Mise en page 1

Sarah lelouch est une malade de télé !

Par Jean-Rémy Gaudin-Bridet, Télé Star, 11 juillet 2005

Publié le mercredi 2 août 2006 par Aurélien LECACHEUR - Directeur de la publication dans la rubrique Dans la presse en 2005.

        

A 28 ans, Sarah Letouch ne manque pas d’ambition ! Pour Télé Star, elle a accepté de se livrer et nous parle de ses projets de rentrée, de ses frustrations télé et... de son père. Rencontre

Troisième saison déjà ! Toujours la même motivation ?

Oui ! Plus le temps passe plus je prends de plaisir à animer Fort Boyard. Evidemment, le fait d’enchaîner les enregistrements à un rythme aussi soutenu (une émission par jour, ndlr) peut donner l’impression qu’on se répète un peu...

Et physiquement, c’est éprouvant ?

Il faut avoir une bonne forme physique, c’est sûr ! Cette année, je me suis fait quelques égrati-gnures. En tombant dans les escaliers et en me prenant un poteau (rires) ! En fait, le plus important est de ne pas être essoufflée. Sinon, on n’est plus crédible !

Sérieusement, que pensez-vous apporter au jeu ?

Un juste milieu : je dois être dure, sympathique et encourageante. Hors antenne, j’essaie de rester le plus possible avec les candidats.

A part l’animation de quelques spéciales, vous ne présentez aucune émission. Vous n’avez pas l’impression d’être sous-exploitée sur France 2 ?

C’est le cas depuis peu. Quand je suis arrivée sur la chaîne, j’avais encore beaucoup de choses à apprendre. Aujourd’hui, c’est différent. J’ai fait mes preuves et je me sens prête à animer un magazine régulier.

On dit que vous auriez aimé prendre la place de Daniela Lumbroso dans Comme au cinéma...

Non, mais ça fait partie de mes objectifs de présenter un jour ou l’autre une émission comme celle-là Ça c’est sûr.

Vous dites avoir choisi votre voie par contradiction.

Parce que, à cause de mon nom, les gens sont étonnés de ne pas me voir faire de cinéma. Depuis que j’ai 15 ans, je suis une malade de télé. Je n’aurais pas pu faire autre chose de ma vie.

Et votre père, Claude Lelouch, qu’en pense-t-il ?

Pour lui, le plus beau métier du monde, c’est le cinéma, on n’a pas toujours compris pourquoi je ne marchais pas sur ses pas alors que c’était à ma portée. Mais j’ai toujours voulu faire des choses qui me ressemblaient vraiment.

Est-ce pour cette raison que vous avez créé votre société de production, Watch us ?

Oui, en prime. On a produit les spéciales autour du Festival de Cannes pour la chaîne E ! Entertainment. D’autres projets sont en cours, mais je ne peux encore rien dire.

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics