Mise en page 1

Sumo (1992-1993)

Interprété par Raymond Khamvene

Publié le vendredi 8 août 2008 par Guillaume COMONT - Rédacteur en chef dans la rubrique Grandes figures du jeu.

        

Cette semaine le Sumo revient en force sur Fort Bavard pour émerveiller petits et grands car il reste bien l’un des personnages les plus énigmatiques de l’émission.

Un judoka hors pair et... bon cuisinier !

Aujourd’hui encore, le SUMO est très souvent évoqué par les fidèles de l’émission.

Personnage charismatique, vêtu d’un simple mawashi (morceau de tissu en coton épais de type kimono de judo) blanc ou rouge et coiffé d’un chignon, il reste très présent dans les esprits de ceux qui l’ont connu, malgré son passage assez court dans l’émission puisqu’il n’est resté que deux saisons sur le Fort, en 1992 et 1993.

Son nom de « Sumo » vient bien sûr de la très célèbre lutte japonaise pratiquée par des hommes massifs, qui combattent pour renverser l’adversaire hors des limites.

Attention toutefois aux faux-semblants, Raymond Khamvene, malgré sa silhouette et son style, n’est pas un vrai sumo. En effet, il a bien pratiqué le judo à un excellent niveau et a même participé aux championnats de France de Judo à l’âge de 19 ans, mais il n’a pas la corpulence suffisante pour être un vrai sumo, et surtout, comme il le dit lui-même, il manque de temps pour s’investir dans ce sport traditionnel.

Lors du tournage de Fort Boyard, Raymond Khamvene était aussi restaurateur, il tournait les émissions la journée et cuisinait le soir à Fouras où il avait acheté un restaurant à l’époque. Sa spécialité culinaire était bien sûr la cuisine thaïlandaise, étant né au Laos, État du sud-est de l’Asie (à l’ouest du Viêt Nam), d’un père vietnamien et d’une mère chinoise.

Vous pouvez retrouver un article complet sur Raymond Khamvene dans notre rubrique presse de 1993 en cliquant ici !

Sonneur de gong et geôlier à Fort Boyard

À Fort Boyard, le Sumo avait plusieurs rôles. Dans un premier temps, il était celui qui sonnait le gong avec énergie, sur ordre de Patrice Laffont, qui était l’animateur du jeu ces années-là avec Valérie Pascale (1992) et Cendrine Dominguez (arrivée en 1993). Il prit donc la suite de Passe-Partout qui était celui qui sonnait le gong auparavant.

On le retrouvait ensuite dans une épreuve spéciale, celle dite de la « Cagoule » (également appelée épreuve du « Poteau »). Dans cette épreuve, la candidate choisie entrait dans la cellule et Sumo lui mettait une cagoule noire sur la tête, la privant de son champ de vision. Il l’attachait ensuite à un poteau en bois, inséré dans un support métallique rivé au sol, puis lui retirait la cagoule. La candidate devait d’abord soulever le poteau pour le retirer du support et faire coulisser le poteau de façon à ce que ses mains attachées soient libérées de ce dernier. Ensuite, elle devait utiliser un couteau au sol pour trancher le cordage qui retenait toujours ses mains en trouvant la position adéquate. Une fois ces manipulations effectuées, la candidate était libre et pouvait donc récupérer la clé en hauteur, tout en sortant ensuite de la cellule avant la fin de la clepsydre.

Le décor de cette cellule était assez simple. Outre le poteau et le couteau posé dans la paille, le sol de la cellule était recouvert de paille et la cellule avait une fenêtre donnant sur le cœur du Fort. La cellule utilisée pour l’occasion était la 210b, allouée aujourd’hui à l’épreuve du « Sisyphe ». Malgré la difficulté assez importante de l’épreuve, elle n’a généré qu’un seul prisonnier, mais tout de même neuf échecs sur quinze apparitions.

Pour terminer, on le retrouvait en général pour la libération des prisonniers puisque Sumo était bien entendu le geôlier du Fort chargé de surveiller les candidats faits prisonniers dans les cellules. Il ouvrait la porte à Patrice Laffont, l’animatrice et l’équipe quand ces derniers se présentaient et libéraient les candidats prisonniers si leur coéquipier avait été chanceux au jeu de hasard de Ratman (le personnage de Ratman ainsi que son jeu de hasard seront détaillés dans un prochain portrait).

Il était aussi possible de voir Sumo dans l’aventure du « Parcours encombré » où il n’était pas rare de le voir effrayer une candidate au détour d’un passage, riant comme un démoniaque. On le voyait également de temps en temps dans de petites saynètes.

Silence, Sumo tourne !

Eh oui, Raymond Khamvene a aussi suivi des cours de comédie et possède de ce fait quelques films et séries à son actif en tant qu’acteur.

Il a notamment tourné dans la série « Les aventures de Dorothée » en 1987, dans le film « Le radeau de la méduse » (1987) d’Iradj Azimi, sorti en France seulement en 1998, où il jouait un soldat chinois et dans « Une Nuit à assemblée nationale » (1988) où il était un employé de l’aéroport.

Plus récemment, il campait Wong, un chef chinois, dans le film « Le baiser mortel du dragon » (« Kiss of the Dragon ») de Chris Nahon sorti en août 2001 en France. Enfin, en 2002, il a joué dans le court-métrage de Marc-Olivier Louveau « La main sur le cœur » (« Hand on heart »).

La Boule remplace Sumo, redevenu cuisinier... en Île-de-France !

Le personnage de Sumo disparaît donc du Fort en 1993 après deux saisons d’apparition. Il sera remplacé la saison suivante par le très célèbre La Boule (interprété par Yves Marchesseau) un marin qui s’est échoué sur le Fort et qui reprendra l’ensemble des attributions de Sumo. Il garde depuis près de quinze ans les clés et les prisons de la forteresse.

Quant à Raymond Khamvene, il a quitté la presqu’île de Charente-Maritime pour Chelles en île de France où il a enfilé de nouveau son tablier et tient le « Baan Thai Sumo » un restaurant de spécialités asiatiques faisant bar, traiteur, salon de thé... Gageons qu’il ne serait pas mécontent d’évoquer son aventure boyardesque avec ses clients, alors n’hésitez pas à lui rendre une petite visite...


© 2008 - www.fortboyard.net - Tous droits réservés - Reproduction partielle ou complète interdite

Les captures appartiennent au site.

Captures : © France 2 / Adventure Line Productions -Réutilisation sans autorisation sur un autre support formellement interdite.

Photos d’archives : Droits réservés - Réutilisation sans autorisation sur un autre support formellement interdite.

Laisser un commentaire




Fort Bavard est un site propulsé par SPIP 3.0.17
Statistiques par et Google Analytics