

L’observation des émissions nous le montre clairement : la Cloche, Rocket-man, la Poutre jets-d’eau, la Tyrolienne infernale, la Balance, la Cerce... sont autant de jeux situés à l’extérieur qui sont pourtant désormais joués régulièrement, parfois même exclusivement, lors des épreuves pour des clés. À l’inverse, d’autres jeux en cellule (moins nombreux toutefois) se retrouvent presque tout le temps (ou souvent) dans des épreuves permettant de gagner des cartouches-indices : Cabine abandonnée, Manoir, Brancard, Égout, Gagarine...

JPEG - 96.5 ko
Ariane Brodier dans la Cabine abandonnée de Fort Boyard le 27 juillet 2013

Mais le plus gênant reste que certains jeux sont utilisés dans les deux parties en même temps comme Chez Willy ou la Cabine abandonnée.

ON REFAIT FORT BOYARD : QUELLE DISTINCTION ENTRE LES ÉPREUVES ET LES AVENTURES DEMAIN ?

Aujourd’hui, le mélange entre les jeux en cellule et les jeux en extérieur semblent consacrés, si bien qu’on a du mal à voir comment un retour en arrière et une stricte séparation entre des épreuves majoritairement en cellule et des aventures majoritairement en extérieur seraient possibles. De plus, ce retour serait-il souhaitable ? Serait-il profitable à l’émission ? Rien de moins sûr.

Il semble que la production ait choisi de dynamiser le jeu, de faire en sorte d’éviter que la première partie de jeu (pour gagner des clés) soit trop longue, trop répétitive et devienne lassante pour les téléspectateurs. Désormais, la partie dure tout de même 50 minutes, ce qui équivaut à environ 12 à 14 épreuves. Il est donc nécessaire de varier les plaisirs, de proposer plus d’épreuves spectaculaires. Force est de constater que nous ne sommes plus dans les années 1990, et que les téléspectateurs ont changé. La génération « zapping » cherche de l’action et des sensations fortes. Pas question donc de proposer 14 épreuves confinées dans les cellules du Fort.

Le problème réside dans le fait qu’en principe, c’était la partie « aventures » (pour gagner des indices) qui s’articulait exclusivement autour de jeux aériens ou marins spectaculaires entrecoupés par des jeux utilisant les animaux du Fort. Or, désormais, les deux parties sont très proches, bien que la partie « aventures » ait moins été malmenée dans la mesure où les jeux en cellule lors des aventures restent plus rares (mais cela tient aussi au fait que la partie est beaucoup plus courte).

Alors, que faire ? En ce qui nous concerne, à la rédaction, nous souhaitons surtout qu’un équilibre soit conservé et que les jeux ne servent que dans une partie, et non dans deux. Par exemple, il conviendrait de proposer l’épreuve Chez Willy ou la Cabine abandonnée uniquement dans une des deux parties, et non dans les deux au gré des émissions. L’épreuve de Willy, en cellule, se prête plus à la partie « épreuves », et peut permettre justement de dynamiser la partie entre deux épreuves classiques. En revanche, la Cabine abandonnée, du fait de l’usage d’animaux, colle assez bien à la partie « aventures ».

JPEG - 142.8 ko
Malika Ménard et Flora Coquerel Chez Willy à Fort Boyard le 28 juin 2014

D’ailleurs, le mieux serait de répartir les épreuves faisant intervenir le Père Fouras tout au long du jeu comme suit :

  • Le Père Fouras Show (Plateau 215) et Gagarine uniquement dans la partie « épreuves », mais en alternance
  • La Cabine abandonnée uniquement dans la partie « aventures » .

La première partie du jeu étant plus longue, il semble plus logique de proposer plus d’épreuves avec le Père Fouras. D’ailleurs, rappelons qu’autrefois le Père Fouras posait deux énigmes au cours de la première partie et une seule au cours de la partie « aventures ».

JPEG - 138 ko
Dounia Coesens dans le Père Fouras Show (Plateau 215) à Fort Boyard le 12 juillet 2014

Pour finir, réservons l’usage des aventures plus périlleuses (Balance, Tyrolienne infernale, Cerce, Tremplin...) à la partie « aventures » et ponctuons la partie « épreuves » de jeux plus simples comme la Cloche, Rocket-man, la Toile d’araignée... Et surtout, ne les changeons plus de partie par la suite (au moins sur la durée de la saison), pour que chacun s’y retrouve. En somme, selon nous, il convient simplement de faire quelques ajustements à la marge pour avoir un équilibre parfait et faire en sorte que les deux parties ne soient pas des copies conformes.

JPEG - 150.6 ko
Jennifer Lauret dans la Cloche à Fort Boyard le samedi 27 juillet 2013

Mais vous, qu’en pensez-vous ? Vous pouvez bien sûr réagir à notre réflexion via le site, nos réseaux (Facebook et Twitter) ou sur notre Forum.

Nous vous proposons aussi de faire entendre votre voix en participant au sondage ci-dessous. Les résultats nous permettront de recueillir une tendance.

sondage

Nous vous retrouvons bientôt pour un nouveau débat. ;-)


Photos : © France Télévisions / Gilles Scarella

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics