Mise en page 1

Sarah Lelouch : « J’anime l’émission préférée de ma fille »

Par Nicolas Palita, TV Envie, 27 juin 2005

Publié le mercredi 2 août 2006 par Aurélien LECACHEUR - Directeur de la publication dans la rubrique Dans la presse en 2005.

        

Parmi les millions de fidèles de Fort Boyard Rebecca, 8 ans. Depuis quatre étés, la jolie animatrice de 29 ans motive les candidats de Fort Boyard. Pour TVENVIE, elle dévoile les coulisses du jeu...

Que pensez-vous des innovations de cette année ?

Je les adore et trouve beaucoup plus efficaces que celles de l’année dernière. Elles vont énormément plaire aux enfants car elles sont faciles et belles à voir à l’antenne.

Suivez-vous une préparation physique particulière avant de vous lancer à l’assaut de Fort Boyard ?

Je suis là pour aider les candidats et les remettre sur la route s’ils dérapent. Donc, je teste les épreuves, j’apprends tous les petits trucs qui font qu’elles sont plus faciles à réussir. Je découvre les pièges même si je sais que je ne peux pas les révéler aux candidats.

Qu’est-ce qui est le plus difficile pendant l’enregistrement ?

Il faut beaucoup d’endurance car nous tournons dix émissions en trois semaines. Les candidats passent vingt-deux heures sur le fort et nous devons rester avec eux, par conséquent nous dormons très peu. Mais le jeu en vaut la chandelle car ils partent tous du fort avec des souvenirs plein la tête. Je n’ai jamais vu de candidats tristes, déçus ou énervés.

Certaines anecdotes vous ont-elles vraiment marquée ?

Il y en a tellement... L’année dernière, par exemple, j’ai été particulièrement impressionnée lors de l’émission des enfants. Je devais les envoyer dans une cage remplie de serpents et aucun d’eux ne parvenait à y rentrer. Au bout d’un moment, un serpent est sorti pour se glisser sur mes genoux. J’avais le rôle de la grande sœur qui les incitait à y aller et j’ai donc dû garder mon sang froid. Je me souviens leur avoir dit à propos de ces reptiles : « Regardez ! Ils viennent même me faire coucou... », alors qu’au fond de moi-même je me sentais très mal à l’aise.

Quel regard porte aujourd’hui votre famille sur votre carrière ?

Pour être très honnête, j’ai toujours un peu été le canard boiteux de la famille, car j’ai préféré la télé au cinéma, qui paraissait une évidence. Maintenant que je suis aussi productrice et que je travaille depuis dix ans à la télé, je crois que ma famille a enfin compris que mon job me passionne. Elle commence donc à être fière de moi.

A propos de cinéma, vous avez pourtant tourné dans certains films de votre père Claude Lelouch (Un homme et une femme : 20 ans déjà, Les Parisiens)...

J’ai fait quelques petits clins d’œil dans une quinzaine ou une vingtaine de ses films. C’est surtout pour lui faire plaisir et lui dire : « Pardon papa, je ne fais pas de cinéma, mais je viens quand même te faire un petit coucou. Je suis là, je t’aime. »

Professionnellement et personnellement que peut-on vous souhaiter ?

Continuer le plus longtemps possible à m’épanouir dans les médias et plus particulièrement à la télé ou en radio. En ce qui concerne ma vie privée, que ma fille soit heureuse. Quand je tourne, le seul et unique mauvais côté du métier est que je la vois peu. Cela dit, elle vient sur le fort les samedis et c’est magique car c’est son émission préférée. D’ailleurs pendant l’été, si on regarde Fort Boyard ensemble, c’est non pas parce que j’en suis l’animatrice, mais parce que Rebecca veut la voir. Pour elle, ici c’est mieux que Disneyland.

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics